«Tout est possible»
Inquiétude autour d'Alexei Navalny, qui ne donne plus signe de vie

L'opposant de Vladimir Poutine, Alexei Navalny, en détention depuis 2020, n'a plus donné signe de vie depuis une semaine. Son entourage est inquiet. L'un de ses amis se confie à Blick.
Publié: 15.12.2023 à 07:31 heures
L'opposant de Vladimir Poutine est en détention depuis 2020.
RMS_Portrait_AUTOR_242.JPG
Guido Felder

Mais où est Alexei Navalny? L'un des plus fervents opposants de Vladimir Poutine ne donne plus signe de vie depuis une semaine. L'homme avait été l'objet d'une attaque au poison en 2020 et a été condamné à une longue peine en camp de détention à son retour en Russie.

«Nous sommes très inquiets», confie à Blick Vladimir Ashurkov, un ami proche de Navalny. Pour lui, trois scénarios sont envisageables:

  • Navalny pourrait avoir été transféré dans autre un camp de détention, ce qui prendrait plusieurs semaines en Russie. «Ce serait le meilleur scénario», estime cet allié fidèle.

  • L'opposant pourrait avoir été emmené à Moscou. «Nous avons entendu dire qu'il pourrait éventuellement y avoir un autre procès contre lui pour un acte prétendument criminel», rapporte Vladimir Ashurkov.

  • L'état de santé de Navalny pourrait s'être détérioré à un point tel que les autorités n'osent pas communiquer. «Tout est possible», estime Vladimir Ashurkov.

Le dernier signe de vie de Navalny remonte à mardi dernier, lorsque son avocat lui a rendu sa visite quotidienne en prison. «Lorsqu'il est retourné le voir mercredi, il s'est vu refuser l'entrée et a été informé lundi que le prisonnier n'était pas présent.»

Pas de médicaments, pas de dentiste

L'opposant de 47 ans subit en prison un traitement qui peut être comparé à de la torture, affirme son ami. «Il a besoin de médicaments en raison de son intoxication et devrait aller chez le dentiste depuis des mois, ce qui lui est refusé.» Il ne serait pas non plus autorisé à recevoir des paquets de nourriture dont il aurait besoin pour compléter les misérables repas de la prison. En outre, un homme malade, probablement infecté par une maladie contagieuse, lui a été imposé dans sa cellule.

Cet automne, Navalny a de nouveau été transféré dans une cellule d'isolement de deux mètres sur trois pour des raisons fallacieuses. L'incertitude quant à l'endroit où il se trouve et à son état de santé est une torture pour sa famille. Sa femme Julia n'a plus été autorisée à lui rendre visite depuis le début de la guerre en Ukraine. Ses parents ont, eux aussi, essuyé de nombreux refus. «Pas plus tard que la semaine dernière, sa mère s'est présentée aux portes de la prison, mais elle a dû faire demi-tour sans avoir vu son fils», raconte Vladimir Ashurkov. 

Publicité

Fuite à Londres

Son ami vit à Londres depuis 2014 avec sa femme et ses trois enfants. Il y a obtenu l'asile politique après que les autorités russes l'ont accusé en 2013 d'avoir détourné des fonds pour une campagne de Navalny. «Cette accusation était clairement motivée par des raisons politiques. Ni les donateurs, ni Navalny lui-même n'ont constaté d'abus», affirme Vladimir Ashurkov.

Celui-ci voue un véritable culte à son illustre ami. «Il a été empoisonné par un tyran sanguinaire, et pourtant il est revenu en Russie. Il est pour moi un héros digne des légendes grecques.» Le 20 août 2020, l'opposant de Poutine avait été empoisonné à l'agent neurotoxique Novitchok. Alors qu'il se trouvait dans un avion reliant Tomsk à Moscou, il s'était effondré à bord. Le pilote avait entamé un atterrissage d'urgence.

La chancelière allemande de l'époque, Angela Merkel, s'était engagée à ce que Navalny soit soigné à Berlin. Une fois requinqué, il avait pris l'avion pour rentrer en Russie, où il a été immédiatement arrêté et condamné à une peine de prison.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la