Après les affrontements
Paris et Berlin demandent de nouvelles élections municipales au Kosovo

Le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ont demandé jeudi l'organisation de nouvelles élections dans des municipalités contestées du nord du Kosovo, théâtre de récents affrontements.
Publié: 01.06.2023 à 23:02 heures
Les dirigeants français, kosovars et allemands se sont rencontrés en marge du sommet européen de Chisinau ce jeudi 1er juin.

Paris et Berlin souhaitent que de nouvelles élections locales soient organisées au Kosovo, après les violents affrontements qui ont eu lieu au nord du pays. «Nous avons demandé aux deux parties l'organisation dans les meilleurs délais de nouvelles élections dans ces quatre municipalités», a déclaré Emmanuel Macron à l'issue d'une réunion quadripartite avec les présidents serbe et kosovare à Chisinau, en marge d'un sommet de la Communauté politique européenne.

Selon le président français, cette demande implique un «engagement de la part du Kosovo» et la «participation à ces élections de manière claire de la part de la partie serbe».

Interrogée peu après sur ce point, la présidente du Kosovo Vjosa Osmani a assuré qu'elle était «prête à envisager» cette possibilité.

Des «décisions claires» ont été demandées aux deux dirigeants «pour la semaine prochaine», a insisté le président français, évoquant aussi «le règlement prioritaire et sans délai de la question de l'association des municipalités serbes de la part du Kosovo».

Dans le même temps, le chef de la diplomatie de l'UE réunira les ministres des deux parties sur l'association de ces municipalités serbes, a ajouté Emmanuel Macron.

Légitimité en cause

Le chef de l'Etat français a aussi déploré «l'organisation regrettable d'élections alors que les garanties de bon déroulement n'étaient pas fournies» et l'élection de «quatre maires avec moins de 5% des votants, ce qui n'est évidemment pas une condition de légitimité».

Publicité

Depuis quelques jours, la situation est très tendue dans la région, qui va de crise en crise depuis des années. De nombreux membres de la communauté serbe majoritaire dans quatre villes du Nord ne reconnaissent pas l'autorité de Pristina et sont fidèles à Belgrade.

Les Serbes ont boycotté les municipales d'avril dans ces localités, ce qui a abouti à l'élection de maires albanais avec une participation de moins de 3,5%. Leur intronisation la semaine dernière par le gouvernement kosovar a mis le feu aux poudres.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la