Genève-Bienne en vidéo: Les temps forts de la finalissima(08:28)

«Je ne pouvais pas partir autrement»
Henrik Tömmernes quitte Genève par la grande porte

«King Henrik» a fait ses adieux à sa cour lors d'une soirée de fête. Tömmernes a terminé son passage à Genève de la plus belle des manières. Et dire qu'il ne voulait plus rejouer aux Vernets.
Publié: 28.04.2023 à 08:04 heures
|
Dernière mise à jour: 28.04.2023 à 09:43 heures
Henrik Tömmernes a bouclé la boucle.
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

Samedi dernier, Henrik Tömmernes a confessé secrètement espérer ne plus jamais jouer dans la patinoire de Genève. «Cela voudrait dire que nous deviendrons champions à Bienne ce mardi», avait-il rigolé. Comme le GSHC s'est incliné dans le Seeland, le Suédois, qui va quitter les Vernets cet été, a dû revenir pour ce dernier match.

«Je retire ce que j'ai dit, a-t-il souri avec la médaille autour du cou. Je ne pouvais pas rêver d'une meilleure fin pour mon passage à Genève. Ces six années ont été merveilleuses dans ce club et je suis reconnaissant d'avoir pu compter sur toute l'organisation durant tout ce temps. Honnêtement? Je ne pouvais pas partir autrement qu'avec ce titre. Le premier de l'histoire.»

Le moment où il a réalisé qu'il allait remporter le titre? «Je ne réalise toujours pas, pouffe-t-il. Mais si je dois dire, je pense que c'est sur le 4-1 de Teemu Hartikainen. À cet instant, tu sais que c'est bon. Auparavant, nous avions été très solides lors des cinq ou six premières minutes du dernier tiers. On sentait que Bienne n'allait pas revenir.»

C'est un Henrik Tömmernes ému qui s'est exprimé en fin de soirée dans les couloirs des Vernets. «Genève va me manquer, c'est certain, poursuit-il. Je savais que ce serait terminé tôt ou tard lorsque j'ai pris cette décision de rentrer au pays, mais tant que nous étions encore en lice pour le titre, je ne me rendais peut-être pas compte.»

«Une bonne énergie»

Linus Omark passe pour détendre l'atmosphère et filme l'interview en direct sur ses réseaux sociaux. Visiblement, les deux hommes s'entendent comme larrons en foire. «Durant toutes ces années, j'ai construit des amitiés durables à Genève, détaille «King Henrik». Nous avions un excellent groupe.» Cette équipe, «Henk» a tout de suite senti qu'elle avait quelque chose de spécial: «Dès l'été passé, lorsque nous nous sommes réunis. L'énergie qui se dégageait était spéciale. C'est difficile à décrire, mais on se rendrait bien compte que nous avions tout pour bien faire.»

Et le GSHC a effectivement «bien fait». Pour sa dernière apparition aux Vernets, Henrik Tömmernes a patiné 28 minutes et quelques. Joué près de 4 minutes tant en power-play qu'en box-play et distribué une passe décisive. Bref, du Tömmernes dans le texte. En six saisons, il aura donc joué 308 matches sous le maillot grenat, inscrit 73 buts et distribué 184 passes décisives pour un total respectable de 257 points.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la