Il s'appelle FLiRT mais n'a rien d'adorable
Ce nouveau variant du Covid va-t-il nous gâcher le printemps?

Nous préférerions en finir définitivement avec lui, pourtant le Covid-19 ne cesse d'évoluer. Aux États-Unis, un nouveau variant gagne chaque jour du terrain. Blick fait le point sur la situation en Suisse.
Publié: 07.05.2024 à 19:33 heures
|
Dernière mise à jour: 07.05.2024 à 19:43 heures
1/5
Un nouveau variant du Covid a actuellement le vent en poupe.
Natalie Zumkeller

Déjà au début de l'année, la variante JN.1 du Covid, également appelée «Juno», a provoqué une augmentation rapide du nombre d'infections en Grande-Bretagne – aujourd'hui, de nouvelles modifications sont déjà en train de se développer. Ainsi, des analyses d'eaux usées aux Etats-Unis ont révélé la présence d'une famille de variants, dits FLiRT. Un nom composé de l'appellation de ses différentes mutations (F456L et R346T).

Leurs noms vous semblent romantiques? Pourtant les variants FLiRT pourraient être responsables de la prochaine vague d'infections. L'un de ces variants FLiRT en particulier attire l'attention: KP.2.

Le candidat parfait pour la prochaine vague de Covid?

KP.2 serait déjà responsable d'une infection au Covid sur quatre aux Etats-Unis. Une étude japonaise a par ailleurs démontré que KP.2 possédait un potentiel viral élevé, plus élevé encore que celui du variant Juno. Ces caractéristiques font de cette modification un candidat parfait pour une prochaine vague de Covid.

Interrogé par Blick, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a pour l'instant tempéré les inquiétudes: la situation est suivie de près, «mais les experts internationaux estiment que le risque d'une vague importante dans un avenir proche est faible». Il n'est toutefois pas possible de faire une évaluation plus précise pour l'instant.

Contrairement au variant Juno, qui s'est fait remarquer pour des symptômes tels que des problèmes de sommeil, l'OFSP n'a pas encore connaissance de symptômes inhabituels pour les variants FLiRT. La vaccination pour le Covid-19 devrait néanmoins protéger contre les évolutions plus graves de cette variante également.

Aucun cas de KP.2 n'a cependant encore été enregistré en Suisse: «Jusqu'à présent, aucun des variants FLiRT n'a été détecté dans les eaux usées en Suisse et déclaré à l'OFSP.»

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la