Une étude le révèle
Ces maladies sont les plus coûteuses (et ce n'est pas le cancer)

Dans son dernier magazine, la faîtière des caisses-maladie Santésuisse est revenue sur une étude de la Haute-école zurichoise de sciences appliquées (ZHAW), qui a classé des maladies selon leur coût pour le système de santé suisse. Et le cancer n'est pas la plus chère.
Publié: 12.03.2024 à 14:25 heures
|
Dernière mise à jour: 12.03.2024 à 14:46 heures
1/6
Une étude de la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) a mis en lumière pour la première fois le poids des frais médicaux dans le système de santé suisse.
Ulrich Rotzinger

Heureux celui qui peut se permettre une franchise basse pour l'assurance de base et qui a aussi l'argent nécessaire pour s'offrir des complémentaires coûteuses. Car un traitement dentaire important, un accident, ou même un diagnostic de cancer grave peuvent creuser un trou dans le budget du ménage.

Comme l'explique le magazine de la faîtière des assureurs-maladie, «Infosantésuisse», une étude de la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) met en lumière pour la première fois le poids des frais médicaux dans le système de santé helvétique. L'étude classe les coûts en fonction du type de maladie et des prestations médicales. Pour ce faire, les chercheurs ont examiné les coûts de plus de 40 maladies et accidents, ainsi que du travail de prévention. Et les résultats ont de quoi surprendre. 

Classement des maladies les plus coûteuses

Maladies et thérapiesPart des coûts totaux pour le système de santé
Maladies psychiques (y compris addictions)14.3%
Maladies de l'appareil locomoteur13.8%
Troubles neurologiques (par ex. démence)8.5%
Blessures8.4%
Maladies cardio-vasculaires7.7%
Autres maladies non transmissibles6.7%
Tumeurs6.5%
Maladies de la bouche et des dents6.0%
Maladies transmissibles4.8%
Maladie des organes sensoriels4.5%
Maladies de l'appareil digestif4.4%
Non-maladies (par ex. check-up)3.6%
Prévention2.4%
Maladies de la peau2.2%
Diabète et maladies rénales2.1%
Carences nutritionnelles1.6%
Maladies chroniques des voies respiratoires1.5%
Maladies maternelles et néonatales1.1%
Source: ZHAW (25.10.2023)

Le tableau montre que les maladies psychiques se taillent la part du lion, suivies par les maladies des bras et des jambes et les maladies neurologiques comme la démence. Simon Wieser, économiste de la santé et co-auteur de l'étude: «Les maladies chroniques non mortelles représentent la plus grande part des coûts pour le système.»

Concernant les types de tumeurs, il déclare: «Les charges pour cette maladie sont très élevées par rapport à la mortalité, on discute aussi régulièrement du prix très onéreux des médicaments, mais proportionnellement, les coûts du cancer ne sont pas si élevés.» La triste raison: le cancer est mortel, l'arthrose ne l'est pas.

La période d'enquête de l'étude est certes un peu lointaine, mais pour les auteurs de l'étude, il est clair qu'aujourd'hui encore – après le Covid – les maladies psychiques représentent une grande part des coûts pour le système de santé. Preuve en est la forte demande actuelle de places en thérapie, et la sollicitation élevée des hôpitaux psychiatriques pour enfants et adolescents.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la