Unité face à la Russie au menu
Emmanuel Macron a reçu Victor Orban à dîner à Paris

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban était à Paris lundi soir pour un dîner de travail avec le président français Emmanuel Macron. Les deux dirigeants ont évoqué le dossier ukrainien, source de désaccord entre la Hongrie et les membres de l'Union européenne.
Publié: 14.03.2023 à 06:48 heures
1/2
Le président français Emmanuel Macron accueille le Premier ministre hongrois Viktor Orban, avant un dîner de travail à l'Elysée, le 13 mars 2023

Emmanuel Macron a reçu lundi soir Viktor Orban à Paris pour insister sur «l'unité des pays européens» sur la guerre en Ukraine face à la voix dissonante que fait régulièrement entendre le Premier ministre hongrois, ainsi que sur les «valeurs européennes» et «l'État de droit».

Lors d'un dîner de travail à l'Élysée, le chef de l'État français et le dirigeant hongrois controversé ont préparé le Conseil européen des 23 et 24 mars à Bruxelles. Ils ont évoqué «les questions de politique industrielle et de compétitivité européennes, ainsi que le sujet des migrations», a déclaré la présidence française.

Europhile contre europhobe

Viktor Orban navigue à contre-courant de ses partenaires européens sur le dossier ukrainien depuis l'invasion russe de l'Ukraine il y a un an. Il fustige la «guerre indirecte» menée par l'Europe contre la Russie et a encore lancé fin février un nouvel appel à un cessez-le-feu.

Au-delà, le dirigeant nationaliste s'est plusieurs fois frotté à l'Union européenne (UE) au sujet du respect fluctuant de l'État de droit en Hongrie, qu'Emmanuel Macron, bien plus europhile, entendait à nouveau soulever lundi soir.

Adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN

Le dîner élyséen, plus d'un an après leur dernière rencontre bilatérale de décembre 2021 à Budapest, «a été l’occasion de réaffirmer la nécessité de l’unité des pays européens dans leur soutien à l’Ukraine face à l’agression russe, notamment via l’application stricte des sanctions contre la Russie», a fait savoir l'entourage du président français.

Il a également «permis d’aborder la question de la ratification de l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN, ainsi que de réformes d’intérêt commun, qui devraient intervenir dans les prochaines semaines au Parlement hongrois», selon l'Élysée.

Publicité

Dépendance aux hydrocarbures russes

Sur les 30 membres de l'Alliance atlantique, seules la Turquie et la Hongrie doivent encore ratifier ces deux nouvelles candidatures déposées en pleine guerre en Ukraine. Une source diplomatique française s'est dite lundi «assez confiante» quant au processus parlementaire engagé côté hongrois.

Depuis le début du conflit en février 2022, Budapest, très dépendant des importations d'hydrocarbures russes, maintient une position ambiguë, se gardant de critiquer le président russe.

Viktor Orban, qui entretenait des liens étroits avec Vladimir Poutine avant la guerre, refuse d'envoyer des armes à Kiev et fustige les sanctions européennes visant Moscou, même s'il les a votées.

État de droit en danger en Hongrie

Depuis son retour au pouvoir en 2010, le dirigeant nationaliste a progressivement mis au pas les contre-pouvoirs, qu'il s'agisse des médias ou de la justice, s'attirant régulièrement les critiques de l'Union européenne.

Publicité

L'UE bloque aussi quelque 12 milliards d'euros de fonds destinés à Budapest dans l'attente de réformes anticorruption.

(AFP)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la