Elle accuse l'hôpital d'être responsable
«Kihan a dit 'maman' et est mort dans mes bras»

Cette mère est dévastée. Après avoir amené à multiples reprises son fils à l'hôpital, Kihan, 2 ans, est mort. Elle raconte ce drame et pourquoi elle en veut aux médecins, qui, selon elle, ont ignoré la gravité de la situation.
Publié: 13.04.2024 à 06:05 heures
|
Dernière mise à jour: 13.04.2024 à 08:44 heures
1/4
Gajaana A. est devastée par la mort de son fils Kihan, alors âgé de deux ans.
RMS_Portrait_AUTOR_940.JPG
Ralph Donghi

Les médecins étaient persuadés que le petit Kihan, 2 ans, n'avait qu'une grippe. Et renvoyaient sans cesse le garçon et sa mère Gajaana A.* à la maison. Peu de temps après, l'enfant meurt. La mère est dévastée.

Le drame a commencé en décembre 2021, Kihan a alors deux ans. «Avant cela, il était toujours actif», raconte-t-elle. Mais il a commencé à tousser, à avoir un rhume et de la fièvre. Ils sont allés plusieurs fois chez le pédiatre et ont reçu des médicaments. Mais «il n'allait pas mieux».

Une première visite infructueuse

Gajaana A. assure que Kihan est tombé malade à plusieurs reprises. «Malgré cela, le pédiatre ne s'est pas méfié.» Il aurait affirmé que c'était à cause de la météo et que beaucoup d'enfants étaient malades actuellement.

Mais la situation s'est ensuite aggravée. «Le 14 janvier, Kihan a soudainement eu 40 degrés de fièvre. Il ne mangeait plus, ne buvait plus, n'était plus aussi actif.» La mère se rend à l'hôpital avec son fils le 16 janvier. Il aurait été contrôlé. Réponse: «C'est une grippe normale. On ne nous a donné que des suppositoires et on nous a renvoyés à la maison.»

«J'ai crié: 'Regardez, il ne va pas bien!'»Gajaana A., la mère du petit décédé

Le lendemain matin, l'état de Kihan s'est encore aggravé, raconte sa mère. «Je suis immédiatement allée voir le pédiatre.» Celui-ci aurait constaté que Kihan respirait très mal et qu'elle devait l'emmener d'urgence à l'hôpital. Le médecin a appelé l'hôpital et a insisté pour que le garçon soit pris en charge.

Il est devenu «tout blanc»

Gajaana A. se rend une deuxième fois au centre hospitalier de Bienne. «C'était une catastrophe!» On les aurait fait attendre deux heures. Et là, le même diagnostic: une grippe. «Je leur ai dit de m'écouter! Je ne rentrerai pas chez moi.» Les médecins les auraient finalement laissés rester. 

Publicité

Le lendemain matin, Kihan bougeait peu et pleurait, raconte sa mère. «Il respirait de plus en plus difficilement. Les médecins lui ont donné de l'oxygène.» Peu après, son fils serait devenu «tout blanc» et ne bougeait plus. «J'ai crié: 'Regardez, il ne va pas bien!'» Un autre spécialiste serait venu. Il aurait prescrit encore plus d'oxygène à Kihan.

«Mort dans mes bras»

Seulement, «lorsque les médecins sont repartis, Kihan a soudain eu du sang dans la bouche», raconte la mère. Elle n'a fait que crier. «Je l'ai embrassé et lui ai dit qu'il ne devait pas avoir peur et que tout irait bien. Que maman était là», se console cette mère de 30 ans. «Puis Kihan a repris trois fois son souffle. Il m'a dit: 'Maman'… et il est mort dans mes bras. Je lui ai tenu la main pendant tout ce temps.» Elle n'a fait que crier. L'infirmière aurait téléphoné à un médecin, mais «c'était trop tard».

«Il avait beaucoup de tubes dans la bouche et ses yeux étaient scotchés»Gajaana A., la mère du petit décédé

La trentenaire a ensuite été conduite dans le couloir de l'hôpital. «Il y avait soudain beaucoup de médecins», assure-t-elle. On lui a annoncé qu'ils avaient réanimé Kihan et qu'il allait être transporté par hélicoptère dans une clinique spécialisée. «Je n'avais plus qu'à prier.» Elle a encore pu voir son fils partir en lit. «Il avait beaucoup de tubes dans la bouche et ses yeux étaient scotchés.»

Le père Damien A. et la sœur âgée de 7 ans sont arrivés au centre hospitalier. «Mon mari a pris l'hélicoptère avec Kihan. Je pensais que s'il entendait sa voix, il se réveillerait», raconte-t-elle. Mais, les médecins ont indiqué qu'ils ne pouvaient plus rien faire pour le garçon. La famille aurait tout de même pu lui dire au revoir. «C'était très dur.»

Publicité

Qui est coupable de la mort?

La police est arrivée à l'hôpital. Kihan est traité comme un cas de décès exceptionnel. «Nous voulions savoir si des erreurs avaient été commises dans le premier hôpital et de quoi il était mort», explique Gajaana A. L'avocat et ex-conseiller national PS Boris Banga les a aidés dans cette tâche. Il explique à Blick: «Mes clients sont d'avis que leur fils n'a pas été traité correctement à l'hôpital. Je suis également de cet avis. Mais malheureusement, selon le Ministère public, personne ne devrait être coupable de la mort du petit garçon.»

«Je n'ai plus confiance dans les autorités»Gajaana A., la mère du petit décédé

Concrètement, une ordonnance de non-lieu a été rendue le 18 mars 2024, dont Blick a eu connaissance. L'autopsie a révélé que le garçon souffrait d'un mélange de différentes infections. Il avait un début de pneumonie. De plus, il souffrait d'une bronchite chronique avec des parties des poumons surgonflées et non ventilées. La question de savoir ce qui a provoqué la mort reste ouverte. Aucune faute ne peut donc être reprochée aux médecins.

L'hôpital concerné n'a répondu à aucune question de Blick: «Pour des raisons de secret médical et de protection de la personnalité, nous ne donnons en principe aucune information sur les patientes ou les patients et vous renvoyons à l'ordonnance de classement du Ministère public.»

«Nous avons remis ses cendres à la mer au Sri Lanka»

Christof Scheurer du Ministère public général du canton de Berne ne s'est que partiellement prononcé sur l'affaire. Il comprend toutefois la colère de Gajaana A., et déclare: «Face à ce destin tragique, le Ministère public comprend parfaitement la souffrance de la mère de l'enfant.» Mais lors de l'évaluation de ce cas de décès exceptionnel, les autorités d'enquête doivent «s'orienter exclusivement sur les faits juridiquement pertinents».

Publicité

Ce n'est pas une consolation pour Gajaana A., qui a entre-temps donné naissance à une deuxième petite fille, âgé de un an. «Le combat n'a servi à rien. J'ai perdu confiance en l'hôpital, où moi et mes enfants sommes nés.» Elle ne veut plus continuer à se battre. «Je n'ai plus confiance dans les autorités.»

Kihan a trouvé sa dernière demeure dans le pays d'origine de la famille. «Nous avons remis ses cendres à la mer au Sri Lanka, se confie Gajaana A. Pour qu'il soit aussi proche de ses grands-parents. Kihan est toujours avec moi. Tout près et au fond de mon cœur.»

* Nom connu

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la