Suisse - Thaïlande
Le meurtrier l'a volée mais pas violée

Au lendemain de son arrestation, le meurtrier présumé d'une Suissesse de 57 ans découverte sans vie jeudi à Phuket est passé aux aveux dimanche. La victime n'aurait pas été violée, comme cela avait d'abord été envisagé, mais il lui aurait dérobé 300 baths (8,20 CHF).
Publié: 08.08.2021 à 11:14 heures
|
Dernière mise à jour: 08.08.2021 à 12:19 heures
La Suissesse a été découverte sans vie près d'une chute d'eau à Phuket. Le suspect a avoué l'avoir étranglée après lui avoir dérobé l'équivalent de huit francs.
ATS

Le suspect est un Thaïlandais de 27 ans, a indiqué dimanche au cours d'une conférence de presse le porte-parole adjoint de la police nationale. A cette occasion à laquelle il a participé par téléphone avec son avocat, il a déclaré lui avoir dérobé 300 bahts après l'avoir étranglée.

«Je voudrais m'excuser auprès de la famille de la touriste et supplier tous les Thaïlandais de m'excuser», a-t-il ajouté. Le major général de police, qui dirige la région Sud, a précisé que le suspect avait avoué durant un interrogatoire. Il a expliqué que l'enquête est remontée jusqu'à l'homme grâce à des caméras de surveillance.

Un conseiller juridique de l'ambassade suisse a remercié la police thaïlandaise pour ses efforts. «La victime, la famille de la victime et tous les Thaïlandais méritent une élucidation rapide de ce crime», a-t-il ajouté.

La victime a été trouvée morte face contre terre près d'une cascade isolée dans le sud de l'île. Un short, un smartphone et un passeport ont été retrouvés à proximité. Selon les autorités, la mort ne devait pas excéder trois jours, une autopsie pourra dès lors apporter des éclaircissements.

Le crime a provoqué la consternation en Thaïlande. Une veillée a été organisée à Phuket par des employés d'hôtel et des hommes d'affaires pour exprimer leurs condoléances après la mort de la touriste, a indiqué le porte-parole du ministère thaïlandais des affaires étrangères sur Twitter. Le premier ministre Prayut Chan-O-Cha a exigé une enquête rapide et ordonné un renforcement des mesures de sécurité.

L'ambassadrice de Suisse à Bangkok, Helene Budliger Artieda, a évoqué des «moments très tristes et troublants». Elle a félicité les autorités locales pour leur action rapide.

Publicité

La Suissesse, qui voyageait seule, était arrivée sur un vol en provenance de Singapour le 13 juillet à Phuket dans le cadre du plan baptisé «bac à sable». Ce programme permet aux voyageurs étrangers complètement vaccinés de séjourner sur l'île sans effectuer de quarantaine, puis de se rendre ailleurs dans le pays après un délai de 14 jours.

Plus de 16'000 personnes sont arrivées sur l'île depuis son lancement le 1er juillet, malgré la vague épidémique sans précédent de coronavirus qui frappe la Thaïlande.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la