Un expert rappelle les bonnes pratiques
Quelle quantité d'eau faut-il vraiment boire chaque jour?

Les gourdes XXL défilent sur TikTok, où de nombreux influenceurs conseillent de boire de grandes quantités d'eau. Cette habitude est-elle vraiment bénéfique? Un spécialiste démêle le vrai du faux.
Publié: 19.02.2024 à 19:00 heures
|
Dernière mise à jour: 20.02.2024 à 09:49 heures
Comme le précise le professeur Menno Pruijm, médecin adjoint au Service de néphrologie et d'hypertension du CHUV, les consignes européennes oscillent autour de 2,5 litres pour les hommes et 2 litres pour les femmes, en incluant l'eau contenue dans les aliments.
Blick_Ellen_de_Meester.png
Ellen De MeesterJournaliste Blick

Les gourdes XXL se sont hissées au sommet des tendances célébrées par TikTok. Toutes calquées sur le modèle des célébrissimes coupes «Stanley», agrémentées d'une paille robuste qui s'érige comme un mât, elles trônent désormais sur les bureaux, tels des biberons badass, plus fiers que s'ils contenaient une infusion de Felix Felicis. 

«Buvez beaucoup d'eau, vous aurez une belle peau», claironnent certains créateurs de contenu en brandissant leur gourde de 1,2 litre. Certains modèles de bouteilles colorées affichent même des petits messages encourageants («Bravo, tu as bien bu!», «Tu y es presque!») pour nous encourager à vider la gourde. À condition de bien les nettoyer pour éviter la prolifération de moisissures (ce n'est pas une blague), elles brillent sur nos écrans, en dignes stars des réseaux sociaux. 

Boire plusieurs verres d'eau plate par jour est évidemment une excellente habitude, indispensable à notre santé. Non seulement notre corps est composé d'environ 60% d'eau, mais plusieurs études ont également démontré l'importance de s'abreuver en quantités suffisantes: une recherche publiée en 2023 dans la revue eBioMedicine et citée par la CNN notait par exemple qu'une bonne hydratation permet de réduire nos risques de contracter une maladie chronique. 

Mais est-il réellement nécessaire de descendre deux gourdes par jour, en plus de nos habituelles tasses de thé et bols de soupe? Il s'avère que le trend, souvent articulé autour d'un objectif de 2 à 3 litres par jour, est un peu simpliste... Mais ne recrachez pas votre gorgée pour autant! Un spécialiste va tout vous expliquer. 

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Quelle est la quantité minimale à boire chaque jour?

«Le sujet de l'hydratation est complexe et les consignes varient, constate le professeur Menno Pruijm, professeur associé et médecin adjoint au Service de néphrologie et d'hypertension du CHUV. Au début des années 2000, des scientifiques américains avaient publié la recommandation d’un apport hydrique, toute source confondue, de 3,7 litres par jour pour les hommes et 2,7 litres par jour pour les femmes.»

En découvrant ces chiffres, je réagis instinctivement, les yeux écarquillés: «C'est beaucoup!». Mais le spécialiste me rappelle qu'environ 20% de cette quantité provient des liquides consommés via la nutrition: «En effet, les aliments solides contiennent aussi de l’eau. Si l’on omet la part de l’alimentation, on arrive à 3 litres par jour pour les hommes et 2,2 litres pour les femmes.»

Publicité

Or, en Europe, les consignes oscillent plutôt autour de 2,5 litres pour les hommes et 2 litres pour les femmes: «Cette différence entre les sexes s’explique par des contrastes biologiques au niveau de la composition corporelle et musculaire», poursuit notre expert.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Que se passe-t-il quand on boit davantage?

Le professeur Pruijm indique par ailleurs que plusieurs études basées sur des échantillons d'urine ont pu démontrer que nous atteignons ces taux sans problème: «En Europe, on boit probablement plus que nécessaire pour survivre, constate-t-il. Nos besoins dépendent du sexe, de l’âge, du taux d’activité physique et du climat. En général, le corps humain est capable de nous signaler un manque d’eau via la sensation de soif.»

Ainsi, l'essentiel est de se fier aux messages de notre organisme (et non aux annotations gravées sur le flanc d'une bouteille...): «En suivant cette règle, on obtient la même espérance de vie qu’une personne qui se surhydrate, analyse le médecin. Aucune étude n’a montré que les individus qui boivent davantage vivent plus longtemps.»

Les personnes qui vident deux gourdes par jour pourraient cependant bénéficier de quelques avantages potentiels: «Il est difficile d’étudier le phénomène de manière précise et les données dont nous disposons sont basées sur une observation de courte durée, tempère le professeur Pruijm. On sait toutefois que les personnes qui boivent beaucoup souffrent plus rarement de maux de tête, tandis que leur risque de souffrir d’infections urinaires diminue.» 

Publicité

Par ailleurs, le spécialiste indique qu'une surhydratation peut aussi contribuer à baisser pression artérielle, et possiblement le risque de contracter le diabète: «La vasopressine, une hormone produite quand on a soif, contribue aussi à stimuler la production et la libération de glucose dans le foie. Mais ce domaine est encore intensément étudié.»

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Boire trop d'eau pose aussi des risques

Sur TikTok, les adeptes de l'hydratation plus ou moins «excessive» soulignent que leurs allers-retours aux toilettes se multiplient de manière flagrante, au cours de la journée. Hormis l'inconfort, la fréquence accrue des mictions pose un autre souci potentiel: «Bien que l'urine semble être composée uniquement d’eau, elle contient aussi d’autres substances, comme du potassium ou du sodium, explique le professeur Pruijm. Ainsi, les reins jouent un rôle clé dans l’homéostasie du milieu intérieur, et aident à maintenir le taux de ces substances dans les valeurs souhaitées. Par ailleurs, les reins doivent expulser une quantité minimale de ces substances pour parvenir à éliminer l’eau que nous buvons.»

Par conséquent, lorsqu’on boit beaucoup sans manger, le corps risque de manquer de ces substances, tandis que les reins ne parviennent plus à éliminer l’eau qu’on a consommée. Résultat: le corps contient trop d’eau, d’importantes substances comme le sodium sont trop diluées et on risque alors de développer une hyponatrémie (taux de sodium trop bas dans le sang), une condition potentiellement mortelle. 

«Les premiers signes sont une confusion, une forte léthargie ou des crises d’épilepsie», précise le spécialiste, avant d'ajouter que ce phénomène reste rare: «Il intervient surtout dans des contextes de prise de drogues (notamment l'ecstasy ou le mdma) ou de neuroleptiques. Rappelons toutefois que les enfants sont dotés d'un volume de stockage moins important et sont plus susceptibles de développer une hyponatrémie: cela peut arriver lorsque les parents n'arrivent pas à acheter des poudres de lait et diluent trop leur alimentation, par exemple.» 

Publicité

Trouver le bon équilibre

De manière générale, le spécialiste souligne que toute personne doit savoir qu’il est essentiel de s’hydrater tout en mangeant au cours de la journée, afin de garantir un bon équilibre des taux eau-sodium dans l'organisme: «C'est d'autant plus important lorsqu'on a beaucoup transpiré, ou lors de canicules. Les aînés et les enfants, dont la sensation de soif est diminuée, doivent alors être encouragés à boire de l'eau, tout en mangeant suffisamment.» Boire suffisamment est donc indispensable, bien sûr. Mais il n'est pas nécessaire de se plier aux recommandations parfois exagérées deTikTok, qui surfe sur la vague protubérante de la tendance des gourdes XXL. 

Pour conclure, le professeur Pruijm rappelle également que nous manquons d'eau au niveau mondial, alors que les sécheresses s'accumulent: «Lorsqu’on boit plus que nécessaire, on tire plus fréquemment la chasse et l’impact écologique est non négligeable. Si l’on écoute simplement notre sensation de soif, tout devrait bien se passer.»

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la