Les expats suisses à Dubaï ne regrettent rien
«Mieux vaut une bonne dictature que notre démocratie»

Ceux qui vivent à Dubaï ne le regrettent souvent matériellement pas, profitant d'une vie de luxe. Blick est allé a la rencontre de quatre expatriés suisses qui ont réussi dans le désert. Leur point commun: la Suisse ne leur manque pas du tout.
Publié: 11.10.2021 à 07:35 heures
|
Dernière mise à jour: 11.10.2021 à 10:13 heures
1/11
Naomi Galli-Merle aime les sports nautiques à Dubaï. Elle a émigré avec sa famille de Genève à Dubaï en 2007.
Nicola Imfeld

Près de 3000 ressortissants suisses vivent à Dubaï. Il s'agit de la plus grande communauté helvétique dans le monde arabe, et elle ne cesse de croître. Les Suisses qui choisissent d'y vivre ont un point commun: ils ont tous réussi là-bas et leur pays ne leur manque pas du tout. Même s'ils ont travaillé dur pour en arriver là, leur vie dans le désert est plus que luxueuse.

«Mieux vaut une bonne dictature que la démocratie suisse»

Première rencontre au bas de la Swiss Tower à Dubaï. «C'est ma fierté», s'extasie Peter Harradine en montrant l'entrée du gratte-ciel sur laquelle sont représentées les 26 armoiries cantonales. En tant que président du Swiss Business Council, il a fait construire la Swiss Tower entre 2008 et 2013.

Peter Harradine, originaire du Tessin, est arrivé à Dubaï en 1976 et dirige ici une entreprise d'horticulture qui compte 1000 employés. Son pays natal ne lui manque pas: «Je préfère une bonne dictature que la démocratie suisse», assure-t-il.

De la télévision suisse au désert

Jeanette Macchi a animé pendant dix ans l'émission dominicale «Fenster zum Sonntag» sur la télévision suisse alémanique. En 2012, elle a plié bagages et a quitté Zurich pour s'installer dans le désert à Dubaï avec son mari et ses deux enfants.

«Je n'ai pas réussi à trouver un travail bien rémunéré, je suis désormais avant tout une femme au foyer», explique l'ex-animatrice, qui préside ici le Swiss Ladies Group. Pour les ados, Dubaï n'est pas toujours facile, dit-elle. «Il y a des règles claires, on ne peut pas tricher», explique Jeanette Macchi. Elle peut vivre sa foi chrétienne dans le pays musulman sans aucun problème.

Là où tout est possible

Elle a eu une belle carrière: Naomi Galli-Merle a émigré avec sa famille de Genève à Dubaï en 2007. Aujourd'hui, elle dirige l'équipe de la ligne suisse de cosmétiques de luxe Valmont au Moyen-Orient. «Si vous voulez travailler et réussir, vous devez venir à Dubaï. Ici, les possibilités sont illimitées», assure avec enthousiasme Naomi Galli-Merle.

Publicité

En tant que jeune femme, elle assure que la vie avec les cheikhs est plus facile et plus sûre. «Je peux me déplacer librement ici le soir et je n'ai pas à avoir peur qu'il m'arrive quelque chose».

Au-dessus des nuages

Elisabeth Erb et sa fille Tanja font tinter leur coupe de champagne. Elles se sont installées confortablement dans la classe affaires d'Emirates. «Enfin, nous rentrons à la maison, à Dubaï. Nous avons dû être patients pendant près de deux ans à cause du Covid», explique Elisabeth Erb, qui se rend dans le désert avec sa fille plusieurs fois par an depuis 21 ans. «Nous avons beaucoup d'amis à Dubaï. C'est le plus bel endroit de la planète», dit Tanja. Avec les cheikhs, elles se sentent en sécurité en tant que femmes. «En Suisse, tout le monde est toujours si envieux. À Dubaï, vous permettez à tout le monde de s'offrir ce luxe.»

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la