Beat Jans, la «terreur paysanne», réagit au lobby des agriculteurs
«En tant que membre du Parlement, je me suis engagé pour une agriculture durable»

Beat Jans sait traire des vaches, mais il est considéré comme une terreur pour les agriculteurs. S'il est élu au Conseil fédéral, il veut être plus aimable avec le monde paysan. Interview.
Publié: 03.12.2023 à 06:12 heures
|
Dernière mise à jour: 03.12.2023 à 08:10 heures
1/5
Le Bâlois Beat Jans veut devenir conseiller fédéral.
Mitarbeieterportraits_Mai23_20.JPG
Raphael Rauch

Beat Jans est le deuxième candidat qui a été sélectionné par le parti socialiste pour succéder à Alain Berset au Conseil fédéral. Cet agriculteur bâlois de 59 ans se revendique également féministe. Mais qu'espère-t-il de sa potentielle place sous la Coupole? Interview.

Beat Jans, quelle est la plus grande absurdité qui a été écrite à votre sujet ces dernières semaines?
Que je me déchaîne sur le terrain de football. Ce n'est pas vrai.

Comment cette rumeur est-elle née?
Je ne le sais pas. Mais dans l'équipe du Conseil national, j'étais plutôt un joueur calme.

Pas de coups de sang?
Je suis trop vieux pour ça (rires).

«En tant que membre du Parlement, je me suis engagé pour une agriculture durable et j'avais une mission claire pour notre groupe»Beat Jans

Êtes-vous vraiment une terreur pour les paysans?
Au contraire! J'ai moi-même suivi une formation d'agriculteur, je suis ami avec de nombreux paysans et j'aide des collègues à la ferme pour qu'ils puissent partir en vacances.

Vous savez encore traire?
Bien sûr! Mais ce qui est plus difficile que la traite, c'est le nettoyage des machines modernes.

Publicité

Pourtant, le lobby paysan vous considère comme une terreur.
En tant que membre du Parlement, je me suis engagé pour une agriculture durable et j'avais une mission claire pour notre groupe. En tant que membre du Conseil fédéral, je défendrai la politique agricole dans une vision globale.

En tant que parlementaire, vous avez soutenu une initiative selon laquelle les fonctionnaires de Berne devaient manger végétalien.
Je ne m'en souviens plus, à vrai dire.

À quelle fréquence trouve-t-on de la viande sur votre table?
Ma femme est américaine et nous avons récemment fêté Thanksgiving avec deux dindes et de nombreux amis. Mais il peut aussi arriver qu'il n'y ait pas de viande pendant plusieurs semaines. Pour Noël, nous nous réjouissons de déguster un filet Wellington.

Avant l'enfant Jésus, il y a à Bâle Saint-Nicolas. Lequel de vos péchés a-t-il noté dans son livre d'or?
Je reviens encore une fois sur les paysannes et les paysans. Je regrette les malentendus.

Publicité

Une rumeur circule sur Internet selon laquelle vous auriez autrefois cassé le tracteur d'un agriculteur sans payer les dégâts.
Les dégâts ont été payés. Lorsque j'étais apprenti, j'ai conduit un tracteur avec une remorque. Sur un pont étroit, la remorque a dérapé et a endommagé une voiture. Mon maître d'apprentissage a réglé cela de manière équitable avec l'automobiliste.

«Avec l'attaque barbare contre Israël, le Hamas montre son vrai visage: c'est une organisation terroriste. Cela n'a plus rien à voir avec la lutte pour la liberté»Beat Jans

La ministre des Finances Karin Keller-Sutter veut plafonner la franchise pour les touristes d'achat de 300 à 150 euros. Que pensez-vous de cette mesure?
Je comprends le mécontentement des commerçants et des agriculteurs et je leur prête main forte pour cette décision. Toutefois, cela ne changera peut-être pas grand-chose dans les régions proches de la frontière. Les gens traverseront plus souvent la frontière qu'auparavant.

En tant que conseiller national, vous vous êtes opposé à ce que le Hamas soit considéré comme une organisation terroriste. Une erreur?
Oui, j'ai entre-temps mûri sur ce point. Avec l'attaque barbare contre Israël, le Hamas montre son vrai visage: c'est une organisation terroriste. Cela n'a plus rien à voir avec la lutte pour la liberté.

Que répondez-vous au reproche selon lequel vous êtes resté trop longtemps silencieux en tant que président du gouvernement bâlois après l'attaque du Hamas?
Il aurait été préférable que nous envoyions rapidement un communiqué de presse dans lequel nous condamnions clairement la terreur et réaffirmions notre solidarité envers Israël et les juifs de Bâle. Je ferais différemment aujourd'hui.

Publicité
« Bâle profite beaucoup des migrants. Sans eux, les hôpitaux ne fonctionneraient pas»Beat Jans

De nombreux citoyens ont peur que les primes de santé continuent d'augmenter. Quelle promesse faites-vous dans ce contexte?
Aucune. Les coûts de la santé vont continuer à augmenter parce que notre société vieillit. Les méthodes de guérison s'améliorent et le personnel soignant a besoin de plus de moyens. Nous devons néanmoins tout faire pour que les coûts n'explosent pas. Nous devons améliorer la planification hospitalière et veiller à ce que les médicaments soient mis sur le marché au prix le plus bas possible.

La Suisse a-t-elle besoin de plus ou de moins de migration?
L'immigration n'est pas une fin en soi. Mais nous ne devons pas non plus en avoir peur. 37% des personnes vivant à Bâle n'ont pas de passeport suisse. Il y a plus d'un siècle, ce pourcentage était encore plus élevé. Bâle profite beaucoup des migrants. Sans eux, les hôpitaux ne fonctionneraient pas. Et c'est justement la branche pharmaceutique qui recrute les meilleurs spécialistes du monde entier.

Vous vous êtes déjà adressé à Madame Martullo-Blocher au Palais fédéral en l'appelant «Madame Blocher». Le referiez-vous en tant que conseiller fédéral?
Non, c'était un lapsus à l'époque, pour lequel je me suis excusé.

Il y a eu des accusations de harcèlement sexuel au sein du département de la culture de Bâle. Apparemment, vous n'avez enquêté sur ces accusations qu'après l'intervention de la CdG.
Ce n'est pas vrai. Nous prenons ces accusations très au sérieux. Toutefois, pour des raisons de protection de la personnalité, nous ne pouvons pas communiquer de manière proactive.

Publicité
«Si des meutes sont abattues, il y a un risque que les meutes décimées se mettent à chasser de plus en plus d'animaux d'élevage au lieu de gibier»Beat Jans

Quelle est votre opinion sur le thème du loup?
Dans le cadre d'un projet de recherche, j'ai visité à deux reprises des projets sur le loup en Roumanie il y a des années. Au vu de la forte augmentation, je comprends qu'il faille réglementer davantage. Mais là encore, il ne faut pas s'attendre à des miracles. Si des meutes sont abattues, il y a un risque que les meutes décimées se mettent à chasser de plus en plus d'animaux d'élevage au lieu de gibier. Nous devons surveiller cela de près.

Les activistes climatiques sont-ils contre-productifs?
Je crains que cela n'ait nui au mouvement. Je suis père de deux filles qui ont participé à la grève du climat. C'était constructif et orienté vers le dialogue. Les activistes qui se collent au sol ont aussi énervé les gens qui s'engagent pour le climat.

Seriez-vous heureux de reprendre le DETEC d'Albert Rösti?
Pour moi, en tant que scientifique de l'environnement, le DETEC serait un jeu à domicile. Mais Monsieur Rösti aime aussi ce département (rires).

Après le «mariage pour tous», la communauté arc-en-ciel souhaite l'accès à la gestation pour autrui. Votre avis?
Les familles arc-en-ciel méritent plus de soutien. Il ne s'agit pas seulement de la maternité de substitution, mais aussi de la question de l'adoption. Je trouve injuste que les couples hétérosexuels puissent adopter plus facilement que les homosexuels. C'est le bien-être de l'enfant qui devrait primer, et non l'orientation sexuelle des parents.

Publicité
«Je ne veux pas que mes filles aient moins de possibilités que leurs collègues masculins»Beat Jans

Êtes-vous féministe?
Oui.

Qu'est-ce que cela signifie?
Je suis convaincu que le monde est meilleur si nous avons tous les mêmes chances. Je ne veux pas que mes filles aient moins de possibilités que leurs collègues masculins.

Les Vert·e·s ont-ils leur place au Conseil fédéral?
S'ils ont suffisamment de voix, oui. Mais je ne crois guère aux élections anticipées.

Que feriez-vous différemment d'Alain Berset?
Je ne porterais pas de chapeau noir mais un béret. Et en tant que chef du Département fédéral de l'intérieur, j'accorderais plus d'importance au thème de l'égalité.

Publicité

En Italie, 96 chars Ruag sont en train de rouiller. L'Ukraine doit-elle les recevoir?
A ma connaissance, la question de la propriété doit d'abord être réglée. La neutralité est un moyen de préserver notre indépendance et de promouvoir la paix mondiale. L'Ukraine défend nos valeurs et notre indépendance. Il devrait donc être possible pour des tiers de transférer à l'Ukraine les armes que nous exportons. Nous devrions concilier cela avec notre conception de la neutralité.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la