Un prix jamais aussi bas
Credit Suisse poursuit sa terrible chute avec son action à 1,50 franc

L'action du numéro deux bancaire helvétique poursuivait sa dégringolade mercredi après-midi, cédant vers 14h30 30% de sa valeur, pour marquer un nouveau plus bas à 1,5755 franc.
Publié: 15.03.2023 à 14:46 heures
|
Dernière mise à jour: 15.03.2023 à 15:40 heures
Alors qu'elle avait chuté au montant historiquement bas de 1,99 franc à 11h, l'action de Credit Suisse atteignait le prix extrêmement bas de 1,5635 franc à 14h20.

Une véritable dégringolade du prix de l'action de Credit Suisse se produit ce mercredi. Alors qu'elle avait chuté au montant historiquement bas de 1,99 franc à 11h, elle atteignait le prix extrêmement bas de 1,5755 franc à 14h30, cédant ainsi de 29,7% de sa valeur. Un nouveau plus bas historique, dans un important volume de 296,4 millions d'actions échangées. Depuis le début de l'année, la nominative a perdu 39,4%.

Le résultat quasi direct des propos de son principal actionnaire saoudien dans la presse, qui indiquait qu'il n'allait apporter de nouveau soutien financier à la banque.

La capitalisation boursière continuait aussi à s'effondrer à 6,7 milliards de francs, à comparer aux 59,4 milliards du rival UBS ou aux 11,3 milliards de Julius Bär.

«Pas seulement un problème pour la Suisse»

Cette chute s'inscrit dans le contexte d'un mouvement généralisé d'aversion aux risques touchant les titres bancaires, écrivent les analystes de Capital Economics dans un commentaire. «Alors que les marchés financiers semblaient s'être apaisés après la saga (de la banque californienne en faillite) SVB, le mouvement de vente de titres bancaires en Europe a repris ce matin en raison de craintes sur la solidité de Credit Suisse», ont-ils souligné.

Capital Economics rappelle que Credit Suisse, classée d'importance systémique par le régulateur suisse, est d'une importance plus cruciale pour l'économie mondiale que des banques régionales américaines. Son bilan est bien plus important que celui de SVB et plus interconnecté mondialement. «Credit Suisse n'est pas seulement un problème pour la Suisse, mais au niveau mondial».

Cela pourrait aussi avoir un impact sur la décision de politique monétaire jeudi de la Banque centrale européenne (BCE), qui pourrait dans ce contexte tendu adopter une position attentiste, ont-ils ajouté.

Publicité

Heures sombres pour la place financière

Arthur Jurus, stratégiste Senior auprès de la banque Oddo BHF, a pour sa part indiqué que le CDS (Credit default swap, couverture de défaillance) à cinq ans de Credit Suisse était à +625 points de base (pb), «en hausse de 200pb en quelques jours et à son plus haut niveau historique».

Cette nouvelle chute intervient après une série de mauvaises nouvelles pour le secteur bancaire en général et pour Credit Suisse en particulier depuis lundi. Le principal actionnaire de Credit Suisse, le saoudien Saudi National Bank (SNB), a ainsi exclu mercredi un nouveau soutien à la banque zurichoise en difficulté.

Interrogé sur Bloomberg TV sur d'éventuelles nouvelles aides financière à Credit Suisse, le président de SNB, Ammar Al Khudairy a répondu «c'est clairement non pour plusieurs raisons, parmi lesquelles figurent des raisons régulatoires et statutaires».

Credit Suisse avait annoncé en octobre dernier un vaste plan de restructuration, comprenant notamment une augmentation de capital de 4 milliards de francs. La Saudi National Bank s'était alors engagée à hauteur de 1,5 milliard, raflant 9,9% du capital-actions de la banque avec cette opération.

Publicité

Faillites bancaires aux USA

Mardi, Credit Suisse avait reconnu dans son rapport annuel continuer à lutter contre les sorties de liquidités, qui ont ralenti, mais sans que la tendance s'inverse. «Ces reflux se sont stabilisés à des niveaux bien moindres, mais n'ont pas encore inversé la tendance à la date de publication du rapport», avait précisé l'établissement dans le document.

Le groupe zurichois avait subi l'année dernière des retraits massifs de liquidités de 123,2 milliards de francs, dont 110,5 milliards au seul quatrième trimestre.

Lundi déjà, la semaine avait mal commencé pour Credit Suisse, suite aux déboires de plusieurs banques américaines.

Aux Etats-Unis, Silicon Valley Bank (SVB) a été fermée vendredi par les autorités. Sa disparition représente non seulement la plus grande faillite bancaire depuis celle de Washington Mutual en 2008, mais aussi la deuxième plus grosse défaillance d'une banque de détail aux Etats-Unis. La banque, spécialisée dans le financement des jeunes pousses, ne parvenait plus à faire face aux retraits massifs de ses clients, principalement des acteurs de la tech, et ses ultimes tentatives de lever de l'argent frais n'ont pas abouti.

Publicité

La vague de retraits qui a suivi a provoqué la défaillance de deux autres banques, Signature Bank et Silvergate Bank, plus petites, mais connues pour leurs liens particuliers avec le milieu des cryptomonnaies.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la