Avec une méga-prime!
Les Saoudiens s'offrent les rois du tennis

La victoire au Six Kings Slam prévu à Riyad devrait valoir plus du double d'argent qu'un triomphe à Wimbledon! L'Arabie saoudite s'impose avec force dans le monde du tennis - et trouve les failles nécessaires.
Publié: 12.02.2024 à 15:22 heures
1/7
Novak Djokovic est en tête des participants au Six Kings Slam en Arabie saoudite.
RMS_Portrait_563.JPG
Marco Pescio

Impossible de trouver un nom plus puissant pour un tournoi! Et le champ des participants est lui aussi inégalable en termes d'attractivité. L'Arabie saoudite a annoncé la création du bien nommé Six Kings Slam, une exhibition à Riyad où Novak Djokovic, Rafael Nadal, Carlos Alcaraz, Jannik Sinner, Daniil Medvedev et Holger Rune se disputeront la victoire. Le tournoi devrait avoir lieu en octobre et rapporter plus de six millions de francs suisses au vainqueur. Soit plus du double de ce qu'Alcaraz a reçu l'année dernière après sa victoire à Wimbledon!

Depuis novembre dernier et l'organisation des finales NextGen à Djeddah - le premier tournoi de tennis officiel dans cet Etat du désert très riche -, l'Arabie saoudite a un pied dans la porte. Mais au vu des investissements dans d'autres disciplines sportives, plus personne ne s'étonnerait que cette porte soit bientôt grande ouverte. Que l'on soit critique ou non concernant la situation des droits de l'homme dans le pays.

Jusqu'où les Saoudiens peuvent-ils aller dans le tennis?

«Il est probable que Rafael Nadal et compagnie n'étaient que des préliminaires. Une possibilité serait que l'Arabie saoudite fasse bientôt la même chose que dans le Golfe - et achète le tennis dans son ensemble», explique Simon Chadwick, expert saoudien et professeur de géopolitique à l'école Skema à Paris. Selon lui, ce pays, vivement critiqué pour sa situation en matière de droits de l'homme, cherche avant tout à «gagner en image et en légitimité» sur la carte (du sport) mondiale. Il qualifie «d'étrange décision» l'intention annoncée d'encourager sensiblement la relève locale du tennis avec l'aide de l'ambassadeur Nadal. Selon Chadwick, la population jeune de l'Etat du désert - environ 70% a moins de 35 ans - n'est pas particulièrement friande de tennis. Selon l'expert, il s'agit de la même stratégie interne que celle que l'Arabie saoudite promeut à l'extérieur. Mot-clé: «Sportswashing». «Il est clair que le sport est ici aussi utilisé pour provoquer un changement social positif dans le pays». Chadwick s'attend à d'autres offensives dans le secteur de l'événementiel et du tourisme. Et dans le tennis professionnel? Là, la prochaine concession, pour éviter un éventuel rachat total par les Saoudiens, pourrait être un tournoi Masters 1000.

«Il est probable que Rafael Nadal et compagnie n'étaient que des préliminaires. Une possibilité serait que l'Arabie saoudite fasse bientôt la même chose que dans le Golfe - et achète le tennis dans son ensemble», explique Simon Chadwick, expert saoudien et professeur de géopolitique à l'école Skema à Paris. Selon lui, ce pays, vivement critiqué pour sa situation en matière de droits de l'homme, cherche avant tout à «gagner en image et en légitimité» sur la carte (du sport) mondiale. Il qualifie «d'étrange décision» l'intention annoncée d'encourager sensiblement la relève locale du tennis avec l'aide de l'ambassadeur Nadal. Selon Chadwick, la population jeune de l'Etat du désert - environ 70% a moins de 35 ans - n'est pas particulièrement friande de tennis. Selon l'expert, il s'agit de la même stratégie interne que celle que l'Arabie saoudite promeut à l'extérieur. Mot-clé: «Sportswashing». «Il est clair que le sport est ici aussi utilisé pour provoquer un changement social positif dans le pays». Chadwick s'attend à d'autres offensives dans le secteur de l'événementiel et du tourisme. Et dans le tennis professionnel? Là, la prochaine concession, pour éviter un éventuel rachat total par les Saoudiens, pourrait être un tournoi Masters 1000.

plus

Malgré tout, le lancement de l'offensive saoudienne dans le tennis s'est déroulé jusqu'à présent de manière relativement lente. L'année dernière, on avait longtemps spéculé sur l'attribution des finales WTA avant que le tournoi ne soit finalement attribué au Mexique. Dernièrement, les légendes Martina Navratilova et Chris Evert se sont à nouveau prononcées contre l'Arabie saoudite, mais cela n'a rien changé: les finales WTA se dérouleront dans le désert à partir de cette année.

Juste avant Bâle - pour éviter une amende aux joueurs

Dans le tennis masculin, le Six Kings Slam représente la prochaine étape de rapprochement du royaume saoudien avec le monde du tennis. L'annonce du tournoi suit de quelques semaines seulement la nouvelle selon laquelle Rafael Nadal sera désormais l'ambassadeur de la Fédération saoudienne de tennis.

Selon un article du Telegraph, Nadal est également la raison pour laquelle l'exhibition ne devrait avoir lieu qu'en octobre. L'événement était initialement prévu pour janvier, avant que la blessure de Nadal ne pousse les organisateurs à modifier leur planning à la dernière minute.

Le quotidien anglais montre par ailleurs à quel point les Saoudiens sont rusés dans leur avancée sur la scène du tennis. L'événement devrait avoir lieu entre le 14 et le 20 octobre, juste avant les Swiss Indoors. Et ce, parce que les joueurs pourront ainsi éviter une sanction de la part de l'ATP. En effet, le règlement de l'Association of Tennis Professionals stipule que les joueurs du Top 30 ne peuvent pas participer à un «Special Event» si un tournoi ATP de la catégorie 1000 ou 500 a lieu en même temps. Le mois d'octobre est déjà très chargé avec Shanghai (1000), Bâle et Vienne (500 chacun) ainsi que Paris-Bercy (1000) - seule la semaine à partir du 14 n'est occupée que par des tournois 250 qui ne sont pas protégés par la règle.

Publicité

L'argent règne en maître

Les organisateurs du Six Kings Slam doivent toutefois se montrer nettement plus créatifs dans un autre domaine. Les directives de l'ATP stipulent que les joueurs ne peuvent pas participer, pendant la saison en cours, à des événements non officiels qui se déroulent sur «trois jours consécutifs ou plus». Ceux qui enfreignent cette règle perdent leur statut de «Plantinum». Autrement dit: l'accès au pool de bonus qui rapporte encore un joli pécule à la fin de chaque année. En 2023, la participation aux bénéfices pour les joueurs a atteint la somme record de 29,33 millions de francs.

Pour que les professionnels ne soient pas obligés d'enfreindre cette règle, un jour de repos supplémentaire doit être prévu à Riyad après deux jours. Les joueurs s'en réjouiront bien sûr. Pourquoi ne pas faire une halte en Arabie saoudite sur le chemin du retour de Shanghai vers l'Europe, alors que la participation seule vaut 1,3 million de francs?

Tout cela n'a rien de surprenant: Djokovic et Alcaraz ont montré depuis longtemps, par le biais d'événements antérieurs, et Nadal par son rôle d'ambassadeur, qu'ils ne sont pas seulement intéressés par l'argent - mais qu'ils peuvent aussi très bien laisser de côté les questions concernant les droits de l'homme.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la