Les Kambundjis sont proches
Les sœurs les plus rapides de Suisse enchantent Rome

Mujinga Kambundji a défendu son titre européen et est devenue la première Suissesse à remporter à plus d'une reprise l'or à ce niveau, tandis que sa sœur Ditaji a brillé avec l'argent. Les Kambundji se préparent désormais pour les Jeux olympiques de Paris.
Publié: 12.06.2024 à 20:06 heures
Les sœurs les plus rapides de Suisse viennent de Berne: Mujinga (à gauche) et Ditaji Kambundji ont chacune remporté une médaille aux championnats d'Europe de Rome.
RMS_Portrait_AUTOR_1046.JPG
Matthias Dubach

Y a-t-il eu un début de saison difficile? En tout cas, rien de tel dans la course du 200 mètres. Mujinga Kambundji fait des merveilles aux Championnats d'Europe de Rome! Une fois de plus, elle est au sommet de sa forme lors d'un grand événement et défend son titre de manière grandiose. La Bernoise est la toute première athlète suisse à remporter plus d'une médaille d'or aux Européens. Même la légende du lancer de poids Werner Günthör n'en possède pas deux.

En revanche, il est presque normal que la famille Kambundji rafle plusieurs fois la mise. Comme il y a deux ans à Munich, les deux sœurs sont médaillées à Rome: la sprinteuse en haies Ditaji a décroché l'argent samedi, et Mujinga, de dix ans son aînée, a enchaîné avec l'or. Le statu quo? Pas tout à fait. Car Ditaji n'est plus depuis longtemps la petite sœur de Mujinga. En deux ans, elle s'est énormément développée et s'est même établie dans l'élite mondiale. Les mauvaises langues pourraient même dire qu'à Rome, on pouvait davantage attendre une médaille de Ditaji que de Mujinga.

«Nous sommes très proches»

Mais aujourd'hui, les deux sœurs les plus rapides de Suisse ont totalement convaincu. Et chacune participe aussi au succès de l'autre : En effet, les sœurs forment un duo presque inséparable et s'entraînent également ensemble. «Nous pouvons beaucoup profiter l'une de l'autre et nous apprenons l'une de l'autre, a récemment déclaré la nouvelle et ancienne championne d'Europe du 200 mètres. C'est en tout cas cool de ne pas être seule à l'entraînement. C'est bien de voir qu'elle fait des progrès.»

Il existe des familles dans lesquelles des frères et sœurs ayant dix ans de différence d'âge n'ont pas grand-chose à se dire en raison de l'écart d'une demi-génération. Il en va tout autrement chez les Kambundji. «Nous sommes les meilleures amies du monde», sourit Mujinga. «Nous sommes très proches malgré notre différence d'âge», ajoute Ditaji. L'héroïne d'argent est la plus jeune de quatre sœurs, Mujinga est la deuxième plus âgée.

Les Jeux olympiques en famille dans les tribunes

Mais il est dans la nature des choses que ce soit plutôt la plus jeune qui demande conseil à son aînée sur les questions d'athlétisme et non l'inverse. «Elle vient plutôt vers moi, confirme Mujinga. Mais elle doit aussi suivre son propre chemin.»

Aujourd'hui, les sœurs attendent à Paris leurs deuxièmes Jeux olympiques en commun. Mais les premières avec leur famille dans les tribunes. Le fan-club familial autour de la mère Ruth et du père Safuka est également présent à Rome – mais Tokyo 2021 a eu lieu sans fans à cause de Covid. «Tous les vols étaient déjà réservés», se souvient Ditaji. Désormais, il suffit d'un voyage en train pour voir pour la première fois les deux sœurs en action aux JO.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la