Le mystère plane sur le campus
Une étudiante se réveille gravement blessée avec aucun souvenir

Une étudiante américaine a été retrouvée inconsciente et blessée dans sa chambre. Son père est convaincu qu'il s'agit d'un acte criminel. Plus de trois mois après l'incident, on ne sait toujours pas ce qui s'est exactement passé.
Publié: 16.03.2024 à 21:04 heures
1/4
Des blessures mystérieuses: Isabella Willingham ne sait pas ce qui lui est arrivé.
Sandra Meier

Quand la jeune étudiante Isabella Willingham – originaire de l'État américain du Kentucky – se réveille à l'hôpital, elle ne se souvient de rien. Son corps est couvert de coupures, d'ecchymoses et de contusions. Ses faux ongles sont introuvables. Comme si quelqu'un les avait arrachés.

La veille au soir, sa famille a reçu un appel de l'université où la jeune femme de 21 ans étudiait. Isabella est probablement tombée de son lit superposé et a été transportée à l'hôpital, a-t-on appris. Une colocataire l'avait trouvée inconsciente sur le sol de sa chambre. Les soins rapides ont sauvé la vie d'Isabella. Car la jeune femme avait cessé de respirer... pendant 23 minutes. Isabella a dû rester deux semaines à l'hôpital pour se remettre de ses blessures.

Aujourd'hui encore, la jeune femme de 21 ans souffre de ce mystérieux incident. «Elle n'a aucun souvenir de quoi que ce soit ce jour-là. Elle ne se souvient pas non plus du jour précédent, lorsque je l'ai ramenée sur le campus. Elle a oublié plusieurs choses qui se sont passées pendant le semestre», a déclaré son père, Andy Willingham, à la chaîne NBC News. Sa fille n'a pas d'antécédents de maladie mentale ou d'automutilation, selon lui.

«L'université tente d'étouffer l'affaire»

Plusieurs médias américains ont rapporté l'affaire du Kentucky, qui s'est déroulée fin novembre. Mais même des mois plus tard, on ne sait toujours pas ce qui est arrivé à la jeune fille de 21 ans cette nuit-là. Son père, en revanche, en est formel: quelqu'un a infligé ces blessures à sa fille. «Ce qui lui est arrivé était de la pure torture», s'exclame-t-il. Isabella craint encore aujourd'hui pour sa sécurité et suit une thérapie. Il met en doute la théorie selon laquelle sa fille aurait pu tomber du lit superposé. Il est convaincu que la grille devant le matelas aurait dû empêcher la chute. Les médecins de l'hôpital lui auraient également dit que les blessures indiquaient des mauvais traitements ou des coups.

Le père Willingham exige des réponses et fait des reproches à l'université. «L'université essaie d'étouffer l'affaire. Ils sont plus occupés à protéger leur image qu'à faire ce qui est juste, à garantir la sécurité des étudiants et à trouver une réponse.» Ainsi, le campus n'aurait été informé de l'incident seulement après la parution d'un article de publié par un journal local.

À l'époque, l'université avait fait savoir qu'elle ne pensait pas que les étudiants étaient en danger. Comme l'affirme le père, il n'y a pas eu non plus d'appel à tous les étudiants pour qu'ils fournissent des informations sur le cas d'Isabella. Lorsqu'il s'est plaint auprès de la direction de l'université, celle-ci lui aurait répondu qu'elle pensait avoir fait tout ce qu'elle pouvait.

Publicité

Interrogée par une chaîne de télévision locale, l'université a répondu qu'elle ne pouvait pas donner plus d'informations pour le moment. L'école coopère avec les autorités de poursuite pénale. Le shérif responsable a également déclaré à NBC News qu'il ne pouvait pas s'exprimer sur les enquêtes en cours.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la