Francesca Albanese, rapporteuse spéciale de l'ONU
«Toute l'action militaire d'Israël à Gaza est illégale»

Francesca Albanese, rapporteuse spéciale de l’ONU pour les territoires palestiniens occupés, estime que l'intervention d'Israël à Gaza est illégale. L'Italienne dit comprendre l'utilisation du mot «génocide» face aux bombardements et aux déplacements forcés. Interview.
Publié: 02.11.2023 à 16:27 heures
|
Dernière mise à jour: 03.11.2023 à 07:08 heures
«Israël ne peut pas invoquer la légitime défense lorsque les menaces émanent d'un territoire qu'il occupe», appuie Francesca Albanese.
AmitJuillard.png
Amit JuillardJournaliste Blick

Il y a une voix qu’on n’entend presque pas en francophonie depuis le début de la nouvelle guerre entre Israël et le Hamas. Celle de la rapporteuse spéciale des Nations unies sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, Francesca Albanese.

Avocate spécialiste du droit international et chercheuse à l’Université de Georgetown aux Etats-Unis, l’Italienne a pourtant une connaissance fine du terrain, notamment pour y avoir vécu lorsqu’elle travaillait pour l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).

Désormais interdite d’entrée en Israël et en territoires palestiniens par l’État hébreu, la quadragénaire a rendu son troisième rapport en juillet, documentant les «crimes de guerre» israéliens, la «ségrégation», le «régime d’apartheid», le «nettoyage ethnique», les détentions d’enfants et les «prisons à ciel ouvert» que sont — selon elle — devenus tous les territoires palestiniens, Cisjordanie comprise.

Ce jeudi, Francesca Albanese, en poste depuis mai 2022, dénonce: l’opération militaire d’Israël à Gaza est «illégale». Elle ne parle en revanche pas de «génocide» comme le président brésilien Lula, mais comprend l’utilisation du mot. «Les crimes les plus atroces commencent par la déshumanisation […], lâche-t-elle dans cette interview, menée lundi entre New York et Lausanne. Ce qui est en train de se passer [à Gaza] est clairement dangereux.»

Francesca Albanese, vous appelez à un cessez-le-feu immédiat à Gaza. Comment expliquez-vous que les pays occidentaux ne fassent pas de même?
Je ne comprends pas ce qui dissuade des pays d’appeler à un cessez-le-feu dans une situation où l’usage de la force n’est pas en ligne avec le droit international.

Vous dites que l’action militaire israélienne est illégale?
Israël a décidé de lancer une guerre en invoquant l’article 51 de la Charte des Nations unies (ndlr: le droit à la légitime défense en cas d’agression armée) contre le peuple qu’il occupe militairement. Je suis désolée, mais c’est illégal du point de vue des Nations unies.

Publicité

Pourquoi?
Cette façon de faire suit la doctrine étasunienne de légitime défense, mais pas la Charte des Nations unies et la jurisprudence de la Cour internationale de Justice.

Israël a le droit de se défendre, non?
Bien sûr. Israël a le droit de se protéger, de protéger ses citoyens, etc. Mais le droit d’utiliser la force contre un autre État n’est reconnu que dans deux cas.

Lesquels?
Premièrement, lorsqu’il y a une attaque ou une menace sérieuse d’une attaque émanant d’un autre État, et non d’un groupe armé faisant partie dudit État. Or Israël n’a jamais dit avoir été attaqué par l’État palestinien. Israël a toujours dit être en guerre contre le Hamas. Deuxièmement, comme l’écrit la Cour internationale de Justice dans un arrêt de 2004, Israël ne peut pas invoquer la légitime défense lorsque les menaces émanent d’un territoire qu’il occupe. Précisément parce qu’Israël occupe ces territoires, imposant un régime d’oppression et de répression à la population.

«L'entier du territoire palestinien est une prison, contrôlée de l'intérieur par Israël, un panoptique»Francesca Albanese, rapporteuse spéciale de l’ONU pour les territoires palestiniens occupés

Une population sous occupation qui a le droit de résister, insistent les Palestiniens.
Le droit international reconnaît le droit de résister à un régime d’oppression et à une occupation étrangère. Mais est-ce que ça justifie ce que le Hamas a fait? Jamais de la vie! Non, non, non et non. Ce que le Hamas a fait ne relève pas de la résistance légitime. Les civils sont des civils et ne devraient jamais être visés, que ce soit par des acteurs étatiques, des militaires ou des groupes armés. Ce qu’a fait le Hamas est épouvantable.

Publicité

Concrètement, qu’aurait dû faire Israël?
Israël était autorisé à repousser l’attaque, à arrêter ou à neutraliser ceux qui devaient être repoussés. Dans le même temps, Israël aurait dû demander aux Nations unies de l’aider à démilitariser le Hamas, parce que c’est une cible militaire légitime, tout en réclamant une enquête pour que les auteurs soient traduits en justice. C’est ce que dit le droit international.

En parlant de l’ONU, le secrétaire général Antonio Guterres s’est attiré les foudres d’Israël en disant que les événements du 7 octobre ne venaient pas de nulle part. Dans l’un de vos rapports, vous soulignez que la Cisjordanie, au même titre que Gaza, est une prison à ciel ouvert pour les Palestiniens.
L’entier du territoire palestinien est une prison, contrôlée de l’intérieur par Israël, un panoptique. Mon rapport, présenté en juillet devant le Conseil des droits de l’homme, porte sur la privation arbitraire de liberté. Il montre ce que veut dire vivre sous un régime d’occupation, où l’occupant est là pour coloniser le territoire. Le nombre de personnes arrêtées et détenues — y compris des enfants de 12 ans — arrachées au milieu de la nuit au confort de leur lit est immense. Depuis 1967, environ 800’000 Palestiniens ont été arrêtés et détenus par Israël sur la base d’une loi martiale, écrite par des militaires, appliquée par des soldats qui se considèrent en guerre avec la population locale. Les décisions sont ensuite rendues par des cours militaires. C’est ça, la réalité: il n’y a pas de vie civile pour les Palestiniens.

«La plupart des enfants arrêtés par Israël le sont parce qu'ils jettent des cailloux sur des tanks»Francesca Albanese

Concrètement, qu’est-ce que ça représente?
Si vous êtes Palestinien, vous pouvez par exemple vous faire arrêter si vous participez à un rassemblement politique de plus de dix personnes non autorisé par l’armée. Ce qui peut mener à dix ans en prison. Encore davantage si vous êtes associé à une organisation qu’Israël considère comme hostile. Or Israël considère comme hostile des partis politiques palestiniens et des associations philanthropiques. Même les organisations de défense des droits humains les plus reconnues sont considérées comme terroristes.

Pourquoi des enfants sont-ils arrêtés?
La plupart des enfants arrêtés par Israël le sont parce qu’ils jettent des cailloux sur des tanks. Je ne dis pas que lancer des cailloux est un geste gentil. Mais la réalité du terrain montre qu’un enfant peut être arrêté chez lui au milieu de la nuit par 25 soldats armés. L’ONG israélienne de vétérans Breaking The Silence dit que l’armée le fait pour terroriser une population entière.

Publicité

Que se passe-t-il ensuite?
Ensuite, ces enfants sont placés en isolement, maltraités et même torturés, selon l’ONG Save The Children. C’est féroce.

«Il est impossible de dire que la population gazaouie jouit d'une quelconque liberté ou qu'elle soutient le Hamas»Francesca Albanese

Que fait l’Autorité palestinienne?
Dans les faits, l’Autorité palestinienne contrôle tout au plus les municipalités de Cisjordanie, pas le reste du territoire (ndlr: sous contrôle militaire israélien).

Quid du Hamas?
Le Hamas fait aussi partie du problème parce qu’il gère la bande de Gaza de manière très autoritaire. La jeunesse de Gaza a essayé durant les printemps arabes et à d’autres moments de se révolter et de renverser le Hamas. Pour obtenir un régime plus démocratique et pour s’unifier avec ceux qui vivent en Cisjordanie. Sans succès. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que le Hamas est une coconstruction d’Israël.

Pourriez-vous développer?
Dans les années 1980, et probablement encore avant, le Hamas — une extension des Frères musulmans qui gouvernent comme des religieux — était fortement soutenu par les Israéliens dans le but de créer une faille au sein de la population palestinienne, traditionnellement laïque. Aujourd’hui, il est impossible de dire que la population gazaouie jouit d’une quelconque liberté ou qu’elle soutient le Hamas. Alors pourquoi punir une population entière pour les actes du Hamas?

Publicité
Israël demande l’évacuation du nord de la bande de Gaza. Qu’est-ce que c’est si ce n’est pas du nettoyage ethnique?Francesca Albanese

Depuis le début de votre mandat, vous n’hésitez pas à parler de crimes de guerre commis par Israël.
Je cite souvent ce chiffre: durant mon mandat, avant le 7 octobre, 60 Israéliens avaient été tués, contre 460 Palestiniens. Cette violence est caractéristique de la présence militaire et civile israélienne sur territoire palestinien. Depuis 1967, le Conseil de sécurité de l’ONU demande à Israël de s’en retirer. Non seulement Israël ne l’a pas fait, mais il a renforcé sa présence et a commencé à construire des colonies. Il y a actuellement 300 colonies illégales en Cisjordanie. Chacune de ces colonies est un crime de guerre.

Pourquoi?
Parce que c’est un transfert de population civile de la force occupante vers le territoire occupé. Ce qui a mené à des confiscations de territoire et à des déplacements forcés de la population palestinienne.

C’est pour cela que vous parlez de nettoyage ethnique?
Jusqu’ici, la population palestinienne a été déplacée en masse à deux reprises. Entre 1947 et 1949, 750’000 Palestiniens ont été déplacés et n’ont jamais été autorisés à revenir. En 1967, 350’000 Palestiniens ont été chassés de Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem Est, et n’ont jamais eu le droit de revenir. Et maintenant, ça continue: Israël demande l’évacuation du nord de la bande de Gaza. Qu’est-ce que c’est si ce n’est pas du nettoyage ethnique?

Et ces derniers temps?
Pendant que nous discutons, des communautés entières, des bergers et des Bédouins sont déplacés de force par des colons violents et armés. C’est une réalité depuis des années en territoire palestinien. Donc les Palestiniens font face à la violence de l’occupation, qui est ségrégationniste et avide de nouveaux territoires, mais aussi à celles commises par les soldats et les colons armés. Sans parler de la violence des attaques méthodiques sur Gaza. N’oublions pas que Gaza a été violemment bombardée en 2008, 2012, 2014, 2021 et 2022. La guerre de 2023 est une guerre sans commune mesure: plus de 8000 morts annoncés, dont 3500 enfants.

Publicité
«Ce dualisme légal est la colonne vertébrale d'un apartheid qui se traduit par des abus, de la violence et des humiliations quotidiennes»Francesca Albanese

Vous parlez ouvertement de ségrégation. Parleriez-vous d’apartheid?
L’allégation d’apartheid est rejetée par certains États membres des Nations unies, qui font preuve de myopie stratégique pour des raisons politiques. Mais dans les territoires occupés, les Palestiniens évoluent sous la législation militaire alors que les colons, installés illégalement, répondent de la loi civile. C’est injustifiable. Ce dualisme légal est la colonne vertébrale d’un apartheid qui se traduit par des abus, de la violence et des humiliations quotidiennes. Je parle aussi de ségrégation parce que les Palestiniens sont séparés et isolés dans des enclaves. Gaza en est l’exemple le plus extrême. Mais même en Cisjordanie on compte 400 kilomètres de routes où les Palestiniens n’ont pas le droit d’aller, des barrières, des murs, des colonies fermées, des bases militaires, … Et puis, il y a la bureaucratie de l’occupation: une autre forme de confinement invisible pour les Palestiniens.

Vous voulez parler des permis…
Les Palestiniens ne peuvent rien faire sans la permission de l’armée. Ils ne peuvent pas construire une maison ou une école, ne peuvent pas travailler, cultiver leurs terres. Et ils sont continuellement surveillés et contrôlés à travers des systèmes d’intelligence artificielle et de surveillance numérique. C’est une prison hautement surveillée. Et un apartheid.

Le terme de «génocide» est utilisé pour qualifier l’opération militaire d’Israël à Gaza, notamment par le président brésilien de gauche Lula. Est-ce un abus de langage?
J’ai lu la lettre signée par plus de 800 chercheurs et experts spécialisés dans l’étude de l’Holocauste et des génocides. Le 15 octobre, alors que le nombre de morts était bien inférieur à celui d’aujourd’hui, ils avertissaient sur le risque de génocide. Ils utilisent ce mot notamment parce qu’ils constatent le langage utilisé par les leaders israéliens. Les Palestiniens sont traités d’animaux. Naftali Bennett (ndlr: à la tête du parti nationaliste israélien Yamina) a même dit qu’il n’y avait pas de civils à Gaza. Les crimes les plus atroces commencent par la déshumanisation et ce genre de langage. Ce qui est en train de se passer est clairement dangereux. Et je comprends que ces chercheurs et le président Lula, comme d’autres, aient utilisé ce mot. Je suis inquiète.

Mais vous, vous utiliseriez ce mot?
Je veux mener une enquête factuelle sur le terrain. Mais je souligne que le nombre de personnes tuées à Gaza a déjà dépassé celui de Srebrenica (ndlr: où 8372 Bosniaques avaient été massacrés en 1995 par les forces armées serbes de Bosnie), sans même compter les 4200 Palestiniens tués à Gaza dans les cinq guerres précédentes (ndlr: depuis 2008) ou ceux qui ont été tués durant la Grande marche du retour en 2018, manifestation largement pacifique à la frontière avec Israël. La situation est très, très, très sérieuse.

Publicité

Parlons de votre job. Vous n’êtes pas autorisée à entrer en territoires occupés puisque Israël vous l’interdit…
C’était la même chose pour mes prédécesseurs Michael Link, Makarim Wibisono et Richard Falk. Ce dernier avait même été arrêté alors qu’il était en chemin pour les territoires occupés. Tout ceci dépasse les prérogatives d’une force d’occupation. Ceci dit, Israël ne délivre pas non plus de visas au staff international du Haut-Commissariat aux droits de l’homme.

«Il y a eu une campagne publique et diffamatoire contre moi au début de mon mandat, qui s'est intensifiée au fil des ans»Francesca Albanese

Comment travaillez-vous dans ces circonstances?
J’ai vécu sur place par le passé, j’ai une connaissance assez spécifique du terrain. J’ai notamment travaillé comme avocate pour l’UNRWA (ndlr: Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens au Proche-Orient). Et même après avoir quitté l’ONU, j’y suis retournée en tant que chercheuse. Depuis le début de mon mandat de rapporteuse spéciale, j’ai approché, de manière créative, tous les acteurs concernés sur le terrain. Les autorités israéliennes n’ont pas donné suite, mais j’ai, disons, des contacts plus informels avec des officiels. Je suis aussi en contact quotidien avec les associations de défense des droits humains, tant israéliennes que palestiniennes. J’ai aussi organisé des groupes de discussion en ligne, réunissant des centaines de personnes, des victimes et des experts. Pour mon rapport sur les enfants, j’ai interviewé des jeunes en Cisjordanie — à Masafer Yatta, à Jérusalem, à Hébron — et dans différentes parties de Gaza. Je ne sais même pas si ces gamins sont encore en vie.

Vous subissez des pressions?
Israël et les sources pro-israéliennes disqualifient mon travail parce qu’ils me considèrent comme biaisée. Alors qu’ils me montrent ce qui est faux dans mes rapports et essayons ensemble de travailler à la construction d’une meilleure réalité pour les Palestiniens et les Israéliens, qui ont le droit de vivre en paix et dans la dignité, en bénéficiant de tous leurs droits. Il y a eu une campagne publique et diffamatoire contre moi au début de mon mandat, qui s’est intensifiée au fil du temps. Des mensonges, comme l’allégation selon laquelle je serais antisémite. Une allégation d’ailleurs rejetée par de nombreux chercheurs juifs de renom, qui ont pris ma défense sans même me connaître. On m’accuse aussi d’inciter à la violence simplement parce que je dis que la situation est si essentiellement violente qu’elle va forcément générer de la violence en retour. Ce sont de vieilles tactiques pour détourner l’attention de la réalité du terrain.

«Je ne crois pas qu'exclure Israël de l'ONU serait nécessairement la meilleure option»Francesca Albanese

On tire sur la messagère?
Oui, mais la messagère a le cuir solide.

Publicité

Est-ce que l’ONU sert encore à quelque chose aujourd’hui? Personne ne semble l'écouter…
C’est une question légitime et j’aurais aimé pouvoir amener une réponse positive. Mais je crois que nous avons atteint le point de rupture. Ce n’est pas seulement que les Nations unies ne sont pas écoutées. C’est qu’il y a un schisme au sein de l’ONU. Regardez le vote de l’Assemblée générale sur le cessez-le-feu. L’Assemblée générale a dû se réunir en urgence parce que le Conseil de sécurité n’a pas été capable de se mettre d’accord sur une résolution qui condamnait les événements du 7 octobre et qui appelait toutes les parties à se montrer responsables et à observer un cessez-le-feu pour laisser entrer l’aide humanitaire. Tout cela à cause du véto des États-Unis.

Vous êtes précisément aux Etats-Unis en ce moment. Comment percevez-vous le débat politique autour de cette question?
En ce moment, c’est un anathème d’appeler à un cessez-le-feu parce qu’on considère que ce serait limiter le droit à la légitime défense d’Israël.

Selon vous, est-ce qu’Israël, qui rejette les résolutions des Nations unies à son encontre, a toujours sa place au sein des Nations unies?
Je ne crois pas qu’exclure Israël serait nécessairement la meilleure option. Beaucoup de membres ont des bilans catastrophiques en matière de droits humains. Personne n’est complètement blanc. Reste que, selon moi, il devrait y avoir plus de pression pour qu’Israël respecte le droit international. Mais aujourd’hui, Israël affiche son orgueil au grand jour. L’ambassadeur israélien a demandé la démission du secrétaire général de l’ONU parce qu’il a dit qu’il fallait replacer les attaques du Hamas dans un contexte, qui est indiscutable et documenté. Celui d’un apartheid.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la