La plupart ont été volées
Aucune trace de 101 armes de l'armée

Plus de 100 armes de l'armée ont été enregistrées comme disparues en 2023. La plupart ont été volées. Tout militaire qui perd son arme doit s'attendre à des conséquences – amendes, pénalités financières ou même arrêts.
Publié: 19.01.2024 à 10:35 heures
|
Dernière mise à jour: 19.01.2024 à 10:46 heures
1/5
Chaque année, des armes de l'armée sont déclarées disparues.
Ruedi Studer

Pour l'armée, c'est un mal récurrent: chaque année, des dizaines de fusils d'assaut et de pistolets sont portés disparus. 2023 ne fait pas exception à la règle: 101 armes de l'armée ont été perdues. C'est un peu plus que l'année précédente, où 96 armes avaient été perdues.

Dans 88 cas, il s'agissait du fusil d'assaut 90, dans 13 cas du pistolet 75. 95 armes ont disparu à la suite de vols. Dans les autres cas, la raison est inconnue. Depuis 2009, l'armée a enregistré 1233 armes militaires comme disparues.

Les pertes d'armes sont presque inchangées par rapport à 2022 et se situent dans la fourchette des fluctuations des années précédentes, comme le montrent les statistiques. Toutefois, en 2020, le chiffre était nettement plus bas avec seulement 70 armes disparues. Cela pourrait s'expliquer par la pandémie de Covid, lorsque de nombreuses personnes étaient à la maison, ce qui peut avoir découragé les voleurs potentiels.

32 armes retrouvées

L'année dernière, 32 armes enregistrées comme disparues ont tout de même été retrouvées – 24 fusils d'assaut et huit pistolets. Un peu plus que l'année précédente. «La plupart des armes ont été retrouvées dans les logements des personnes qui avaient annoncé leur perte ou chez leurs nouveaux locataires, écrit l'armée. Une autre partie des armes a été saisie par la police lors d'enquêtes.»

La plupart des armes trouvées sont retournées à la base logistique de l'armée par les corps de police cantonaux, car elles sont généralement remises à la police par des citoyens ou trouvées lors d'interventions de la police.

Les «délinquants» risquent des conséquences

L'armée ne prend absolument pas le problème à la légère et a lancé une campagne de prévention dès 2017. Et selon les situations, les punitions peuvent être sévères pour les «délinquants». Dans les cas les moins graves, on s'en tire avec une sanction disciplinaire de la part de la troupe. Dans de nombreux cas, il y a une amende. Mais en cas de faute grave, la peine peut aller jusqu'à trois ans de privation de liberté. Si l'arme a été volée, on peut éventuellement s'en sortir sans sanction si l'arme a été conservée conformément aux règles.

Publicité

L'armée sensibilise les militaires au maniement des armes, notamment par une mention correspondante dans le livret de service, afin de réduire le nombre d'armes perdues. Et: «En outre, les commandants de troupe abordent la question de la prévention des pertes d'armes pendant les écoles de recrues et les cours de répétition.»

Comme l'avait déjà souligné un porte-parole de l'armée: «L'armée suisse met tout en œuvre pour éviter les pertes d'armes, car chaque arme disparue est une arme de trop.»


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la