Blick fait le point après la décision de l'UE
Que signifie l'interdiction des moteurs à combustions pour la Suisse?

L'UE a décidé d'interdire la vente de voitures à combustion à partir de 2035. Qu'est-ce que cela signifie pour la Suisse? Les voitures à essence devront-elles bientôt être mises à la casse? Blick fait le point.
Publié: 09.06.2022 à 22:35 heures
|
Dernière mise à jour: 10.06.2022 à 00:47 heures
1/13
Le Parlement européen veut interdire les voitures neuves équipées d'un moteur à combustion.
Martin A. Bartholdi, Martin Schmidt, Pascal Tischhauser

Pour de nombreuses personnes en Suisse, la voiture est bien plus qu'un simple moyen de locomotion. Pour certains, c'est un symbole de statut social, pour d'autres, les voitures à moteur à combustion sont parfois une véritable passion.

Pour ces derniers, la journée de mercredi a sans doute été très noire: le Parlement européen veut que les voitures gourmandes en carburant disparaissent des routes. Blick répond aux principales questions que cette décision soulève.

Qu'a décidé le Parlement européen?

A partir de 2035, les constructeurs automobiles pourront uniquement commercialiser en Europe des voitures neuves et des camionnettes d'un poids total de 3,5 tonnes maximum qui n'émettent pas de gaz à effet de serre. Les nouveaux véhicules à moteur à combustion ne pourront donc plus être vendus à partir de cette date.

L'interdiction est-elle déjà fixée?

Non, le Parlement européen doit encore négocier l'interdiction avec les États membres. Ceux-ci doivent définir leur position d'ici fin juin. Mais l'Allemagne a déjà dit oui à l'interdiction par exemple.

La Suisse doit-elle participer à une interdiction des véhicules à combustion au sein de l'UE?

Non, car la Suisse ne fait pas partie de l'UE. Mais si l'on ne produit plus de voitures à moteur à combustion pour le marché européen, les véhicules diesel et les voitures à essence disparaîtront logiquement aussi des routes chez nous. Le directeur de l'ATE Anders Gautschi demande même à la Suisse d'accélérer la mise en œuvre de la transition: «La Suisse doit maintenant annoncer la couleur et aller rapidement de l'avant. Pour atteindre les objectifs climatiques, plus aucune voiture ou véhicule utilitaire léger à moteur à combustion ne devrait être mis en circulation dès 2030» assure-t-il. C'est la seule façon de garantir que le parc automobile soit composé en grande partie de véhicules fonctionnant à l'électricité renouvelable d'ici 2050.

Quels véhicules seront interdits?

Dans les faits, il s'agit d'une interdiction de la technologie des moteurs à combustion, car le processus de combustion produit des gaz d'échappement. Cela signifie que les véhicules à gaz ainsi que les hybrides légers, complets et plug-in ne seront plus autorisés à partir de 2035. Les carburants synthétiques, appelés e-fuels, sont également écartés: ils sont considérés comme neutres en termes d'émissions de CO₂, car le dioxyde de carbone (CO₂) est prélevé dans l'air lors de leur production. Mais leur combustion produit du gaz à effet de serre. Le Parlement européen les rejette donc parce que leur production nécessite trop d'électricité.

Publicité

Qu'en est-il des voitures existantes et des voitures d'occasion?

Les voitures existantes à essence ou diesel ne sont pas concernées par l'interdiction. Les voitures d'occasion équipées d'un moteur à combustion pourront également être revendues après 2035 dans un premier temps.

Quand les voitures à combustion seront-elles totalement interdites?

L'UE veut atteindre la neutralité totale en matière de CO₂ à partir de 2050. La question de savoir comment y parvenir reste pour l'instant ouverte. Mais il est probable que seule une interdiction totale des voitures à essence et à diesel permettra d'y parvenir. Cela n'a toutefois pas encore été décidé.

Puis-je encore acheter de voitures à essence ou diesel?

Pour l'instant, les voitures à essence et diesel restent légales et peuvent continuer à être achetées. Il reste donc 13 ans avant de devoir acheter une nouvelle voiture électrique. On peut s'attendre à ce que les voitures à moteur à combustion perdent davantage de valeur à mesure que l'on se rapproche de 2035. La revente devrait devenir de plus en plus difficile avec les années. Mais en même temps, l'offre sera rare, ce qui pourrait avoir un effet positif sur la valeur de revente. De plus, le moteur à combustion restera autorisé en dehors de l'Europe. Aujourd'hui déjà, environ la moitié des voitures d'occasion suisses sont revendues à l'étranger.

Dans quelle mesure l'interdiction affecte-t-elle les sous-traitants automobiles suisses?

Les 570 entreprises de l'industrie suisse de la sous-traitance emploient 34 000 personnes. «40% de ces entreprises fournissent des composants pour les moteurs, les boîtes de vitesses et la chaîne cinématique. Ces entreprises sont directement concernées», explique Anja Schulze, experte en mobilité à l'université de Zurich.

Publicité

En outre, il existe des produits tels que les tapis de voiture ou les revêtements intérieurs qui, à première vue, n'ont rien à voir avec la propulsion, mais qui doivent répondre à des exigences acoustiques et de gestion thermique très différentes pour un véhicule à combustion que pour un véhicule à essence. «Les entreprises se réorientent certes, mais actuellement, de grandes capacités de production sont encore orientées vers les véhicules à combustion et il va falloir opérer un changement. C'est un sacré défi», explique Anja Schulze.

Que signifie cette décision pour les stations-service?

Les experts s'attendent à une nette réduction du réseau de stations-service. Les véhicules à combustion encore en circulation jusqu'en 2035 continueront certes à assurer une demande. Mais le nombre sans cesse croissant de voitures électriques sera rechargé à la maison, au travail ou en faisant ses courses. Les stations-service situées le long des autoroutes devraient avoir les meilleures chances de survie, car les longs trajets nécessitent de se rendre à une borne de recharge en cours de route.

Peut-on construire suffisamment de bornes de recharge d'ici 2035?

Oui, la nouvelle loi sur le C02 et la feuille de route pour la mobilité électrique le prévoient. La Confédération a prévu de consacrer 210 millions de francs au développement de l'infrastructure de recharge. Mais selon le professeur Timo Ohnmacht, expert en énergie, l'infrastructure privée a également un rôle central à jouer. «La solution de recharge pour les immeubles devrait constituer l'épine dorsale de cette transformation. Dans ce domaine aussi, les choses bougent beaucoup. Les goulets d'étranglement sont plutôt la production d'électricité et la capacité de charge du réseau».

Avons-nous assez d'électricité pour la vague de voitures électriques à venir?

Axpo veut déconnecter du réseau les deux centrales nucléaires de Beznau 1 et 2 vers 2030. Gösgen suivra en 2040 et Leibstadt en 2045 environ. La Suisse risque donc d'être confrontée à une pénurie d'électricité si les énergies renouvelables ne sont pas développées à grande échelle. «Une voiture électrique consomme presque deux fois moins d'électricité qu'un ménage de quatre personnes. Cinq millions de voitures, qui seront probablement en circulation en Suisse en 2035, consomment 12 térawattheures par an», explique le professeur Timo Ohnmacht, expert en énergie à la Haute école de Lucerne. Selon lui, la Suisse aura besoin de 23% d'électricité en plus par rapport à aujourd'hui en raison du passage à la mobilité électrique. «L'idéal serait bien sûr que les toits des propriétaires de voitures électriques produisent eux-mêmes une grande partie de leur électricité. Si nous ne pouvons pas produire plus, le prix augmentera considérablement».

Publicité

L'essence deviendra-t-elle moins chère?

On peut le supposer. La part des voitures électriques devrait augmenter sensiblement dans le monde au cours des dix prochaines années. Si, à partir de 2032, il ne se vend plus en Europe que des voitures neuves électriques, la demande en carburant diminuera nettement - et donc le prix aussi.

Qu'est-ce que cela signifie pour les voitures anciennes?

Tout d'abord, la protection des stocks s'applique comme pour toutes les voitures actuelles. Les voitures anciennes peuvent continuer à rouler. Il faudra voir ce qu'il en sera à partir de 2050, lorsque l'UE voudra être totalement neutre en termes d'émissions de CO₂. Il est encore trop tôt pour dire s'il y aura des dérogations pour les voitures anciennes.

(Adaptation par Thibault Gilgen)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la