L'homme qui n'a pas Whatsapp
Giovanni Sartori, l'architecte des succès de Bologne

Bologne est l'équipe surprise de la Serie A, en grande partie grâce à Giovanni Sartori. L'Italien a déjà prouvé être un homme qui sait comment transformer un club de milieu de tableau en une grande équipe. Portrait.
Publié: 01.01.2024 à 09:03 heures
1/8
Bologne est l'équipe du moment en Italie.
RMS_Portrait_AUTOR_909.JPG
Carlo Emanuele Frezza

Bologne est connue pour beaucoup de choses. Mais surtout pour sa bonne cuisine. La mortadelle, les tagliatelle al ragù, les tortellini et les lasagnes: tous ces délices trouvent leur origine dans cette ville. Il n'est donc pas étonnant qu'elle soit surnommée «la grassa» (la grasse).

En revanche, le chef-lieu de l'Émilie-Romagne est moins connu pour le football. Et ce, bien que sept Scudetti y aient déjà été célébrés. Mais toutes datent d'il y a longtemps. Six datent même de la période entre la Première et la Seconde Guerre mondiale.

La plupart des fans actuels ne les ont donc pas vécus. La joie est donc d'autant plus grande face à la situation actuelle. Avec son entraîneur Thiago Motta (41 ans) et les trois Suisses Dan Ndoye (23 ans), Michel Aebischer (26 ans) et Remo Freuler (31 ans), Bologne est l'équipe surprise de la Série A. Notamment grâce à sa troisième moyenne d'âge la plus jeune (24,8). A mi-saison, elle occupe une 4e place tout à fait méritée, une place synonyme de qualification pour la Ligue des champions.

Un ancien Bavarois comme meilleur buteur

Ce n'est pas un hasard. En Italie, nombreux sont ceux qui pensent que Bologne restera en haut de l'affiche jusqu'à la fin. Les Felsinei sont trop stables. Ils défendent trop bien (12 buts encaissés). L'ancien attaquant du Bayern Joshua Zirkzee (22 ans; 7 buts) marque trop souvent. Après des années difficiles, le Néerlandais a enfin réussi à percer.

C'est Giovanni Sartori (66 ans) qui a composé l'équipe. Un homme qui sait mieux que quiconque comment amener les petites équipes parmi les grandes. Tout a commencé dans les années 90 au Chievo Verona. Il s'est essayé au métier d'entraîneur adjoint. Jusqu'à ce que le président de l'époque, Luca Campedelli, lui conseille de s'essayer au poste de directeur sportif.

Le chef sportif sans Whatsapp

Un conseil qui n'aurait pas pu être plus judicieux. Grâce à ses transferts et à ses choix d'entraîneur, Sartori a mené ce qui était un club amateur jusqu'en Ligue des champions. Pendant des années, le club de quartier de Vérone s'est maintenu en Serie A. En 2014, Sartori est passé à l'Atalanta. Le Chievo a ensuite chuté - le club est aujourd'hui en faillite. En revanche, le manager a réalisé un nouveau miracle avec les Bergamasques. Il a transformé ce club instable en un participant régulier à la Coupe d'Europe. Depuis un an et demi, il travaille à Bologne.

Publicité

Malgré ses nombreux succès, on ne sait pas grand-chose de Sartori dans une Italie folle de football. On le décrit comme un homme de l'ombre ou comme le directeur sportif sans Whatsapp. Il accorde donc rarement des interviews. Dans l'une d'entre elles, il a récemment expliqué comment il procède pour recruter des joueurs. «Nous combinons les données des vidéos et des matches en direct. La dernière étape consiste à connaître le joueur et à essayer de comprendre son caractère et sa personnalité».

Pour Dan Ndoye, il a fallu beaucoup de persuasion.

A l'époque de l'Atalanta, Sartori aurait assisté à plus de 200 matches en direct. C'est lors de l'un d'entre eux qu'il a remarqué Ndoye. «Mais pour le convaincre de notre projet, nous avons passé deux mois au téléphone presque tous les jours», a-t-il raconté. Finalement, le transfert a fonctionné, à la grande satisfaction de toutes les parties.

Il a sans doute fallu beaucoup moins de temps à Sartori pour convaincre Remo Freuler de revenir de Nottingham en Italie. Après tout, les deux se connaissent depuis l'époque de l'Atalanta. Ils s'efforcent maintenant de répéter les succès de Bologne. Le début est déjà réussi.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la