Prisonnier en Australie?
«Monsieur Djokovic peut s'en aller quand il veut»

Le gouvernement australien se défend des accusations selon lesquelles il traiterait Novak Djokovic comme un prisonnier. La ministre de l'Intérieur affirme que la star du tennis peut partir quand elle le souhaite.
Publié: 07.01.2022 à 11:47 heures
Novak Djokovic est actuellement bloqué dans cet hôtel de Melbourne.
Andrea Cattani

L’isolement au lieu de l’entraînement sur le court, un hôtel dégoûtant au lieu du luxe: pour la star serbe du tennis Novak Djokovic, le séjour en Australie tourne à l’énorme fiasco après les péripéties autour de son autorisation.

Depuis jeudi, des fans du «Djoker» protestent à Melbourne pour la libération de leur idole. En Serbie aussi, la colère est grande face au traitement réservé à leur héros national. «Djokovic est en prison», s’est par exemple indigné jeudi le président serbe Aleksandar Vucic.

L’Australie ne considère pas Djokovic comme un prisonnier

La ministre australienne de l’Intérieur Karen Andrews se montre en revanche peu impressionnée par ces accusations. La politicienne de 61 ans donne une réponse cinglante au camp Djokovic: «Monsieur Djokovic n’est pas retenu prisonnier en Australie. Il peut partir à tout moment et les gardes-frontières l’aideraient à le faire», déclare Karen Andrews. Autrement dit, personne n’empêche le numéro 1 mondial de quitter le Park Hotel de Melbourne. Novak Djokovic n’aurait qu’à quitter immédiatement le pays, et donc renoncer à l’Open d’Australie.

La ministre de l’Intérieur s’est également défendue contre les reproches selon lesquels les autorités agiraient de manière disproportionnée dans «l’affaire Djokovic». Elle met plutôt la star du tennis face à ses responsabilités: «Djokovic n’a pas fourni les informations correctes pour entrer en Australie. Ces informations sont exigées de toute personne souhaitant entrer dans le pays.» Si le Serbe n’est pas en mesure de répondre à ces exigences, l’entrée sur le territoire n’est tout simplement pas possible.

Le «Djoker» aurait eu le droit à un traitement de faveur

Pour participer au tournoi du Grand Chelem, il faut passer 14 jours en quarantaine (vaccinés ou non). Pour les joueurs, seules les meilleures adresses de Melbourne ont été sélectionnées à cet effet. Outre le Grand Hyatt (5 étoiles) et le Pullman Albert Park (4 étoiles), le View (4 étoiles) servira également d’hébergement.

Il existe toutefois quelques exceptions: des joueurs de haut niveau comme Rafael Nadal, Serena Williams et Novak Djokovic ont prévu de passer leur quarantaine à Adélaïde, à plus de 600 kilomètres de Melbourne. Mais changement de plan il y a eu pour le Serbe.

Publicité

Le week-end dernier, les médias australiens ont rendu publique la décision d’accorder un traitement de faveur à certains joueurs de haut niveau. Dans le contexte de l’imbroglio autour de l’entrée de Djokovic, la critique de cette quarantaine spéciale à Adélaïde s’est encore accrue.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la