Il n'a pas le même effet toute la journée
Quel est le meilleur moment pour boire son café?

Plutôt au saut du lit ou dans la matinée? Est-ce vraiment une bonne idée après le repas? Et peut-on se le permettre après 18h? La science a (presque) tranché concernant le meilleur moment pour boire son café.
Publié: 11.06.2024 à 06:45 heures
|
Dernière mise à jour: 11.06.2024 à 14:36 heures
Selon des chercheurs de l’université de Bath, l’important est de ne pas boire son café totalement à jeun: cela risque d'entrainer une moins bonne absorption du sucre dans le corps.
image00003.jpeg
Margaux BaralonJournaliste Blick

Chaque matin, ils ne pensent qu’à ça au saut du lit et n'acceptent de tenir une conversation qu’après avoir bu le précieux breuvage. Eux? Les aficionados du café, évidemment. Il faut les voir se jeter sur la machine en titubant, ou tenir des débats pendant des heures sur les avantages d’une cafetière italienne par rapport à des capsules à usage unique. Alors que la véritable question à se poser serait surtout celle du timing. Quand donc doit-on boire du café pour tirer un maximum de bénéfice de la caféine?

Pour le savoir, il faut d’abord parler des effets du café. La revue scientifique «Annual Reviews» s’est chargée de faire une méta-analyse de toutes les données sur le sujet et le résultat est sans appel: le café, consommé dans des quantités raisonnables, est plutôt bon pour la santé, en abaissant les risques de cancer, de diabète ou encore de développement de maladies telles que Parkinson. Mais surtout, la caféine, cette molécule tant recherchée, a des effets stimulants. Elle va augmenter le rythme cardiaque et la pression artérielle, rendre plus alerte et booster les performances cognitives, selon des chercheurs italiens.

Attendre quelques heures après le réveil…

Ces effets sont si concrets qu’ils sont souvent utilisés dans le sport de haut niveau. Une étude menée sur des judoka en 2012 par des scientifiques tunisiens a montré qu’après avoir bu du café, les athlètes avaient un temps de réaction plus court et une augmentation de leur vigueur. Exactement ce que cherchent les personnes qui se jettent sur leur espresso le matin.

Mais justement, est-ce bien utile d’en ingérer au réveil? Pas selon les neurosciences. Le corps sécrète en effet naturellement une hormone qui va nous tenir en alerte: le cortisol, également appelé «hormone du stress». S’il est effectivement produit lorsqu’on se retrouve dans un état anxieux, le cortisol est aussi indispensable pour libérer de l’énergie. Or, il atteint son pic précisément lorsqu’on se lève. Ingérer de la caféine à ce moment-là n’est donc pas idoine. Vous avez déjà le cortisol pour vous aider à ouvrir les yeux et rassembler vos esprits.

Le pic de cortisol est atteint vers 9h, puis l’hormone va petit à petit redescendre dans la matinée. Par conséquent, Il vaut mieux attendre entre 1h30 et 2h après le lever pour boire du café. C’est le moment où la caféine viendra prendre le relais. De même, deux autres pics de cortisol adviennent dans la journée, vers 13h et vers 17h30. Le meilleur moment pour faire appel à la caféine serait donc entre les deux, après le repas, mais avant la fin d’après-midi.

…sans oublier de manger d’abord

Cependant, cette règle n’est pas totalement immuable. Tout simplement parce que le métabolisme diffère d’une personne à l’autre. Et si certains ont vraiment très envie d’un café à 7 heures, ce n’est pas déconseillé. Par ailleurs, aucune étude ne suggère un effet franchement négatif du café bu au saut du lit ou pendant le déjeuner.

Publicité

L’important est en revanche de ne pas boire son café totalement à jeun, selon des chercheurs de l’Université de Bath. Après une mauvaise nuit de sommeil, avaler un espresso avant de prendre son petit-déjeuner entraîne en effet une moins bonne absorption du sucre dans le corps. À terme, cela pourrait donc augmenter les risques de diabète.

Quid du soir?

Tout le monde connaît la sacro-sainte règle du café à éviter dès le milieu d’après-midi et jusqu’en soirée. Mais est-elle justifiée? Et bien là encore, tout dépend du métabolisme de chacun. La «demi-vie» de la caféine, c’est-à-dire la durée pendant laquelle elle va se répandre dans le corps avant d’être éliminée, est de trois à cinq heures en moyenne. Mais elle peut atteindre 16 heures chez certaines personnes!

Or, cette molécule agit en libérant certaines substances chimiques, comme la dopamine (associée au plaisir et au bonheur) et en en bloquant une autre, l’adénosine, responsable quant à elle… d’un bon endormissement. S’il y a encore de la caféine dans votre organisme, cela risque de bloquer l’adénosine au moment crucial où elle s’apprête à faire son travail.

Pour adopter la meilleure routine caféinée, les spécialistes conseillent donc… de tester. À vous de voir si vous êtes un métaboliseur «rapide», qui peut encore boire du café à 18h, ou si au contraire vous dormez mieux en cessant d’en consommer dès la mi-journée. Le plus simple est de faire des tests sur une semaine. Si vous arrêtez le café l’après-midi et que vous dormez mieux, c’est probablement parce que votre consommation habituelle perturbe votre sommeil.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la