Un journaliste de Blick fait l'expérience
A quel point le prix de nos courses a-t-il vraiment augmenté?

Une même liste de courses à deux ans d'intervalle: un journaliste de Blick et sa famille ont repéré les produits dont le prix a nettement augmenté à la Migros. Florilège de denrées plus si bon marché.
Publié: 03.09.2023 à 13:06 heures
|
Dernière mise à jour: 11.09.2023 à 10:50 heures
1/6
Le journaliste de Blick Thomas Schlittler, sa femme Lea et leurs enfants Bob, Lars et Aurélie (de droite à gauche) devant la Migros à Winterthur.
Blick_Portrait_1606.JPG
Thomas Schlittler

Fraises, légumes bio, gruyère, jambon fumé de campagne, chocolat Lindt et chips Zweifel – ma femme et moi avons le privilège de gagner suffisamment pour pouvoir flâner à la Migros sans calculatrice. Tout ce que nous souhaitons manger atterrit généralement dans le caddie.

Mais flâner est un bien grand mot, surtout avec trois petits enfants. Ces derniers temps, ce n'est pas tant le bruit de nos gamins qui rend nos courses hebdomadaires désagréables, mais bien le moment de payer, lorsque le caissier annonce le montant que je dois débourser. Les prix n'étaient-ils pas plus avantageux avant?

Le temps a une influence sur les prix

Pour savoir si le spectre de l'inflation se fait vraiment sentir aussi fortement que j'en ai l'impression - ou s'il hante plutôt mon esprit - j'ai ressorti sur mon application Migros d'anciens reçus datant de septembre 2021. J'y suis retourné cette semaine pour acheter à nouveau les mêmes produits.

Pour des courses qui coûtaient 260,10 francs à l'époque, nous payons aujourd'hui 284,95 francs – soit 10% ou environ 25 francs de plus. Cela semble modeste. Mais sur une année, cela représente près de 1300 francs. Pour ce prix-là, nous pourrions prendre une semaine de vacances en famille dans un village pas loin.

Les changements de prix sont très différents selon les articles. Certains sont même devenus moins chers, par exemple les fruits, les baies et les légumes. Pour un kilo de brocoli, il fallait débourser 6,90 francs il y a deux ans, contre seulement 5,50 francs aujourd'hui.

Migros explique cela par la forte influence de la météo sur l'offre. «Cela peut conduire à des niveaux de prix différents selon la saison», explique un porte-parole. En raison de l'été glacial de 2021, les légumes de plein champ, dont font partie les brocolis, ont par exemple dû faire face à d'énormes variations de prix.

Publicité

Mais pour tous les autres produits, c'est plutôt la situation inverse.

Augmentations massives des prix par les fournisseurs?

Le prix de notre baguette de pain hebdomadaire de Saint-Gall, par exemple, a augmenté de 23%. En 2021, il coûtait 2,60 francs, contre 3,20 francs aujourd'hui. Migros explique cela par des matières premières plus chères, notamment le blé, ainsi que par des coûts d'énergie et de personnel plus élevés.

Nous payons également nettement plus pour les produits importés comme la mozzarella Galbani d'Italie (+15%) et la feta Xenia de Grèce (+30%), et l'évolution n'est pas meilleure pour le cottage cheese fait maison (+29%), le beurre (+16%) et la margarine (+28%).

Le ticket de caisse hebdomadaire de la famille Schlittler en 2021 et aujourd'hui.

Migros explique la première par «des augmentations de prix massives» de la part des fournisseurs. Quant aux produits laitiers indigènes, c'est surtout la hausse du prix du lait couplée à l'augmentation des coûts de l'énergie et des emballages qui ont passablement salé la note.

Publicité

Quant aux prix de la margarine, ils auraient surtout augmenté en raison du fort renchérissement des matières premières telles que l'huile de tournesol, de colza et de lin.

En ce qui concerne les capsules de café Royal, dont le prix a augmenté de 20% par rapport à 2021, le porte-parole de l'entreprise évoque également une «forte hausse» des matières premières et des coûts de production.

Des articles comme M-Budget deviennent plus populaires

Ces explications semblent compréhensibles. Mais le porte-monnaie n'en a cure. Pour y remédier, il n'y a donc plus que les légumes bio qui se retrouvent dans notre caddie. Au lieu du Café Royal, nous avons donné une chance aux capsules de café M-Classic et les röstis Hero originaux ont été supplantés par la variante M-Budget.

Nous ne sommes pas les seuls à avoir effectué ces techniques d'économie. Comme le fait savoir Migros, l'entreprise enregistre depuis des mois déjà une demande plus élevée pour les actions et les articles moins chers comme M-Budget.

Publicité

Les enfants apprécient aussi ces variantes bon marché. Ils mangent plus que jamais.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la