Comme dans un film
Bain de sang au Mexique lors de l'arrestation du fils d'un «narco»

La violente arrestation jeudi à Culiacan (Mexique) d'un des fils du célèbre narcotrafiquant Joaquin «El Chapo» Guzman a fait 29 morts lors d'échanges de tirs nourris et jusqu'à l'aéroport, où trois avions ont été touchés, provoquant des scènes de panique.
Publié: 06.01.2023 à 18:03 heures
L'arrestation d'un fils du narcotrafiquant «El Chapo» s'est soldée par 29 morts et des scènes de panique jusque dans un aéroport.

«Dix militaires (...) ont malheureusement perdu la vie dans l'exercice de leurs fonctions», a annoncé vendredi le secrétaire à la Défense, Luis Cresencio Sandoval, en ajoutant qu'il y avait également eu «19 morts» parmi les criminels présumés.

Trente-cinq autres militaires ont été blessés par balle, tandis que 21 personnes ont été arrêtées lors de cette opération qui n'aurait pas fait de victime parmi la population, selon les autorités.

Un haut gradé de l'armée figure parmi les victimes, a indiqué M. Sandoval, précisant que sa patrouille avait été attaquée à la suite de l'arrestation d'Ovidio Guzman, alias «El Raton» («la Souris»).

Attaque lancée pour libérer «El Raton»

L'arrestation du narcotrafiquant présumé, accusé de diriger une faction liée au cartel de Sinaloa fondé il y a quatre décennies par son père, a déclenché une violente riposte avec des véhicules incendiés et des fusillades en plusieurs points de la ville et jusqu'à l'aéroport international.

Un avion de ligne et deux appareils de l'armée de l'Air mexicaine ont été touchés par des projectiles quelques instants avant leur décollage, lors d'une attaque lancée pour tenter de libérer «El Raton».

Les appareils officiels «ont dû effectuer un atterrissage d'urgence, malgré le fait qu'ils aient reçu un nombre important d'impacts», a expliqué le secrétaire à la Défense. Aucun de ces incidents n'a fait de blessés.

Publicité

Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré des passagers se recroqueviller pour échapper aux balles, et des travailleurs aéroportuaires se cacher derrière leurs comptoirs.

Ovidio Guzman a été transféré à bord d'un avion de l'armée de l'Air jusqu'à Mexico, où il a été entendu par le Parquet. Des images diffusées par des médias locaux l'ont ensuite montré, barbu et vêtu d'un gilet orange, embarquer à bord d'un hélicoptère en direction de la prison d'El Altiplano, d'où son père s'était évadé en 2015.

Mise à prix: 5 millions de dollars

Son arrestation intervient trois jours avant l'arrivée au Mexique du président américain, Joe Biden. Washington offrait 5 millions de dollars pour la capture des fils du «Chapo», emprisonné à vie aux États-Unis.

Le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, a nié que cette arrestation soit un geste de son gouvernement à l'égard de Washington et exclu toute extradition «express» d'«El Raton».

Publicité

Ovidio Guzman est le membre le plus connu du clan de «Los Chapitos» qui comprend aussi ses trois frères Joaquin, Ivan Archivaldo et Jesus Alfredo, également impliqués dans le trafic de drogue, selon les autorités mexicaines.

«El Raton» est recherché par les autorités américaines pour trafic de cocaïne, de méthamphétamine et de marijuana aux États-Unis. Selon les autorités américaines, il a la main sur plusieurs laboratoires clandestins qui produisent entre 1360 et 2200 kilogrammes de méthamphétamine par mois.

Cartel de Sinaloa dans le viseur de Washington

Le cartel de Sinaloa est considéré par l'Agence américaine antidrogue (DEA) comme le principal responsable du trafic de fentanyl, une drogue 50 fois plus puissante que l'héroïne, qui a causé de nombreux décès par overdose aux États-Unis.

«D'autres informations indiquent qu'Ovidio a ordonné l'assassinat d'informateurs, d'un trafiquant de drogue et d'un chanteur célèbre qui a refusé de chanter à son mariage», ajoute le rapport.

Publicité

En octobre 2019, «El Raton» avait été brièvement arrêté, puis relâché sur ordre du président, Andrés Manuel Lopez Obrador, après un violent soulèvement à Culiacan consécutif à son arrestation. Le président s'était justifié de cette décision critiquée, arguant qu'un bain de sang avait été évité.

Après avoir tenté sans succès pendant quinze ans de vaincre les puissants cartels à l'aide de la force armée, les États-Unis et le Mexique ont infléchi leur coopération antidrogue en 2021 pour s'attaquer davantage à la pauvreté, à la racine du narcotrafic.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la