Presque deux fois plus cher
En Suisse, les génériques restent bien plus chers qu'à l'étranger

Les écarts de prix des médicaments demeurent significatifs entre la Suisse et l'étranger, selon la 14e comparaison annuelle menée par Interpharma et Santésuisse avec neuf pays européens. Les génériques coûtent ainsi pratiquement moitié prix hors de nos frontières.
Publié: 17.05.2023 à 17:19 heures
Les génériques coûtent pratiquement moitié prix hors de nos frontières.

Les prix des médicaments protégés par un brevet sont en moyenne 5,4% plus bas dans plusieurs pays européens. Ceux tombés dans le domaine public coûtent 10,8% de moins. Les écarts de prix sont surtout frappants en ce qui concerne les génériques et les biosimilaires. A l’étranger, les premiers sont environ deux fois moins chers (-45,5%), les seconds ont un coût 27,5% inférieur, selon une comparaison sur la période de janvier à avril 2023.

«L’évolution des prix des médicaments ne suit qu’une seule direction, à savoir... vers le bas!», estime pourtant René Buholzer, le directeur d'Interpharma. «Les médicaments protégés par un brevet ne sont toujours pas plus chers qu'à l'étranger.»

En comparaison, la Suisse peut se targuer d'être moins chère que le Danemark ou le Royaume-Uni. Par contre, les prix sont de respectivement 11% et 16% supérieurs qu'en Allemagne ou en France. «De plus, grâce aux contrôles réguliers des prix, l’industrie génère, chaque année, des économies récurrentes de plus d’un milliard de francs pour le système de santé», ajoute le directeur d'Interpharma.

Un problème structurel

Et René Buholzer de poursuivre: «ce qui est clair, en revanche, c’est que nous avons un problème structurel en ce qui concerne l’accès des patients à de nouveaux médicaments innovants. La focalisation politique sur les coûts met en péril la qualité des soins et l’accès des patients à ces derniers. Il faut à présent s’attaquer résolument à ces problèmes structurels.»

Selon la directrice de Santésuisse, Verena Nold, un important potentiel d’économies existe, en particulier dans le domaine des médicaments dont le brevet a expiré. «Pour abaisser les prix des génériques et des biosimilaires au niveau européen, il faudrait les contrôler et les baisser en continu. Les payeurs de primes en profiteraient directement, car cela permettrait d’économiser un milliard de francs, ce qui correspond à 3% du montant des primes», précise Verena Nold.

Génériques: «prix absurdement élevés»

Pour Sara Stalder, la directrice de l'association de protection des consommateurs alémanique Konsumentenschutz, «la nouvelle comparaison des prix avec l'étranger montre une fois de plus que les prix suisses des génériques sont absurdement élevés.»

Publicité

«En moyenne, nous payons deux fois plus pour le même médicament que les autres pays européens», rappelle Sara Stalder. «Il y a même des médicaments qui coûtent cinq fois plus cher qu'en Allemagne. De telles différences de prix ne sont pas justifiables.»

«Selon Santésuisse, nous pourrions économiser, chaque année, 1 milliard de francs avec des prix génériques raisonnables, ce qui représenterait 3% de la prime. Compte tenu de l'augmentation constante des primes, ce potentiel d'économies doit enfin être exploité», conclut la directrice.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la