Le conte de fées du Soudan du Sud
Des stars de la NBA jouent pour le troisième pays le plus pauvre du monde

Nous sommes à quatre mois des Jeux olympiques de Paris. En basketball, une équipe très particulière sera de la partie: le Soudan du Sud. Ce pays en crise est devenu en peu de temps une nation de premier plan en Afrique.
Publié: 22.03.2024 à 16:44 heures
Wenyen Gabriel, ancien joueur des Los Angeles Lakers, est une figure de proue du Soudan du Sud.
RMS_Portrait_AUTOR_465.JPG
Simon Strimer

«Où allons-nous? À Paris!» La joie des basketteurs du Soudan du Sud en fête a des accents historiques. En septembre dernier, ce jeune pays d'Afrique de l'Est a décroché de manière impressionnante son billet pour les Jeux olympiques lors de la Coupe du monde. Et, depuis le tirage au sort de mardi, il est clair que les duels avec les tenants du titre américains et la Serbie, probablement avec la superstar de la NBA Nikola Jokic, sont prévus en juillet.

Les Jeux olympiques à Paris. Enfin, une sorte d'anticipation se fait jour dans ce pays en crise qui, selon le «Handelsblatt», est le troisième plus pauvre du monde. Le Soudan du Sud, qui n'est un pays à part entière que depuis 2011, a également été violemment ramené en arrière après son indépendance par des guerres civiles, des pénuries alimentaires et des inondations.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Un contrat de plusieurs millions de dollars

Il y a sept ans, le Soudan du Sud n'avait disputé qu'un seul match international officiel. Lors de sa première Coupe du monde, le pays a immédiatement été la meilleure nation d'Afrique, battant entre autres la Chine.

Derrière ce succès se cache aussi une certaine expérience de l'Amérique du Nord. Le géant de 2,06 m Wenyen Gabriel était la saison dernière titulaire chez les Los Angeles Lakers, coéquipier de LeBron James. Dernièrement, il gagnait 1,6 million de francs suisses selon «Spotrac» et jouait en mars dernier pour les Memphis Grizzlies.

Carlik Jones compte 12 matches NBA à son actif. Il a participé à des matches d'essai avec les Chicago Bulls à l'automne, puis a déménagé en Chine. Lors de la Coupe du monde, il a presque inscrit son nom dans les livres d'histoire: il n'a manqué qu'un rebond au Sud-Soudanais pour réaliser le tout premier triple-double de l'histoire de la Coupe du monde. Et Khaman Maluach, 17 ans, qui joue encore sur son continent d'origine, est l'un des meilleurs candidats à la draft NBA 2025. Il mesure 2,16 mètres et représente le grand potentiel de basket-ball du pays.

Une légende de la NBA en mission

Mais le plus grand joueur est le président de la fédération et entraîneur adjoint, Luol Deng. «Je pense que nous sommes la première équipe de l'histoire à avoir réussi à aller au Mondial sans terrain intérieur», a déclaré la légende de la NBA à olympics.com avant même la qualification pour Paris. Réfugié de l'actuel Soudan du Sud, il a joué pendant 15 ans dans la meilleure ligue du monde, empochant plus de 140 millions de francs selon «Spotrac», et jusqu'à 16 millions par an à ses heures de gloire chez les Los Angeles Lakers.

Publicité

Les anciens contrats de plusieurs millions des stars contrastent fortement avec la situation terrible du pays. La journaliste et spécialiste de l'Afrique Sira Thierij s'est rendue sur place et a évoqué dans le podcast «55 Countries» une guerre civile qui aurait éclaté deux ans après l'indépendance, coûté la vie à 400'000 personnes et poussé des millions d'autres à fuir. Selon elle, après l'accord de paix de 2018, la situation est toujours extrêmement instable. Elle a vu peu de choses qui donnent de l'espoir. Une chose fait exception: le basket-ball.

Porteuse d'espoir, l'équipe nationale de basket-ball du Soudan du Sud est surnommée «les étoiles brillantes». Elles scintilleront en juillet à Paris pour le troisième pays le plus pauvre du monde.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la