Sous les yeux de son père Paul-André
Jan Cadieux: «C'est lui qui m'a transmis cette passion d'être entraîneur»

Genève-Servette s'est imposé mercredi soir face à Fribourg Gottéron sous les yeux d'un spectateur particulier. Paul-André Cadieux, mythique entraîneur des Dragons et père du coach des Aigles, était dans les tribunes. Un match qui n'avait rien d'anodin pour Jan Cadieux.
Publié: 20.01.2022 à 10:37 heures
|
Dernière mise à jour: 20.01.2022 à 13:37 heures
Paul-André Cadieux était présent aux Vernets.
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

Le nom Cadieux sera probablement encore longtemps lié au club de Fribourg Gottéron. Et pour cause: Paul-André a été le mythique entraîneur des Dragons au début des années 90, lorsque Gottéron jouait le haut du tableau et enchaînait les finales. C’est aussi à Saint-Léonard que Jan, actuel coach de Genève-Servette, a effectué une partie de sa formation en juniors.

«Il voulait me laisser tranquille»

Celui qui a remis les Aigles d’aplomb a également terminé sa carrière de joueur à Fribourg avant d’y entamer sa carrière d’entraîneur dans le mouvement junior. Mercredi soir, Paul-André Cadieux était présent dans la patinoire pour commenter le match pour Radio Fribourg.

Cette présence paternelle n’a, dans le fond, pas changé le coaching de Jan. «Ce n’est pas différent, rigole-t-il. Il m’avait dit qu’il venait. Mais juste avant le match je ne me souvenais plus s’il allait être là ou non.» Il s’agit de la deuxième fois que Paul-André Cadieux est présent au match de Jan depuis son arrivée à la bande. «La première fois, c’était à Berne, a remarqué le technicien. Il ne m’avait pas dit qu’il serait là et n’était pas venu me voir à la fin du match. Je crois qu’il voulait me laisser tranquille.»

«C’est grâce à lui»

Cette fois-ci, Paul-André est venu féliciter Jan après le match. «Cela m’a fait très plaisir qu’il soit là. Et c’était également intéressant d’avoir son feedback après la rencontre.» Quel était son avis sur le match? «Le même que vous les journalistes, a rigolé le technicien. Il a vu le même match que vous et moi. Nous ne patinions pas lors du premier tiers-temps. Il avait été surpris de la différence entre ce match et celui qu’il avait vu à Berne.»

Jan Cadieux avait 10 ans en 1990 lorsque Paul-André avait repris Fribourg Gottéron. «Si je suis là aujourd’hui, c’est aussi grâce à lui, a poursuivi l’actuel entraîneur qui fait ses premières armes avec succès dans l’élite depuis deux mois. Il m’a apporté beaucoup de choses. Depuis tout jeune, c’est lui qui m’a transmis cette passion d’être entraîneur.»

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la