2 francs le litre à Genève!
La guerre en Ukraine provoque un choc aux pompes suisses

Les automobilistes vont ressentir les conséquences de l'invasion de l'Ukraine par la Russie dans leur porte-monnaie. Les carburants sont de plus en plus chers et arrivent au cap symbolique des 2 francs.
Publié: 06.03.2022 à 16:00 heures
|
Dernière mise à jour: 06.03.2022 à 20:37 heures
Dans de nombreuses stations-service suisse, le litre de sans plomb 95 atteint les deux francs.
Patrik Berger

Les automobilistes suisses doivent se préparer à une mauvaise surprise lorsqu’ils s’arrêtent à une station d’essence pour faire le plein de leur véhicule. Qu’il s’agisse de Sans-plomb 95 ou de diesel, les prix à la pompe ont augmenté de façon spectaculaire ces derniers jours. Sur le territoire, les prix commencent à dépasser les 2 francs par litre. Un cap symbolique.

Si tous les experts s’attendaient à une hausse des prix, celle-ci est arrivée bien plus vite qu’anticipé. Ces derniers mois, la demande était supérieure aux capacités de production. Cela a fait grimper le prix du pétrole en flèche. Avec l’invasion de l’Ukraine et les incertitudes qui y sont liées, le prix des carburants ont bondi. Les pompistes ont du mal à suivre.

2,03 francs par litre de sans-plomb

Le litre de sans-plomb 95 coûte 2,03 francs dans la station Migrol rue du Vermont à Genève. Le plein d’une voiture familiale de taille moyenne (50 litres) reviendrait alors à la coquette somme de 101,05 francs. Dans la périphérie lausannoise, les tarifs restent juste en dessous de la barre des 2 francs: la station Agip à Bussigny, par exemple, demande 1,94 franc par litre pour de l’essence sans-plomb.

«Nous allons avoir des prix de l’essence de deux francs et plus par litre, et ils resteront probablement à ce niveau pendant un certain temps», prédisait le spécialiste Daniel Hofer, président d’Avenergy, il y a une semaine. Quelques jours plus tard seulement, les affichages des stations-service lui donnent raison.

Le baril est plus cher de 49%

Que va-t-il se passer? Le prix du pétrole de la mer du Nord (Brent) a bondi à plus de 118 dollars le baril. C’est 49% de plus qu’en début d’année. «Si la situation continue d’empirer, une nouvelle hausse du prix du pétrole brut jusqu’à 130 dollars est possible, souligne Daniel Hofer. Et il est bien possible que la guerre en Ukraine nous coûte plus cher encore.»

Le prix d’un litre d’essence ou de diesel à la pompe en Suisse dépend d’une multitude facteurs: coûts de raffinage, le taux de change du dollar et les taxes, la logistique, les frais de transport sur le Rhin, autant d’éléments qui influent sur les tarifs en plus de la spéculation, fortement dépendante de la conjoncture économique mondiale. Une certitude: si le prix du pétrole brut augmente, le prix du litre de carburant à la pompe augmentera également.

Publicité

(Adaptation par Jessica Chautems)


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la