«Je ne peux pas payer l'amende»
Elle veut casser sa raquette, mais se ravise et la pose en douceur

Lors du quart de finale de l'Open de Nottingham, l'Australienne Ellen Perez n'était pas contente de perdre. Elle a voulu briser sa raquette, avant de se raviser et de la poser tout en douceur sur le sol.
Publié: 14.06.2024 à 18:45 heures
Ellen Perez (à gauche) lors du dernier Roland-Garros.
Blick Sport

Le geste de briser sa raquette au tennis est presque aussi courant qu'une amortie parfaite ou qu'un passing entre les jambes. Il n'est pas rare de voir les athlètes, après un point perdu, fracasser leur outil de travail contre le sol. Ça a parfois donné lieu à des moments mythiques, comme celui où Nick Kyrgios en a cassé trois d'affilée.

Sauf que, en plus du prix de la raquette, cela peut coûter plus cher aux athlètes. Par exemple, dans son règlement, la WTA annonce qu'en cas de coups avec sa raquette contre le filet, la chaise de l'arbitre ou le sol, les joueuses peuvent être amendées jusqu'à 2500 dollars (contre 500 chez les hommes). Mais sous le coup de la colère, ce n'est pas toujours évident de penser à cet argent qui va s'envoler.

C'est pourtant ce qu'a réussi à faire Ellen Perez. Lors de son quart de finale de double à Nottingham, l'Australienne et sa coéquipière était en train de perdre face à la paire Parry/Dart. Une petite surprise pour le duo qui était tête de série No 2 en Angleterre. Après un coup trop long, Ellen Perez s'énerve et s'apprête à envoyer sa raquette contre le sol. Au dernier moment, elle se ravise mais continue son geste. Alors, celui-ci se termine avec une simple pose de cordage sur le sol. «Quand tu ne gagnes pas de matchs, tu ne peux pas te permettre de prendre des amendes de nos jours», en a rigolé par la suite l'Australienne sur les réseaux sociaux.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la