Avec une dette de 50 millions
Moins ambitieux, le Lausanne HC veut se reconstruire

Ce lundi, le Lausanne HC avait convoqué les médias et certains supporters pour sa conférence de presse d'avant-saison. Et le calme semble revenu à la Vaudoise aréna, après quelques années compliquées.
Publié: 28.08.2023 à 13:42 heures
|
Dernière mise à jour: 28.08.2023 à 19:00 heures
Geoff Ward et Lausanne vont surtout viser les play-off cette saison.
Blick_Matthias_Davet.png
Matthias DavetJournaliste Blick

Pour sans doute l'une des dernières fois, le fantôme de Petr Svoboda est évoqué dans les travées de la Vaudoise aréna. Celui «qui faisait n'importe quoi» ou celui «qui a appuyé sur tous les boutons de la manette sans lire le mode d'emploi». Mis à la porte en janvier 2023, le Tchèque n'a plus rien à avoir avec le Lausanne HC.

Mais certaines traces de sa gestion sont encore présentes sur le LHC version 2023/2024. En premier lieu au sein du pléthorique effectif du club vaudois. Actuellement, il y a par exemple neuf défenseurs qui pourront débuter la saison sur la glace, pour sept (voire huit) places. «Mais c'est bien d'avoir des problèmes de profondeur, précise le coach Geoff Ward. Il y aura des blessures, des suspensions et des gars qui joueront mieux ou moins bien.»

Miser sur la communication

Son directeur sportif John Fust a évidemment eu une marge de manœuvre limitée au moment de former son effectif. Ce qui ne l'a pas empêché de mettre sous contrat deux arrières suédois, Lawrence Pilut et Christian Djoos. «Mais la difficulté va être de garder tout le monde content, avertit le dirigeant lausannois. Ce sera un travail difficile pour le coaching staff.» Pour cela, Geoff Ward et son équipe promettent de miser sur la communication.

Sur l'aspect sportif, les déboires de Petr Svodoba ne semblent donc pas poser problème. Difficile d'en dire autant sur les finances du club. Au Lausanne HC, on parle de «dettes abyssales», à hauteur de 50 millions de francs suisses. Mais le président Patrick de Preux peut annoncer une bonne nouvelle: «On a réglé tous nos litiges.» Et concernant la dette, le dirigeant lausannois promet que l'actionnaire majoritaire, Grégory Finger, est là pour l'éponger.

De moins grandes ambitions

Contrairement à l'année dernière, les voyants sont donc au vert pour le club vaudois. Les ambitions sont aussi plus mesurées. Viser le titre ne fait plus partie du discours. L'objectif premier est désormais d'atteindre les play-off, surtout après la déception de la saison 2022/2023.

Surtout, la sérénité semble revenue dans les couloirs de la Vaudoise aréna. «Quand la maison est calme, il est plus facile d'échanger avec les collaborateurs, ce qui est une des valeurs essentielles pour mener un projet ambitieux», explique Chris Wolf, le CEO du LHC.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la