La star des psychologues
A propos des vaccins: «La rationalité n'est pas innée chez les humains»

Steve Pinker, l'un des psychologues les plus connus au monde, a écrit un nouveau livre sur la rationalité. Il y explique pourquoi il nous est difficile de prendre des décisions logiques et sobres. Et pourquoi il y a encore des raisons d'espérer.
Publié: 29.09.2021 à 21:59 heures
|
Dernière mise à jour: 29.09.2021 à 22:11 heures
«La confiance que vous portez en l'État et la science n'est pas rationnelle non plus», dit Steven Pinker.
Benno Tuchschmid, Jocelyn Daloz (adaptation)

Steven Pinker, existe-t-il des raisons rationnelles de s'opposer à la vaccination?
Non, médicalement parlant, il est irrationnel de rejeter la vaccination contre les Covid. Mais lorsqu'il s'agit de faire preuve de solidarité avec ses propres compagnons d'armes politiques, il peut être rationnel de s'exprimer haut et fort contre la vaccination.

Que voulez-vous dire?
Les gens aiment adopter les arguments qui sont populaires dans leur bulle sociale et utilisés comme cris de guerre contre les adversaires politiques. Cela leur apporte un soutien et un sentiment d'appartenance. Comme l'appartenance à une religion ou la croyance en des légendes patriotiques.

Savez-vous comment la Suisse a été fondée ?
Je ne le fais pas, non.

Sur une prairie alpine, trois chefs de tribu se jurent une allégeance éternelle contre les puissances étrangères. Du moins, c'est ce que raconte le mythe fondateur. Pourquoi croyons-nous de telles choses, alors que les historiens ont prouvé à maints reprises que cet événement n'était pas si pertinent que cela pour la fondation de la Suisse moderne ?
Pendant longtemps, nous, les humains, n'avions aucun moyen de vérifier si les légendes étaient vraies ou non. Parce qu'il n'y avait pas d'archives, pas d'études, pas de science. Les mythes n'étaient donc pas vérifiables, mais ils avaient un effet puissant. Ils donnaient une cohésion à un village, une tribu ou un pays et nous faisaient paraître forts face aux ennemis. Nous sommes encore très sensibles à cette façon de penser aujourd'hui, qu'elle soit vraie ou non.

Le psychologue des stars

Steven Pinker (67 ans) est originaire de Montréal, au Canada. Il a étudié la psychologie, puis enseigné pendant 20 ans au Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Boston. Depuis 2003, il est professeur de psychologie à Harvard. Ses recherches portent sur le langage et la pensée.
«Foreign Policy» le compte parmi les «100 intellectuels mondiaux» et «Time Magazine» parmi les «100 personnes les plus influentes». Pinker a écrit plusieurs livres, dont un sur la violence et notre façon de penser. Dans son dernier ouvrage, il explique le sens de la rationalité. Pinker vit avec sa femme à Boston et Truro, dans l'État américain du Massachusetts.

Steven Pinker (67 ans) est originaire de Montréal, au Canada. Il a étudié la psychologie, puis enseigné pendant 20 ans au Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Boston. Depuis 2003, il est professeur de psychologie à Harvard. Ses recherches portent sur le langage et la pensée.
«Foreign Policy» le compte parmi les «100 intellectuels mondiaux» et «Time Magazine» parmi les «100 personnes les plus influentes». Pinker a écrit plusieurs livres, dont un sur la violence et notre façon de penser. Dans son dernier ouvrage, il explique le sens de la rationalité. Pinker vit avec sa femme à Boston et Truro, dans l'État américain du Massachusetts.

plus

Les gens peuvent-ils donc être rationnels et irrationnels en même temps ?
Oh oui. C'est l'un des principaux messages de mon livre. Par exemple, bien que nous croyions aux légendes patriotiques, nous menons notre vie quotidienne en suivant la loi de cause à effet: acheter de la nourriture, payer les factures, emmener nos enfants à l'école.

D'où vient cette schizophrénie ?
La rationalité n'est pas innée chez nous, les humains. Nous ne sommes pas nés avec la capacité d'analyser de grandes quantités de données, et nous ne comprenons pas intuitivement des règles mathématiques complexes. Nous devons apprendre et intérioriser tout cela.

Publicité
«Il n'y a pas de raison rationnelle de s'opposer à la vaccination aujourd'hui.»

Je suis vacciné. Mais pas parce que j'ai lu et compris toutes les études sur le sujet, mais parce que j'ai une confiance fondamentale dans la science et l'État. Est-ce que c'est rationnel ?
Beaucoup de gens pensent ainsi. La confiance que vous portez en l'État et la science, en soi, n'est pas rationnelle. Mais votre comportement l'est, dans la mesure où vous savez que la science a un palmarès impressionnant en matière de guérison des gens. Et donc votre confiance dans les institutions est rationnelle si elles ont gagné cette confiance en raison de leur histoire et de leurs méthodes.

Vous écrivez que la majorité des gens font confiance à la science, mais pas aux universités et aux institutions académiques. Pourquoi?
Parce que les universités, du moins aux États-Unis, deviennent de plus en plus des monolithes idéologiques. Un bibliothécaire a récemment été licencié pour avoir exposé des livres sur le blackfacing. Elle a monté une exposition sur le racisme et s'est fait virer pour racisme. Tout le monde devrait comprendre la différence.

Dans votre livre, vous abordez fortement les préjugés humains. Lequel influence le plus notre comportement pendant la pandémie?
Nous l'appelons «my side bias» en anglais, la tendance à suivre l'attitude de sa propre bulle sociale. Aux États-Unis, l'opposition aux mesures Covid et à la vaccination provient presque exclusivement de la droite politique. Ce qui est amusant, car historiquement, la droite n'avait pas beaucoup de problèmes avec la vaccination, c'était plutôt les cercles verts.

Laconviction politique façonne donc nos croyances, ce qui est rationnel et logique?
Oui, et c'est le cas pour la gauche et la droite, pour les intelligents et les moins intelligents dans la même mesure.

Publicité
Les gens peuvent être rationnels et irrationnels en même temps, dit-il.

Vous avez commencé à travailler sur votre livre avant la pandémie. Le Covid a-t-il changé quelque chose dans vos conclusions ?
Pas fondamentalement, mais certaines choses ont changé. J'avais sous-estimé à quel point la croyance selon laquelle la source de tous les maux corporels proviennent de l'extérieur. Pour les personnes qui croient cela, la vaccination est intuitivement dangereuse. Cela les rend réceptifs à l'homéopathie, aux purges, aux ventouses - et à toutes les autres méthodes primitives pour aspirer les choses de notre corps.

Est-ce une question de manque d'intelligence que de croire en de telles choses ?
Non, même les personnes instruites ont du mal à croire que notre capacité de raisonnement et notre esprit ne sont rien d'autre que le résultat de notre activité cérébrale.

Pourquoi ?
Nous avons de la peine avec les choses compliquées. Elles doivent toujours être le résultat d'un plan, d'une explication. Lorsque nous voyons des êtres vivants, nous avons tendance à nous attendre à ce qu'il y ait un créateur omnipotent là derrière. Si l'on va plus loin, tout ce qui se passe dans le monde doit faire partie d'un plan...

Et dans le cas d'évènements graves, plan = complot...
Correct. Nous cultivons une sorte de spiritualité bizarre où tout ce qui arrive doit avoir une raison.

Publicité

On a souvent mis en avant que vous étiez, en quelque sorte, l'optimiste en chef du monde. Sortirons-nous bientôt de cette pandémie ?
Je ne me qualifierais pas d'optimiste, mais de quelqu'un qui se réfère à des statistiques que la plupart ignorent. Le nombre de décès dus à la guerre a massivement diminué au cours des 75 dernières années. Il en va de même, d'ailleurs, pour la pauvreté, la faim et la mortalité infantile. Ce n'est pas de l'optimisme, mais la réalité.

Le progrès est-il une victoire de la rationalité ?
Presque entièrement, oui. Nous vivons plus longtemps parce que les scientifiques ont découvert que les germes causent des maladies et qu'ils ont découvert le vaccin. La diminution du nombre de décès dus à la guerre est due au fait que les membres de l'ONU se sont concertés pour empêcher la troisième guerre mondiale. Rien dans l'univers ne rend l'humanité naturellement meilleure. La faim, la guerre et la décadence sont naturelles. au mieux, nous pouvons les retarder ou les prévenir grâce à notre intellect.

Pourquoi de nombreuses personnes voient-elles les choses différemment ?
Parce qu'ils suivent les gros titres plutôt que les tendances. Les gros titres se concentrent sur ce qui va très mal, et non sur ce qui s'améliore lentement mais sûrement.

Donnez un exemple.
Regardez les titres de journaux sur les personnes qui contractent le covid malgré la vaccination.

Publicité

Ces cas existent.
Bien sûr qu'ils existent. Mais on a toujours su que la vaccination ne protègerait pas à 100 %. Des personnes malades malgré le vaccin, ce sont des phénomènes absolument prévisibles d'un point de vue statistique et ne devraient pas faire la une des journaux. Si vous en faites des gros titres, les gens ont l'impression que ces cas sont courants, ce qui les fait douter de l'efficacité de la vaccination, tandis que les 99% de personnes vaccinées qui ne contractent pas le Covid ne font pas la une.

Êtes-vous confiant quant à l'issue de cette pandémie ?
Comme toutes les pandémies, elle disparaîtra. La question est de savoir si cela est dû à la campagne de vaccination ou à l'immunité collective. Ce sera probablement une combinaison. Mais la vaccination est très efficace, et seule une minorité ne se fera pas vacciner. Cela prolonge la pandémie, mais pas trop.

Steven Pinker, «More Rationality». Un guide pour une meilleure utilisation de l'esprit». S. Fischer. Publié le 29 septembre.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la