Petri Matikainen se défend
«À Langnau, ce n'était pas une réunion de crise»

Petri Matikainen et Bienne ont renoué avec la victoire contre Berne (4-3 ap). Après la rencontre, le Finlandais est revenu sur le derby, mais également sur ce qu'il s'est passé samedi passé à Langnau.
Publié: 09.12.2023 à 07:35 heures
Petri Matikainen et Bienne ont renoué avec la victoire contre Berne.
Blick_Matthias_Davet.png
Matthias DavetJournaliste Blick

Mais qui a donc bien pu crier dans le vestiaire de Bienne après la défaite à Langnau samedi passé? Blick expliquait que les portes seelandaises étaient restées closes durant 50 minutes et qu'à plusieurs reprises, les journalistes présents dans les travées de l'Ilfis ont pu entendre la voix de Petri Matikainen proférée des insultes.

Directement après la victoire face à Berne, le coach finlandais est revenu sur cet épisode. «Ces accusations comme quoi je criais dans le vestiaire ne sont pas vraies, se défend-il d'entrée de jeu. Mais tout ce qui s'y passe y reste, je n'ai pas besoin de plus m'expliquer à ce sujet.»

Toutefois, le technicien biennois ne remet pas en question les 50 minutes de discussions. «Oui, on parlait mais ce n'était pas moi – ce sont les joueurs, et pas uniquement des leaders. On doit trouver les solutions. Mais ce n'était pas une réunion de crise.» Et les cris aussi sont admis par Petri Matikainen. «Les journalistes pensent que c'est forcément moi qui hurle mais ça pouvait être un joueur ou quelqu'un d'autres. Nous avons des émotions et c'est important – il faut parfois les laisser sortir.»

Bienne - Berne: Haas offre la victoire aux Seelandais en prolongation(04:58)

«Oui, ce ne sont que deux points mais…»

Ses émotions, Petri Matikainen a pu quelque peu les exprimer face à Berne: «C'était un match passionnant, sourit le Finlandais. De cette victoire, on en avait vraiment besoin – et surtout de marquer plus que deux buts. On a été menés mais on ne s'est pas laissés abattre.» Heureux avec les deux points face aux Ours (4-3 ap), le Biennois sait que son équipe va dans la bonne direction.

Les statistiques le prouvent, les Seelandais jouent effectivement mieux depuis quelques sorties. Qu'est-ce qui a changé? «C'est un long processus et les gars sont en train de revenir de blessures, lâche le coach. On a vraiment travaillé dur mais les victoires ne venaient pas. C'était difficile pour tout le monde – même pour le staff. Oui, ce ne sont que deux points mais c'est un début. Petit à petit, on va dans la bonne direction.»

La pause arrive-t-elle au mauvais moment?

Toujours selon le coach biennois, il n'a rien manqué à son équipe face à Berne. «Mais parfois, il y a un peu trop de pression sur les joueurs pour produire du jeu et marquer. Quand les choses vont moins bien, on peut rentrer dans un cercle négatif et c'est compliqué.» Même pour lui, qui doit trouver «de nouvelles manières d'entraîner l'équipe».

Publicité

Mais petit à petit, la confiance des joueurs se retrouve. «Mais on ne peut l'acheter comme ça, chez le boucher, image Petri Matikainen. Il faut la retrouver seul, sur la glace.» Et si elle ne vient pas, ses protégés doivent travailler pour l'équipe précise le Finlandais.

N'est-ce pourtant pas frustrant pour Bienne, qui commence enfin à retrouver du meilleur jeu, d'avoir un mois de décembre marqué par deux pauses de championnat? «Ça a été tellement un chemin de croix depuis le début de la saison que, parfois, prendre un peu de recul peut aider, développe le coach. Ça ne me dérange donc pas et je pense que ça sera bénéfique.» Mais avant la pause, Bienne se rend à Fribourg pour y affronter Gottéron, ce samedi.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la