Des emplois fixes déjà transformés
Moins de postes seront supprimés à l'avenir chez Migros, assure son patron

Après avoir annoncé la réduction de 500 postes mardi, le patron de Migros assure qu'il n'y aura plus de suppressions d'emplois aussi importantes. «Nous avons déjà transformé de nombreux emplois fixes en emplois temporaires ou n'avons plus pourvu les postes vacants».
Publié: 23.06.2024 à 06:19 heures
Mario Irminger, ex-directeur général de Denner, a repris le poste de président de la direction générale de la Fédération des coopératives Migros le 1er mai 2023 (archives).
sda-logo.jpeg
ATS Agence télégraphique suisse

Le patron de Migros, AMrio Irminger, assure qu'il n'y aura plus de nouvelles suppressions d'emplois après l'annonce de mardi. Pour rappel, 500 postes vont être biffés. «Nous avons déjà transformé de nombreux emplois fixes en emplois temporaires ou n'avons plus pourvu les postes vacants», a-t-il informé.

«Si nous vendons tous les magasins spécialisés, nous devrons malheureusement nous séparer du personnel administratif, logistique et informatique, car ces fonctions disparaîtront également. Nous avons [...] anticipé cette situation», explique le président de la direction générale de la Fédération des coopératives Migros, Mario Irminger, dans un entretien diffusé par Le Matin Dimanche. 

La restructuration de Migros, annoncée au début février, prévoit la suppression de près de 1500 emplois sur les 100'000 que compte le groupe. Jusqu'à présent, 700 réductions d'emplois ont été rendues publiques. Mario Irminger prévient cependant que de nouvelles suppressions de postes sont possibles, «mais dans une moindre mesure». 

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la