Gerhard Pfister, président du Centre
«Nous devrions permettre à l'Europe de donner à l'Ukraine des armes suisses»

Le président du Centre, Gerhard Pfister, envisage l'automne électoral avec une certaine sérénité puisque son parti se porte bien. Il s'exprime notamment sur les élections au Conseil fédéral à venir ainsi que sur l'initiative pour la réduction de la redevance. Interview.
Publié: 23.08.2023 à 19:02 heures
|
Dernière mise à jour: 23.08.2023 à 19:36 heures
1/4
Dans une interview, le président du Centre s'exprime sur les élections à venir.
Bildschirmfoto 2021-05-27 um 10.32.01.png
Pascal Tischhauser

Gerhard Pfister, dans deux mois, il se pourrait bien que vous soyez quasiment à égalité avec le PLR. Ferez-vous la fête?
Gerhard Pfister: Je ne fais pas la fête pour les autres partis. Je ferai la fête si le résultat est bon pour notre parti.

Vous ne seriez tout de même pas triste si votre parti était en tête?
Je me réjouis si nos résultats électoraux sont aussi bons que les sondages. C'est certain.

Vous dites que le label «Le Centre» permet d'attirer de nouveaux électeurs. Lesquels?
En ouvrant le parti, nous nous sommes adressés à des personnes pour qui une politique orientée vers des solutions et la cohésion de la Suisse est importante. Il y a deux ans, notre jeune parti a connu la plus forte croissance parmi tous ses homologues et nous en voyons les effets maintenant. Nous avons de très nombreux jeunes et de très nombreuses femmes qui s'engagent pour Le Centre.

Le parti du centre est celui qui présente le plus grand nombre de candidats – 1118 au total, mais seulement 37% d'entre eux sont des femmes. Est-ce suffisant?
Je me réjouis que nous ayons autant de candidats et que les premières places soient occupées à 50% par des femmes. La moitié de nos candidats, qui ont de bonnes chances d'être élus, sont donc des femmes. Cela montre l'atmosphère de renouveau qui règne dans notre parti.

Les bons résultats des sondages pour Le Centre suscitent des spéculations sur un deuxième siège au Conseil fédéral. Certains se défendent en disant que la formule magique reflète imparfaitement la volonté des électeurs. Pourtant, aucun conseiller fédéral en exercice ne sera révoqué. Mais les élections devraient toutefois avoir des conséquences. Qu'est-ce que cela signifie?
C'est la quadrature du cercle, oui.

Vous essayez tout simplement d'éviter de répondre.
Non, ce n'est juste pas si simple. Si vous voulez que ce soit plus compliqué: il y a toujours une constellation dans laquelle une majorité au Parlement ne veut rien changer.

Publicité

Je préfère que ce soit plus simple.
Il faut avoir à l'esprit qu'en Suisse, les adaptations politiques ne se font pas d'une année électorale à l'autre. Elles prennent davantage de temps. Mais de plus en plus de gens se rendent compte que la logique actuelle du podium, avec un trio gagnant disposant chacun de deux sièges au Conseil fédéral et une quatrième place avec un seul siège, ne fonctionne plus.

Quelle serait la solution?
J'aimerais bien le savoir aussi. Mais je vais vous décevoir. Nous devons attendre de voir comment les électeurs composeront l'Assemblée fédérale. Ce n'est qu'en connaissant les résultats réels que nous pourrons réfléchir.

Allons donc! Tout président dont les sondages prédisent qu'il pourrait dépasser le plus grand parti fait tout pour obtenir un deuxième siège au Conseil fédéral.
Je comprends qu'en tant que journaliste plus expérimenté, vous vouliez me mettre une carotte sous le nez. Mais ne soyez pas trop déçu si je ne mords pas dedans d'ici au 22 octobre.

Alors peut-être croquerez-vous dans une autre carotte? Ne prétendez-vous vraiment pas au poste de chancelier?
Il faut ici une personne qui ait une excellente connaissance de l'administration fédérale et qui connaisse très bien les rouages de Berne. Le nombre de ces profils n'est pas illimité. Comme les autres partis, nous regardons dans nos rangs si quelqu'un parmi ceux qui remplissent ces conditions souhaite se porter candidat.

Publicité

Votre parti se présente en Thurgovie avec onze listes. L'électeur peut-il encore s'y retrouver?
Cela dérange beaucoup moins les électeurs que les journalistes. En Thurgovie, il y aura des élections cantonales au printemps prochain. Cela signifie que de telles candidatures sont également des candidatures de développement pour d'autres fonctions. Tous les candidats sont les meilleurs ambassadeurs et ambassadrices du Centre et de sa politique orientée vers les solutions. Je suis convaincu que l'engagement de ces candidats sera récompensé dans les urnes.

Ne recevez-vous pas de critiques à cette avalanche de listes?
Au contraire, que du positif!

Depuis le coronavirus, de nombreux politiciens se plaignent d'un ton toujours plus dur. Les mails haineux s'accumulent-ils chez vous aussi?
Chez moi aussi, les messages malveillants de personnes qui ne savent pas ce qu'est la décence ont augmenté. Mais je peux dire que je n'ai pas eu affaire à des expériences aussi graves que d'autres. Je profite sans doute du fait que mon canton d'origine est petit et que l'on se connaît mieux. J'observe en outre que les femmes ont tendance à recevoir les critiques les plus véhémentes.

La Suisse est sous pression. On nous reproche de ne pas en faire assez contre les magouilleurs d'argent russes. Vous aussi, vous le déplorez. Que faut-il faire?
L'ensemble du Conseil fédéral doit donner des orientations sur la manière dont il souhaite positionner la Suisse. Ses sept membres doivent faire valoir leurs différents points de vue au sein de l'organe. Et ils doivent se battre pour trouver la meilleure solution. Mais ensuite, le gouvernement doit donner une direction. Il n'est pas possible d'attendre que la pression de l'étranger soit si forte que nous devions une fois de plus céder.

Publicité

C'est toujours ce que fait le Conseil fédéral.
Cela n'arrange pas les choses! Un exemple: l'automne dernier, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a tenté de parler de la neutralité au sein du Conseil fédéral. A mon avis, cette discussion serait nécessaire. Mais si l'on en croit les médias, les autres membres du Conseil fédéral n'étaient même pas prêts à mener ce débat.

Vous semblez personnellement vouloir aider davantage l'Ukraine.
J'étais et je suis toujours d'avis que nous devrions permettre aux pays européens de transmettre à l'Ukraine des armes de fabrication suisse. Et je suis convaincu que le Conseil fédéral pourrait le faire sans nouvelle législation. Si l'on peut recourir au droit d'urgence pour sauver une grande banque, je ne vois pas pourquoi le Conseil fédéral n'assumerait pas son obligation constitutionnelle de défendre les intérêts du pays dans une situation que nous n'avons jamais connue depuis la Seconde Guerre mondiale.

Notre loi interdit l'exportation d'armes vers les pays belligérants. Le Conseil fédéral doit s'y tenir!
Le Conseil fédéral a la compétence d'autoriser la transmission d'armes et de munitions achetées en Suisse si cela est dans l'intérêt de la Suisse. S'il estime qu'une telle transmission n'est pas dans l'intérêt du pays, je peux en prendre acte. Mais j'attends du Conseil fédéral une justification politique. Mais comme le Conseil fédéral n'offre aucune orientation politique, le Parlement reste lui aussi divisé. Je suis pourtant convaincu que nous aurions une majorité au Parlement pour la transmission d'armes et de munitions par les pays européens à l'Ukraine. Pour une majorité de Suisses, il existe un consensus à ce sujet.

A propos de consensus: c'est ce que la SSR est en train d'agiter. Vous êtes un critique virulent de la SRF. Pour quelle raison?
Je suis critique envers de nombreuses décisions de la direction de l'entreprise, pas envers le travail des journalistes. J'ai toujours dit que la direction de la société de radio et de télévision devait mieux expliquer pourquoi un service public fort est nécessaire. Et de mon point de vue, celui-ci est absolument nécessaire!

Publicité

Vous êtes donc toujours contre l'initiative de réduction de moitié?
Oui, je la rejette parce qu'elle est trop radicale et parce que l'ordre n'est pas le bon. Il faut d'abord se mettre d'accord sur ce que doit être la mission de la chaîne publique. Ensuite seulement, on pourra voir quels moyens sont requis pour cela. Dans cette discussion, il ne s'agit pas pour moi de savoir si nous, les politiciens, sommes d'accord avec les reportages de la SSR. Il en va d'ailleurs de même pour les articles de Ringier.

Ils ont lancé l'idée d'une deuxième chaîne à la ARD et ZDF (chaînes allemandes).
L'un des problèmes de la SSR est le manque de concurrence. Il faut un contrepoids. Je ne pense pas simplement à une deuxième télévision d'Etat, mais par exemple à une chaîne privée qui recevrait l'argent de la redevance pour faire aussi des reportages politiques fondés. Une telle chaîne, soutenue par des entreprises de médias privées, devrait, comme la SSR, rendre compte de manière équilibrée, mais pourrait fournir un autre point de vue. A ma connaissance, même l'UDC ne conteste pas la nécessité d'un service public fort.

Est-ce la bonne voie, alors que les gens regardent de moins en moins la télévision?
C'est précisément le défi à relever. Les gens s'informent aujourd'hui par d'autres canaux qu'il y a 20 ans. C'est pourquoi, encore une fois, il faut un bon service public et une SSR. La seule question est de savoir laquelle?

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la