Le président américain n'en peut plus
Joe Biden traite Benjamin Netanyahu de «connard»

Les attaques lancées par Benjamin Netanyahu dans la bande de Gaza ne plaisent pas à Joe Biden. Et il l'exprime clairement – du moins, dans ses conversations privées.
Publié: 13.02.2024 à 15:58 heures
Joe Biden (à droite) et Benjamin Netanyahu manifestaient encore leur unité en octobre. Mais en coulisses, les choses semblent être différentes.
Roman Neumann

Le président américain Joe Biden, qui s'est récemment inscrit sur TikTok, en a visiblement assez du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Il l'aurait traité de «connard», comme l'ont déclaré trois témoins à NBC News. Ce n'est pas la première fois que le président sort de ses gonds. Il a récemment eu des propos similaires concernant son adversaire de toujours Donald Trump.

Apparemment, Joe Biden est frustré de ne pas pouvoir empêcher Israël de continuer à agir de la sorte dans la bande de Gaza, et de voir que les victimes civiles se comptent par milliers. Benjamin Netanyahu lui fait «vivre l'enfer», aurait déclaré Joe Biden: il serait impossible de traiter avec lui.

Joe Biden met en garde contre l'offensive de Rafah

Un porte-parole du Conseil de sécurité nationale a indiqué dans une déclaration que les deux chefs d'Etat entretenaient des relations respectueuses. «Le président a clairement indiqué les points sur lesquels il n'est pas d'accord avec le Premier ministre, mais il s'agit d'une relation qui dure depuis des décennies et qui est respectueuse en public et en privé», est-il écrit.

En public, Joe Biden a de nouveau insisté sur la protection de la population civile dans le cadre de l'offensive militaire israélienne prévue dans la ville de Rafah dans la bande de Gaza.

Une opération militaire à Rafah «ne doit pas avoir lieu sans un plan crédible pour garantir la sécurité et le soutien de plus d'un million de personnes qui y cherchent refuge», a déclaré le président américain lundi après une rencontre avec le roi Abdallah II de Jordanie à la Maison-Blanche.

La population civile doit être protégée

De nombreuses personnes ont été chassées de la zone à plusieurs reprises, fuyant la violence dans le nord. Les civils sont désormais «entassés, sans protection et sans défense» à Rafah. «Ils doivent être protégés», a exigé Joe Biden. Le gouvernement américain a en outre clairement indiqué qu'il était opposé à toute expulsion forcée de Palestiniens de la bande de Gaza.

Publicité

Dans sa guerre contre le Hamas, Israël se prépare actuellement à une offensive militaire dans cette ville limitrophe de l'Egypte. A cette fin, l'armée doit élaborer des plans qui prévoient également l'évacuation de centaines de milliers de civils qui y cherchent un abri dans un espace restreint. Le projet prévu dans cette ville surpeuplée suscite de vives critiques au niveau international. 

(Avec l'ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la