«J'ai eu l'impression de brûler de l'intérieur»
Une femme prend de l'ibuprofène et est plongée dans un coma de 17 jours

Pour lutter contre ses douleurs menstruelles, une femme a pris des analgésiques. Mais ce qui devait soulager sa douleur la mène dans une périple médical et un coma artificiel.
Publié: 09.05.2024 à 22:00 heures
1/4
Une femme a été plongée dans un coma artificiel après avoir pris un comprimé d'ibuprofène.
Maag Fabienne

Des cloques dans la bouche, des brûlures au visage, des yeux endommagés et un coma de 17 jours: voilà le calvaire de Jaqueline Gmack, une Brésilienne de 31 ans. Cette violente réaction physique a été déclenchée par un analgésique populaire et généralement inoffensif, l'ibuprofène, comme le rapporte «The Sun».

En raison de ses douleurs menstruelles, la jeune femme a pris un comprimé. Mais au bout de deux jours, une légère démangeaison oculaire est apparue et le lendemain, elle s'est réveillée avec des cloques de brûlure dans la bouche. La Brésilienne s'est immédiatement rendue aux urgences, où son état s'est rapidement détérioré.

«J'avais l'impression de brûler de l'intérieur»

Peu de temps après, son visage était recouvert de grosses cloques de brûlure, si bien qu'elle ne pouvait presque plus voir. «J'avais l'impression de brûler de l'intérieur», a déclaré la jeune femme citée par «The Sun». Elle est restée 17 jours dans un coma artificiel. «J'ai remarqué que tout mon corps était bandé et que ma vision était très floue. J'étais branchée à un respirateur, mais je ne souffrais pas».

L'équipe médicale déduit alors rapidement que la jeune Brésilienne souffre de ce que l'on appelle le syndrome de Stevens-Johnson, une maladie rare qui entraîne une réaction excessive de l'organisme à certains médicaments. Une telle réaction peut notamment se produire après la prise d'antiépileptiques ou d'antibiotiques. Le corps attaque alors ses propres cellules cutanées, ce qui provoque des cloques et des symptômes de brûlures.

«Un miracle que j'aie survécu»

«Les médecins m'ont dit que c'était un miracle que j'aie survécu». Ce sont surtout ses yeux qui auraient subi des dommages ultérieurs. Comme elle l'a confié à «The Sun», elle n'a plus que 40% de sa vision initiale. «Le plus dur, c'est de savoir que je n'aurai plus jamais la même vision qu'avant», a déclaré la Brésilienne.

Depuis sa première opération en 2011, elle a subi jusqu'à présent environ 24 interventions, dont des greffes de cornée et de cellules souches. Elle devra cependant subir des traitements ophtalmologiques toute sa vie. «J'aimerais qu'il y ait un remède pour pouvoir voir à nouveau», a déclaré Jaqueline Gmack.

Publicité

Les personnes souffrant du syndrome de Stevens-Johnson sont généralement hospitalisées comme des brûlés normaux. On leur administre alors des liquides et on leur retire tous les médicaments suspects. En outre, la maladie se manifeste dans toutes les classes d'âge et touche surtout les personnes qui souffrent déjà d'autres maladies, comme le lupus, ou qui sont infectées par le VIH. 

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la