Genève-Bienne en vidéo: Les temps forts de la finalissima(08:28)

«On ne pouvait pas rêver mieux»
Omark et Hartikainen ont enfin gagné un titre ensemble

Linus Omark a attiré Teemu Hartikainen à Genève l'été dernier. Moins d'un an plus tard, les deux hommes ont fêté le titre de champion ensemble, jeudi soir. Ils se sont confiés à Blick après cette soirée exceptionnelle.
Publié: 28.04.2023 à 12:03 heures
Teemu Hartikainen (à g.) et Linus Omark: des amis de longue date.
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

Linus Omark et Teemu Hartikainen se trouvent les yeux fermés durant le match. Mais ce n’est pas la même affaire pendant la célébration. «Bouge pas, je vais le chercher», le second nommé a tenté de mettre sur pied une interview avec son compère de longue date. Revenu bredouille de cette chasse au No 67, le Finlandais disparaît à son tour… avant que le Suédois ne débarque.

Finalement, les deux hommes se sont retrouvés et ont pris le temps de discuter. «En 400 jours, je suis devenu champion olympique, champion du monde et là champion de Suisse, s’étonne presque Hartikainen. Je peine à croire que tout ceci m’est arrivé. Les sentiments que je ressens actuellement sont une immense fierté et une très grande joie.»

Cette venue en Suisse du Finlandais, c’est en grande partie grâce à son pote Linus Omark qu’elle a été rendue possible. Les deux attaquants ont joué ensemble durant neuf saisons entre 2010 et aujourd’hui. «Quand tu dis qu’on se trouve les yeux fermés, ce n’est pas si loin de la réalité», rigole Linus Omark.

Lors de cette soirée, les deux hommes n’ont pas combiné sur l’une des quatre réussites. Son but, Hartikainen l’a inscrit en solo. Il s’agissait de sa deuxième traversée de patinoire à toute allure. «Teemu est très rapide. Il ne le dit juste pas aux coachs pour qu’ils ne lui demandent pas de trop patiner à l’entraînement», s’est marré Linus Omark.

Une boutade que ne contre pas le principal intéressé. Bien au contraire. «Si j’avais patiné à cette vitesse toute la saison, nos adversaires auraient pu se préparer. Là, je les ai pris par surprise (rires).» Avec 36 buts en 56 matches, Teemu Hartikainen a effectué une première saison incroyable en Suisse.

Si les deux hommes avaient déjà gagné des médailles internationales, ils n’avaient jamais remporté de titre en club. «Nous avons vécu de belles séries de play-off ensemble, précise le No 70. Mais nous n’avions jamais triomphé. C’est fantastique d’avoir la chance de vivre ces moments tous les deux.» Ce d’autant plus que des rumeurs d’un retour de Linus Omark en Suède sont de plus en plus insistantes du côté de Luleå malgré un contrat encore valable pour un an. Mais cette question se posera un autre jour.

Publicité
1/18
L'équipe de Genève-Servette, un bien beau champion.

Comme le No 67 a-t-il vécu cette soirée? «Mieux que les deux dernières finales que j’ai disputées, rigole-t-il. J’ai perdu en 2021 et 2022 dont un match No 7 l’an dernier. Alors aujourd’hui, je suis content d’être du bon côté.» Après avoir pris la pose pour la photo, les deux hommes poursuivent la célébration avec leurs amis respectifs venus de Suède et de Finlande spécialement pour cette occasion. Et le résultat a validé la pertinence d’avoir effectué le voyage.

À respectivement 32 et 36 ans, Teemu Hartikainen et Linus Omark ont mis un terme à l’anomalie qu’était leur palmarès vierge. «Comme ça, on arrêtera de m’en parler», a rigolé Linus Omark, bouteille de champagne à la main et sourire vissé aux lèvres.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la