Colère à l'AG de Credit Suisse
«En tant qu'actionnaire, je me sens comme une merde!»

Un actionnaire très en colère s'est adressé à la direction de Credit Suisse lors de la dernière assemblée générale. Il a mis en cause le président de CS, mais aussi les politiciens.
Publié: 04.04.2023 à 12:19 heures
|
Dernière mise à jour: 04.04.2023 à 15:44 heures
Guido Röthlisberger, a semblé très en colère lors de l'assemblée générale de Credit Suisse ce mardi à Zurich.
Blick

Un premier actionnaire a prisla parole lors de l'assemblée de Credit Suisse. Celui-ci, Guido Röthlisberger, a semblé très en colère. Il a annoncé d'une voix claire: «Bonjour à tous, je vous revois et je suis venu aujourd'hui sans arme. Je me tiens devant vous en costume gris parce que je pense que des individus ont franchi la zone grise. Combien d'argent les entreprises engrangent-elles pour créer de la transparence pour les actionnaires? Je me sens trahi par ces institutions.»

Les comptes annuels et le rapport de rémunération ont aussi été passés au crible par cet actionnaire. De plus, il n'a pas seulement réglé ses comptes avec les grands banquiers, mais aussi avec les politiciens. La ministre des Finances PLR Karin Keller-Sutter était notamment dans sa ligne de mire. «Mme Karin Keller-Sutter a été totalement dépassée par la gestion de la crise bancaire», a-t-il tonné. Et à défaut d'avoir amené les cartons rouges qu'il aimerait distribuer, l'orateur a décidé d'arborer sa plus belle cravate couleur pourpre, a-t-il annoncé.

«Je me sens comme une merde!»

Guido Röthlisberger avait également quelques questions. Il voudrait savoir exactement combien la Finma ou Price Waterhouse Coopers ont empoché pour leurs missions de contrôle. Car à ses yeux, ils n'ont absoluement pas rempli leur tâche: ils ne faisaient pas leur travail correctement. Raison pour laquelle des comptes devraient être rendus. «Je demande aux organes de contrôle 30 milliards d'indemnités aux actionnaires», a-t-il asséné. C'est la somme d'argent qui s'est évaporée ces derniers mois. «En tant qu'actionnaire, je me sens comme une merde!», a-t-il enfin éructé.

Le président de Credit Suisse Axel Lehmann a répondu aux commentaires de son actionnaire. «Nous avons survécu à beaucoup de choses, a-t-il énoncé. Nous avons notamment passé outre quelques vagues très violentes. Mais cette semaine de mars? C'était comme une avalanche!», s'est-il justifié.

Il a poursuivi: «Ce n'est pas à moi de remettre en question la politique ou la BNS. Du point de vue de la banque, je dois dire que nous étions dans une situation difficile et avions besoin d'un soutien en liquidités. Le Conseil fédéral, la Finma et la BNS ont donc agi et stabilisé la situation.»

Axel Lehmann ne connaît pas le montant d'indemnisation de la Finma, a-t-il assuré. Mais la rémunération de Price Waterhouse Coopers peut être consultée dans le rapport annuel.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la