Après les greens lausannois
Plusieurs golfs romands ont été saccagés par des activistes

Quelques jours après avoir ciblé le golf de Lausanne, des activistes climatiques ont endommagé deux nouveaux terrains à Cologny (GE) et Payerne (VD). Ils ont labouré les greens, creusé des trous pour y planter des légumes et écrit des tags sur le gazon.
Publié: 17.04.2023 à 15:54 heures
|
Dernière mise à jour: 18.04.2023 à 20:42 heures
Selon Léman Bleu, ces déprédations auraient été commises par des activistes estimant que le golf serait un lieu trop consommateur d'eau et que ce sport aurait un impact négatif sur la faune et la flore environnantes.
Blick

Un peu moins d’une semaine après les dégradations du Golf club de Lausanne dévoilées par Blick, le golf de Cologny (GE) et celui de Payerne (VD) ont été victimes d’actes de vandalisme. Des individus ont pénétré sur les terrains dans la nuit de dimanche à lundi, labourant les greens, creusant des trous «pour y mettre des pommes de terre» et écrivant des tags sur le gazon. L’information concernant le golf genevois, révélée par la télévision Léman Bleu, a été confirmée par la porte-parole de la police du canton Aline Dard.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Sécurité renforcée

Interrogé par Léman Bleu, le directeur du golf de Cologny Pascal Mathieu a précisé que les dégâts n’étaient pas irréversibles et que les jardiniers étaient à pied d’œuvre pour remettre les terrains en état. En outre, dans l’immédiat, la sécurité autour de la propriété sera renforcée.

Dans leur communiqué, les activistes des «Grondements des Terres» expliquent vouloir s’en prendre à «un des sports les plus polluants au monde». Ils dénoncent notamment la consommation d’eau nécessaire à maintenir un terrain de golf en état et, selon eux, l’impact négatif de ce sport sur la faune et la flore environnantes.

Actions multiples

Ce collectif s’est fait connaître début mars en s’installant quelques semaines dans une forêt au bord de la Venoge, sur la commune de Vufflens-la-Ville (VD). Leur campement temporaire visait à dénoncer l’utilisation potentielle du site comme gisement de gravier par l’entreprise Orllati.

Une entreprise qui, elle aussi, a été la cible d’activistes climatiques la semaine dernière. Un groupuscule se faisant appeler «Dégonfle ton pneu» avait affirmé avoir saboté «une centaine de pneus» de véhicules appartenant au groupe de construction.

La porte-parole d’Orllati avait confirmé à Keystone-ATS «des actes de vandalisme», sans donner davantage de détails. Des plaintes ont été déposées.

Publicité

(Avec l'ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la