Oui à l'adhésion, mais plus tard
Stoltenberg: l'Ukraine deviendra un membre de l'OTAN «à long terme»

L'Ukraine va devenir un membre de l'OTAN, mais «à long terme». C'est ce qu'a affirrmé mardi le secrétaire général de l'Alliance atlantique, à laquelle ce pays en guerre avec la Russie veut adhérer.
Publié: 28.02.2023 à 18:26 heures
«La question actuellement, c'est de s'assurer que l'Ukraine reste une nation indépendante et souveraine, et pour cela nous devons soutenir l'Ukraine», a lancé devant la presse Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN.

«Les pays de l'OTAN sont d'accord pour que l'Ukraine devienne membre de l'alliance, mais, en même temps, c'est une perspective de long terme», a déclaré Jens Stoltenberg au cours d'une visite en Finlande, appelant à bâtir un «cadre» pour éviter qu'elle ne soit à nouveau attaquée à l'avenir.

L'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN est une ligne rouge absolue pour Moscou, qui a invoqué le risque qu'une telle intégration ne se produise pour justifier son offensive, déclenchée le 24 février 2022.

«La question actuellement, c'est de s'assurer que l'Ukraine reste une nation indépendante et souveraine, et pour cela, nous devons soutenir l'Ukraine», a lancé devant la presse M. Stoltenberg. «La guerre du président Poutine en Ukraine se poursuit et il n'y a aucun signe qu'il change ses plans. Il veut contrôler l'Ukraine et il ne se prépare pas à la paix, mais à plus de guerre», a martelé le chef de l'alliance militaire occidentale.

«Nous devons aussi trouver des cadres qui assurent que le président Poutine et la Russie n'envahissent pas l'Ukraine une nouvelle fois», a-t-il dit aux côtés de la Première ministre finlandaise, Sanna Marin.

Pression accrue sur la Turquie et la Hongrie

Pour le secrétaire général de l'Alliance atlantique, «le temps est venu» par ailleurs pour Ankara et Budapest de ratifier l'accession de la Finlande et de la Suède dans l'OTAN, a-t-il réaffirmé. La Turquie et la Hongrie sont les seuls des 30 membres de l'OTAN à ne pas avoir validé l'adhésion de ces deux pays nordiques, qui veulent mettre fin à des décennies hors des alliances militaires en raison de l'invasion de l'Ukraine.

«Tant la Finlande que la Suède ont accompli ce qu'elles avaient promis dans leur accord trilatéral avec la Turquie en juin dernier à Madrid», a insisté M. Stoltenberg. Ankara bloque surtout l'accession de la Suède et envisage de ratifier l'entrée de la Finlande seule. Pour la Hongrie, qui devrait la ratifier en mars, il a dit espérer un feu vert «rapidement».

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la