«Les tyrans tombent toujours»
Découvrez l'homme qui veut renverser Erdogan en Turquie

Démocrate, de gauche, lettré: Kemal Kiliçdaroglu est le contraire du président turc, Recep Tayyip Erdogan. Qui est cet homme qui n'hésite pas à parcourir 400 kilomètres à pied pour défendre sa politique?
Publié: 08.03.2023 à 22:36 heures
|
Dernière mise à jour: 12.05.2023 à 18:37 heures
1/10
Il est l'anti-Erdogan: Kemal Kiliçdaroğlu a été désigné par l'opposition comme candidat à la présidence turque.
BlickMitarbeiter06.JPG
Chiara Schlenz

Reçep Tayyip Erdogan veut inaugurer la 21e année de son pouvoir le 14 mai. Selon les sondages, il doit toutefois craindre pour sa réélection. Son adversaire se nomme Kemal Kiliçdaroğlu, opposant de longue date et président du Parti républicain du peuple, ou CHP.

«Notre plus grand objectif est d'offrir à la Turquie des jours de paix et de joie. Avec l'aide de Dieu, nous traverserons cela tous ensemble», a déclaré le principal intéressé après l'annonce de sa candidature. Les politologues sont convaincus que Kemal Kiliçdaroğlu pourrait séduire des électeurs de tous bords.

L'anti-Erdogan

Depuis presque aussi longtemps que Reçep Tayyip Erdogan est au pouvoir, Kemal Kiliçdaroğlu est considéré comme porteur d'espoir. Il a réussi l'exploit de fédérer l'opposition. Il y a cinq ans, il a organisé une «marche de la justice» de trois semaines et de 400 kilomètres d'Ankara à Istanbul. Il a ainsi gagné non seulement en popularité, mais aussi le surnom lourd de sens de «Mahatma Gandhi de Turquie.»

Durant toutes les années où Kemal Kiliçdaroğlu a été sous les feux de l'actualité, il n'a jamais été associé à des scandales, ce qui compte beaucoup en Turquie. En tant qu'enfant d'une famille alévi pauvre, il est aussi beaucoup plus proche des gens que le président actuel, connu pour son faste et son ostentation.

Sur d'autres sujets également, l'homme de 74 ans est en totale opposition avec Erdogan. Il est favorable à l'adhésion de la Turquie à l'UE et se prononce activement contre la corruption et le népotisme. Son attitude calme – qui contraste encore avec celle de son concurrent, plus agressif – pourrait lui donner des avantages dans la campagne électorale. Le désir de la société turque de trouver une alternative est de plus en plus clair. Elle a besoin, surtout après le tremblement de terre et en pleine crise économique, d'une personne compréhensive et pleine d'espoir. Quelqu'un qui comprenne les gens, qui soit à leur côté.

Le côté obscur

Mais pour tous les opposants à Reçep Tayyip Erdogan, M. Kiliçdaroğlu n'est pas l'homme qui peut vaincre le président actuel. Il n'a encore jamais gagné d'élection au niveau national, il est peu charismatique et menaçait de diviser la coalition des six partis.

Publicité

La nomination de Kemal Kiliçdaroğlu marque la fin d'une période de désaccord de plusieurs mois entre les formations de la coalition. Dernièrement, le thriller politique a conduit à la scission de Meral Akşener (ancienne ministre de l'Intérieur) et du deuxième plus grand parti d'opposition de l'alliance des opposants au président turc. Celle-ci avait proposé Ekrem Imamoğlu et Mansur Yavaş, les maires respectifs d'Istanbul et d'Ankara, comme alternatives. Selon eux, la candidature de Kemal Kiliçdaroğlu aurait pour conséquence de faire perdre les élections à l'opposition.

Lundi, le parti Iyi Parti («Les bons») est revenu à la charge, imposant la condition qu'Ekrem Imamoğlu et Mansur Yavaş soient candidats à la vice-présidence.

L'épreuve de vérité pour Erdogan

On ne sait pas encore si la dispute a nui à l'alliance, mais les observateurs craignent que la désunion du groupe d'opposition des six partis ne soit que plus bénéfique pour Erdogan. Depuis des mois, l'homme de 69 ans avait pu regagner du terrain dans les sondages – même si ses taux d'approbation sont nettement plus bas qu'à l'apogée de son pouvoir.

Et les sondages concernant le CHP restent inférieurs aux chiffres de ceux de l'AKP, le parti d'Erdogan. Kemal Kiliçdaroğlu ne se laisse pas intimider. Il y a quelques semaines, le social-démocrate a prédit la chute politique de son opposant et l'avènement de sa propre ère: «Je veux vous dire un fait qu'il ne peut pas nier: les tyrans finissent toujours par tomber.»

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la