Chronique de Grégory Beaud
Un difficile équilibre à trouver

Durant toutes les séries éliminatoires, je vous fais vivre de l'intérieur les petites et grandes histoires qui rythment cette période fantastique. Alors, mettez-vous aussi «en mode play-off»! Au menu du jour: le bon ton à adopter.
Publié: 20.04.2023 à 17:03 heures
La faute sur Tino Kessler a forcément fait jaser.
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

En play-off, je me sens parfois dans la même position qu'un arbitre ou que le juge unique. Peu importe ce que je fais/dis ou écris, je vais forcément me mettre des gens à dos. Je ne suis évidemment pas là pour me plaindre ou me faire plaindre. Mais cela fait une quinzaine d'années que je couvre ce sport et les mois de mars et avril sont à chaque fois tendus alors que le reste de l'année est plutôt cordial.

Dès lors, comment juger la charge de Roger Karrer et ensuite l'absence de sanction à son encontre sans que mon avis devienne un parti pris pour ou contre une équipe? C'est un difficile équilibre à trouver et j'avoue que je me suis résolu à ne jamais parvenir à contenter tout le monde même si je vous rassure, une majorité des supporters ne pense pas de manière aussi binaire.

Cela m'a d'ailleurs fait sourire de voir que, suivant de quel côté on se trouve, la décision de ne pas ouvrir d'enquête contre Roger Karrer a été saluée ou conspuée avec véhémence. Comme quoi, un avis du si décrié juge unique peut même parfois être une parole d'évangile. Il faut juste que la balance de la justice penche du bon côté.

D'ailleurs, il paraît désormais que je suis supporter de Bienne après avoir été fan de Genève toute la saison. Vivement le prochain article, que la tendance s'inverse à nouveau suivant la teneur du propos.

Bonne lecture et bonne suite de finale, que je me réjouis de vous faire vivre le plus impartialement possible!

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la