Mark Cavendish est de retour!
Courageux comme un lion et rusé comme un renard

Mercredi, Mark Cavendish est devenu le recordman de victoire sur le Tour de France. Mais rien n'a été simple pour le cycliste ces dernières années. Le Britannique en a fait voir de toutes les couleurs à tous ses détracteurs.
Publié: 04.07.2024 à 14:56 heures
|
Dernière mise à jour: 04.07.2024 à 15:10 heures
1/10
En novembre 2021, Mark Cavendish, grièvement blessé, a été évacué d'urgence à Gand.
RMS_Portrait_AUTOR_485.JPG
Mathias Germann

En novembre 2021, Mark Cavendish est gravement blessé sur la piste de Gand en Belgique. Deux côtes sont cassées, l'une d'entre elles a percé un trou dans ses poumons. «Je ne me suis relevé à l'époque que pour mes enfants», racontera plus tard le Britannique. Le cycliste est évacué en civière et transporté à l'hôpital.

Sa famille assiste à la scène de près. Son épouse Peta Todd, ex-mannequin de charme, est également à ses côtés. A un moment donné, l'alerte est levée, Cavendish va bien, compte tenu des circonstances. Pour beaucoup, il est néanmoins clair que le super-sprinteur de l'île de Man, lieu des célèbres courses de moto, ne retournera plus jamais sur son vélo.

Et aujourd'hui? Cavendish, anobli pour ses innombrables succès, est le héros acclamé. Il fête sa 35e victoire d'étape sur le Tour de France - 16 ans après sa première en 2008 - et laisse ainsi le «cannibale» Eddy Merckx (34 victoires) derrière lui. Sur le podium, il exulte avec ses quatre enfants. «Quel est l'intérêt d'accomplir quelque chose dans la vie si on ne peut pas le partager avec ses proches, surtout ses enfants?», demande-t-il de manière rhétorique.

«Est-ce ainsi que tu veux terminer ta carrière?»

Cavendish voulait pourtant raccrocher le vélo après la saison dernière. «Et faire enfin la grasse matinée», comme il l'a expliqué. Il en a été autrement parce que le chef d'équipe d'Astana, Alexandre Vinokourov, lui a demandé, après une fracture de la clavicule: «Tu veux finir ta carrière comme ça?» Non, il ne le voulait pas.

Et c'est ainsi que le Britannique s'est encore une fois démené - également en juin dernier sur les innombrables montagnes du Tour de Suisse. Cela a suscité de la pitié chez certains, de l'admiration chez d'autres. Cavendish, qui n'avait plus été à la hauteur de son surnom de «Cannonball» (boulet de canon) depuis longtemps, se fichait des deux. Il voulait dépasser Merckx sur le Tour. C'est exactement ce qu'il a fait. «Mark est le plus grand sprinter de l'histoire», lui rend hommage le directeur du Tour Christian Prudhomme.

La dépression l'a anéanti

Cavendish n'a pas seulement gagné beaucoup (165 courses) et été souvent blessé. Non, il a également souffert de la mononucléose infectieuse et de dépression. A propos de cette dernière, il a déclaré un jour sur Eurosport: «La dépression est simplement associée à la tristesse, mais tu n'es pas uniquement triste. J'ai essayé tant de fois de faire un dessin, mais tu ne peux tout simplement pas. Soit, tu n'as pas de sentiments du tout, soit tu agis et réagis de manière totalement irrationnelle».

Publicité

Sur le vélo, Cavendish s'est débarrassé de son image de voyou - il a réalisé qu'il n'avait plus les jambes les plus rapides. Pourquoi gagne-t-il encore malgré tout? C'est simple: Cavendish est toujours aussi courageux qu'un lion et aussi rusé qu'un renard. C'est ainsi qu'il remporte sa 35e victoire sur le Tour, bien qu'il n'ait plus de coureur dans son équipe. Peu de personnes le pensent maintenant incapable de remporter la 36e victoire.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la