On vous explique pourquoi
Cette année, les vice-présidents décident de l'élection américaine

Gouverner un pays aussi grand et puissant que les Etats-Unis n'est pas une mission à faire en solitaire. Les candidats à la présidence Joe Biden et Donald Trump le savent également. Cette année, l'élection du vice-président est plus importante que jamais.
Publié: 27.05.2024 à 06:07 heures
|
Dernière mise à jour: 27.05.2024 à 06:31 heures
1/4
Cette année, ce ne sont pas seulement les deux candidats Joe Biden et Donald Trump qui décident des élections américaines – mais aussi les vice-présidents.
Chiara Schlenz

Dans une campagne présidentielle américaine normale, l'annonce du candidat à la vice-présidence est plutôt secondaire pour la plupart des électeurs. L'attraction principale restant le candidat à la présidence – comme le démocrate Joe Biden ou le républicain Donald Trump. Mais la campagne électorale de cette année est loin d'être normale. Et les éventuels vice-présidents n'ont jamais été aussi mis sur le devant de la scène.

«Je ne suis rien, mais je peux être tout»

La vice-présidence des États-Unis est une fonction étrange. La principale mission du vice-président est de se tenir prêt à intervenir si le président en exercice décède ou démissionne. «Je ne suis rien, mais je peux être tout», disait le premier vice-président des États-Unis, John Adams (1735-1826). Jusqu'à présent, quinze vice-présidents ont assumé la fonction de président, dont huit après la mort de leur supérieur et un autre lorsque son président a été contraint de démissionner. Les autres se sont présentés à l'élection de manière régulière – comme le démocrate Joe Biden après avoir été vice-président de Barack Obama.

Cette année, l'élection du vice-président revêt une importance particulière. Du côté démocrate, Joe Biden se présente pour un nouveau mandat de président, et à 81 ans, il est loin d'être un jeune homme. Ou comme l'exprime de manière un peu morbide le «Time Magazine»: il y a une chance sur trois pour que le vice-président de Biden doive assumer la présidence avant 2029. Chez les républicains, Donal Trump, qui passe la majeure partie de son temps dans les salles d'audience, se bat également pour le siège de la Maison-Blanche. S'il devait être élu par le peuple américain, ce serait une première dans la politique américaine. Mais il est clair qu'il a besoin d'un bras droit sur lequel il peut compter en cas de doute.

La campagne électorale peut être décidée par le vice-président

Des études montrent que le choix du vice-président (ou de la vice-présidente) peut tout de même s'avérer décisif dans la campagne électorale.

Une étude de «American Politics Research» datant de 2016 indique que les vice-présidents peuvent représenter entre 2,2 et 2,7% d'approbation, en particulier dans leur État d'origine et dans les «swing states». Cela semble peu? Pas pour l'actuel président américain, Joe Biden. Le démocrate ne recueille actuellement que 38% d'approbation au niveau national. Selon un sondage du «Emerson College», il n'est que de 43% dans les principaux «swing states».

Il a donc besoin d'un coup de pouce. Mais Kamala Harris, sa vice-présidente, est tout aussi impopulaire que lui. De plus, selon le «Time Magazine», plus de la moitié des électeurs américains sont convaincus qu'elle n'aurait pas l'étoffe pour prendre les rênes en cas de décès de Biden. Les analystes recommandent à Biden de se lancer dans la course avec quelqu'un d'autre à ses côtés. Mais le démocrate reste fidèle à sa compagne de route.

Publicité

Et que fait Donald Trump?

Côté républicain, la situation est différente pour Donald Trump: Celui-ci ne s'est guère exprimé jusqu'à présent sur la personne qu'il souhaite nommer comme bras droit. Une chose est sûre: ce ne sera pas Mike Pence, son vice-président de 2017 à 2021, avec lequel il s'est brouillé. Une candidate potentielle, Kristi Noem, s'est elle-même mise hors-jeu lorsqu'elle a décrit en détail dans son autobiographie comment elle avait tué son chien – pas un bon matériel de relations publiques. Trump doit donc continuer à chercher.

Il y aurait pourtant une solution évidente: Nikki Haley, 52 ans, ancienne gouverneure de Caroline du Sud et ex-ambassadrice des Nations unies sous Trump. Elle s'est elle-même présentée comme candidate à la présidence pour le Parti républicain et était la plus grande concurrente de Trump. Mercredi, Nikki Haley a déclaré qu'elle voterait pour Trump en novembre. Jeudi, l'ancien magnat de l'immobilier a ensuite déclaré dans une interview télévisée qu'il appréciait beaucoup sa désormais ex-concurrente. Celle-ci pourrait faire partie de son équipe «d'une manière ou d'une autre».

Voyons si l'ego de Trump lui permettra de faire de Nikki Haley, sa plus grande rivale dans la campagne des primaires au sein du parti, sa vice-présidente. Ce serait recommandé: elle pourrait lui apporter ce coup de boost nécessaire, notamment auprès des électeurs modérés qui auraient peut-être sinon voté pour Biden. Jusqu'à présent, Trump n'a en effet pas réussi à rallier à sa cause les électeurs qui auraient volontiers voté pour Nikki Haley.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la