Dans le département du Gard en France
Un jeune homme matraqué à mort pour une dette de 30 euros

Un jeune homme de 25 ans est décédé, supposément roué de coups par son neveu de 21 ans le mardi 16 avril dans une petite ville du Gard, en France. En cause? Une dette de... 30 euros, d'après la presse de l'Hexagone. Une enquête pour homicide est en cours.
Publié: 18.04.2024 à 19:32 heures
Un jeune de 21 ans aurait matraqué à mort son oncle pour 30 euros... (Image d'illustration)
Blick_Daniella_Gorbunova.png
Daniella GorbunovaJournaliste Blick

Il aurait tué son oncle pour une dette de 30 euros. C’est l’information relayée par le quotidien régional français «Midi libre» le mardi 16 avril au soir. Les faits se seraient déroulés le jour même, en plein centre de la petite ville française de Quissac, dans le sud de la France, dans le département du Gard.

Que s’est-il passé, selon la presse de l’Hexagone? Dans un second article, «Midi libre» relate l’histoire derrière l’événement tragique. Un homme de 21 ans, l’auteur présumé du meurtre, aurait donné rendez-vous à son oncle de 25 ans mardi en fin d’après-midi. Dans le but de «s’expliquer», et lui réclamer une somme de 30 euros, que le tonton devait rendre à une connaissance du neveu, de toute évidence.

Avant de rejoindre son parent, le jeune de 21 ans aurait fait une halte pour se procurer une matraque télescopique. Une fois les deux hommes face à face, ça dérape: non loin de la mairie de Quissac, l’oncle est roué de coups et tombe au sol.

Mort chez lui?

Des témoins auraient ensuite raccompagné la victime à son domicile, d’après nos confrères, où les pompiers sont vite intervenus — mais le quidam n’a pas pu être réanimé.

Une autopsie du corps de la victime a été réalisée mercredi matin. Elle confirme «qu’un coup direct a été porté à la tête de la victime avec un objet contondant, qui a causé une hémorragie», comme l’a confié le procureur d’Alès à nos confrères français.

Il se rend grâce à sa mère

Le supposé agresseur a également rejoint son domicile après ces faits de violence, abandonnant la victime sur place. Une fois chez lui, c’est la mère du jeune homme de 21 ans qui aurait convaincu ce dernier de se rendre à la gendarmerie, pour se dénoncer, une heure après les faits.

Publicité

L’auteur présumé a été directement placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête pour homicide ouverte à cette occasion, confiée aux gendarmes de la compagnie du Vigan. Il devrait ensuite être transféré au parquet de Nîmes.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la