Salué par Macron
Décès de l'ancien ministre français de la Défense François Léotard

L'ancien ministre français de la Défense et de la Culture François Léotard est mort à l'âge de 81 ans. Emmanuel Macron a salué mardi sur Twitter «un esprit libre, un homme de livres et d'engagement» qui a «servi l'Etat et porté une grande idée de la culture».
Publié: 25.04.2023 à 14:14 heures
|
Dernière mise à jour: 25.04.2023 à 14:15 heures
Outre ses postes ministériels, François Léotard a été quatre fois député du Var et maire de Fréjus durant 20 ans (archives).

François Léotard, ancien ministre français de la Défense, est mort à l'âge de 81 ans.«François Léotard a servi l'Etat et porté une grande idée de la culture (...) Son Var natal, la France qu'il a défendue, la République qu'il aimait éprouvent aujourd'hui une grande perte», a estimé le chef de l'Etat sur Twitter.

Le président de la région Sud Renaud Muselier a de son côté rendu hommage à «un homme d'Etat et de territoires» qui fut «quatre fois député du Var et maire de Fréjus pendant 20 ans».

Ancien patron du parti centriste UDF de 1996 à 1998, François Léotard avait été ministre lors des deux cohabitations sous François Mitterrand: de la Culture (1986-88) dans le gouvernement de Jacques Chirac, puis de la Défense (1993-95) dans le gouvernement d'Edouard Balladur.

Lassé de la politique

«Homme de conviction et d'engagement, les armées gardent de lui le souvenir d'un homme profondément attaché à la souveraineté et à l'indépendance de la France», a affirmé l'actuel ministre des Armées Sébastien Lecornu.

Précoce et ombrageux, sportif et stressé, ce politique en qui beaucoup voyaient un présidentiable en puissance avait quitté la politique dans les années 2000. Frappé de «lassitude», M. Léotard expliquera ensuite qu'il «ne supportait plus» le monde politique, son aspect «prostitutionnel», fait de «flatterie» et de «mensonge», qu'il lui fallait retrouver «son propre langage».

Des échecs électoraux et des ennuis judiciaires - condamnation en 2004 à dix mois de prison avec sursis pour blanchiment et financement illicite d'un parti - l'avaient aussi fragilisé.

Publicité

L'ancien ministre était le frère du chanteur et comédien Philippe Léotard, décédé en 2001.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la