«Prioritaire du Chablais»
Vaud et le Valais continuent de s'écharper concernant l'élargissement du Rhône

Le bras de fer valdo-valaisan se poursuit au sujet de la 3e correction du Rhône dans le Chablais. Les députés vaudois soutiennent leur Conseil d'Etat dans ses démarches pour faire avancer le projet, tandis que le canton du Valais «déplore» la réaction de son voisin.
Publié: 30.04.2024 à 16:09 heures
La troisième correction du Rhône dans le Chablais suscite des tensions entre les cantons de Vaud et du Valais (photo d'illustration).

Le torchon brûle entre le Valais et Vaud. L'origine des tensions vient de l'étude, lancée en 2022 en Valais. Elle vise à déterminer si ce projet de troisième correction du Rhône, datant de plusieurs années, répond encore aux défis et besoins actuels.

Les conclusions du rapport ne sont pas encore publiques, mais le canton de Vaud a pu obtenir une première version. Et il s'est alarmé d'une étude qui remettrait en cause le projet, avec des répercussions pour la partie vaudoise du Rhône dans le Chablais.

Selon la RTS, qui a révélé l'information lundi soir, le rapport indiquerait que les objectifs sécuritaires et environnementaux du projet auraient été «surévalués». Des alternatives à l'élargissement du fleuve auraient été trop vite écartées, entraînant une emprise trop importante sur les zones agricoles.

Le Conseil d'Etat vaudois a écrit mi-avril à son homologue valaisan pour dire son inquiétude. Contacté mardi par Keystone-ATS, le canton du Valais a dit «déplorer» cette réaction des autorités vaudoises. Il a affirmé «ne pas comprendre» cette démarche, «alors même que le Conseil d'Etat valaisan n'a pas encore statué sur ce dossier.»

Et alors que les autorités vaudoises critiquent «une démarche unilatérale» du Valais, celui-ci estime avoir «toujours privilégié le dialogue avec les autorités vaudoises» et compte continuer de la sorte, mais «pas par médias interposés.»

«Prioritaire du Chablais»

Mardi après-midi, le Grand Conseil vaudois a adopté à l'unanimité une résolution, visant justement à soutenir le Conseil d'Etat dans ses démarches. «Il est de notre responsabilité de s'assurer que ce projet avance au plus vite», a relevé l'auteur du texte, le syndic d'Aigle Grégory Devaud.

Publicité

Comme ses collègues qui ont pris la parole après lui, l'élu PLR a dit sa «crainte» de voir un projet «repartir de zéro» après deux décennies d'études. Selon lui, ce projet est «indispensable» pour protéger la région des crues, mais aussi pour permettre son développement économique. D'autres projets importants pour la région, tel que le palier hydro-électrique Massongez-Bex-Rhône, en dépendent aussi.

Le conseiller d'Etat Vassilis Venizelos a dit partager ces inquiétudes. Il a aussi mentionné que le financement de la Confédération pourrait être «compromis», si le projet devait être largement remanié.

Le ministre de l'environement a indiqué que des discussions allaient être menées «ces prochains jours» avec le Conseil d'Etat valaisan afin de «trouver un chemin pour faire avancer ce projet le plus rapidement possible».

Vaud et Valais se partagent le Rhône dans le Chablais. C'est dans cette région qu'est notamment prévue la mesure dite «prioritaire du Chablais», soit l'élargissement du fleuve sur 15 km. Du côté amont, la mesure part de Bex (VD) en rive droite et de Massongex (VS) en rive gauche, pour s'étendre jusqu'à Yvorne (VD) et Vouvry (VS). Les plans d'aménagement ont été validés par les deux cantons en 2016.

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la