Le chef du gouvernement polonais veut arrêter de livrer des armes à l'Ukraine
Coup dur pour l'Ukraine: le «front anti-Poutine» s'effriterait-il?

Plus d'armes pour l'Ukraine. La mauvaise nouvelle pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky vient du chef du gouvernement polonais. Mais qu'est-ce que cela signifie pour la guerre? Explications.
Publié: 22.09.2023 à 06:10 heures
|
Dernière mise à jour: 22.09.2023 à 08:12 heures
1/5
Le chef du gouvernement polonais, Mateusz Morawiecki, ne veut plus livrer d'armes à l'Ukraine.
BlickMitarbeiter06.JPG
Chiara Schlenz

Mercredi soir, l'Ukraine a reçu une mauvaise nouvelle du gouvernement polonais: «Nous ne transférons plus d'armes à l'Ukraine, car nous nous équipons nous-mêmes des armes les plus modernes», a clarifié le chef du gouvernement polonais Mateusz Morawiecki dans une interview à la chaîne Polsat. Blick répond aux questions les plus urgentes sur la césure du «front anti-Poutine».

1

Quelle est la raison de l'arrêt des livraisons?

Mateusz Morawiecki a expliqué que la Pologne avait énormément augmenté ses commandes de matériel militaire. «Si tu ne veux pas te défendre, tu dois avoir quelque chose avec quoi te défendre. Nous adhérons à cette règle.» Les forces armées doivent être modernisées de manière à ce que la Pologne dispose de l'une des armées terrestres les plus puissantes d'Europe, a précisé le chef du gouvernement.

L'autoprotection est donc la raison officielle de l'arrêt des livraisons. Plusieurs portails d'information polonais, dont le service anglophone de l'agence de presse publique PAP, ont toutefois interprété les propos de Mateusz Morawiecki comme signifiant que la Pologne allait cesser ses livraisons d'armes à l'Ukraine, sur fond de conflit concernant les céréales.

Toutefois, l'interview télévisée a donné lieu à une confusion quant à savoir si la Pologne allait vraiment arrêter complètement ses livraisons d'armes à l'Ukraine. Le gouvernement polonais n'a pas répondu à la demande de clarification de l'agence de presse allemande.

2

De quoi s'agit-il en ce qui concerne le conflit sur les céréales?

Le conflit sur les céréales entre la Pologne et l'Ukraine s'est énormément aggravé en septembre. En effet, la Pologne, aux côtés de la Hongrie et de la Slovaquie, a décrété sa propre interdiction d'importation de céréales ukrainiennes. Au grand dam du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

La crise entre les deux alliés ne date pas d'hier: dès le mois d'août, les pays ont mutuellement convoqué leurs ambassadeurs. Et le conseiller en politique étrangère du président polonais Andrzej Duda, Marcin Przydacz, avait déclaré début août à la télévision: «L'Ukraine devrait commencer à apprécier ce que la Pologne a fait pour elle.»

Publicité
3

Quelles seraient les conséquences d'un arrêt des livraisons polonaises?

Un arrêt des livraisons serait fatal. La Pologne est le deuxième plus grand donateur d'armes et d'équipements militaires à l'Ukraine après les Etats-Unis et le troisième plus grand donateur d'aide militaire après les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Selon l'institut de Kiel (Allemagne), la Pologne, qui a une frontière orientale commune avec l'Ukraine, a promis l'année dernière une aide militaire de 2,4 milliards d'euros.

L'annonce de la Pologne est une mauvaise nouvelle pour l'Ukraine, déclare à «Bild» Carlo Masala, expert militaire et professeur à l'université de la Bundeswehr à Munich: «Cela donne une image catastrophique si l'un des principaux Etats soutenant l'Ukraine l'annonce.»

4

Y a-t-il d'autres pays qui prévoient un arrêt des armes?

Jusqu'à présent, aucun autre pays n'a annoncé un gel des livraisons d'armes. Il se pourrait toutefois que la Slovaquie, un autre allié important de l'Ukraine, réduise son aide en raison de la montée du sentiment prorusse, dont les répercussions sur les élections du 30 septembre devraient avoir lieu.

Un sondage de Globsec avait révélé en juin que c'est en Slovaquie que l'attitude anti-occidentale a le plus augmenté en Europe. 76% sont opposés aux sanctions de l'Union européenne contre la Russie, 69% rejettent l'aide militaire à l'Ukraine. Mais l'avenir dira si l'Ukraine perd vraiment un allié supplémentaire.

Publicité
5

Le «front anti-Poutine» s'effrite-t-il désormais?

C'est le grand espoir de la Russie: que l'unité occidentale s'effrite, qu'il y ait des fissures dans le «front anti-Poutine». Avec le conflit entre la Pologne et l'Ukraine, et l'enthousiasme modéré pour les préoccupations ukrainiennes à l'Assemblée générale de l'ONU, le chef du Kremlin Vladimir Poutine semble s'être quelque peu rapproché de cet objectif.

Mais il n'est pas certain que l'on en arrive à une rupture qui pourrait favoriser la Russie et désavantager l'Ukraine. La plupart des nations occidentales soutiennent toujours l'Ukraine et n'ont pas annoncé la fin de leur soutien.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la