«C'était très difficile à vivre»
Le Lausannois Fabian Heldner n'a qu'une envie: retrouver le plaisir de jouer

Samedi, le défenseur Fabian Heldner était sur la glace de Viège, là où il a effectué ses premiers coups de patin. Sur la glace de la Lonza Arena, le Haut-Valaisan du LHC a renoué avec la compétition après plus de huit mois de galère.
Publié: 15.08.2023 à 12:02 heures
|
Dernière mise à jour: 15.08.2023 à 13:32 heures
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

Peu après la mi-match, Fabian Heldner a transmis le puck à Robin Kovacs avant de s'en aller en direction du banc. Son coéquipier suédois a profité du puck offert par son coéquipier pour inscrire le 1-2 du Lausanne HC face à Viège. Anecdotique? Pas pour l'arrière No 91 de la Vaudoise aréna. Ce match tombe plus de neuf mois après sa dernière sortie officielle sous le maillot des Lions. C'était le 1er décembre face à Ambri.

Depuis? Une succession de blessures physiques mais aussi - et peut-être surtout - mentales. Aujourd'hui pleinement guéri, il retrouve petit à petit le sourire. «Lorsque tu peux remettre les patins sans douleur, c'est un vrai soulagement, nous a-t-il confié. Cela peut sembler normal pour un joueur de hockey, mais pour ne pas avoir connu cette sensation durant plusieurs mois, je vois aujourd'hui à quel point c'est important.» Le fait que ce retour au jeu se fasse à Viège, son club formateur, ajoute un petit quelque chose. «Ma famille et quelques potes étaient présents pour l'occasion, c'était une chouette soirée.»

Traumatismes anciens

Mais au fait, que s'est-il passé lors de cette saison durant laquelle il n'a finalement joué que 14 matches? «Je me suis blessé à Ambri durant le mois d'octobre, se souvient-il. Une petite déchirure au niveau de la cheville. J'étais censé revenir après six semaines.» Un mois et demi plus tard, il était sur la glace. Fin des problèmes? Pas si vite. «Les douleurs sont réapparues et je ressentais un pincement au niveau de la cheville. J'ai donc préféré refaire une pause après ce match du 1er décembre.» Le dernier de sa saison, même s'il ne le savait pas encore à cet instant.

«À la suite de cette décision de faire une nouvelle pause, j'ai connu une succession de hauts et de bas», constate-t-il. Finalement, il a décidé de passer sous le bistouri aux alentours de Noël. Le but? «C'est à cet instant que c'est devenu très, très difficile, souffle-t-il. L'inflammation était toujours présente... puis elle disparaissait. Je vivais deux semaines normales et pensais pouvoir revenir au jeu très vite. Et un faux mouvement venait tout gâcher. C'était dur, car à chaque étape de la guérison, c'était systématiquement plus compliqué que prévu.» Selon les médecins qui se sont penchés sur son cas, d'anciens traumatismes se sont réveillés, expliquant cette succession de problèmes.

«Je me sentais inutile»

Comme si ses problèmes personnels ne suffisaient pas, Fabian Heldner a également dû faire face aux soucis d'un Lausanne HC contraint de lutter pour éviter la queue du classement. «Je me sentais inutile du haut de la tribune à essayer de soutenir mes coéquipiers, se souvient-il. Lorsque tu es blessé, c'est le plus dur à gérer.» Et après la quatrième rechute, le défenseur a su que cette saison 2022/2023 allait décidément être pourrie.

«Quatre ou cinq semaines après la fin de saison, j'ai pu remettre les patins, sourit-il à nouveau. D'abord deux fois par semaine et sans les entraîneurs.» À cet instant, il n'est pas question de performance ni même d'intensité. Une notion toute simple refait son apparition dans le vocabulaire d'un sportif professionnel: le plaisir. «Les sensations n'étaient pas excellentes, mais je n'avais plus mal. C'était déjà magnifique de patiner sans arrière-pensée.»

Publicité

Le bon côté de tous ces pépins de cheville? Fabian Heldner est en grande forme. «J'ai pu passer beaucoup de temps en salle de force, pouffe-t-il. Même si je sais qu'il me faudra un peu de temps pour retrouver la sensation avec le puck et le rythme dans les contacts sur la glace, j'ai l'impression d'être sur le bon chemin.»

La marche plus dure que le match

Depuis sa participation au Championnat du monde 2021, tout est allé de mal en pis pour Fabian Heldner. «Avant cette blessure à la cheville, c'est le dos qui m'avait causé des problèmes, énumère-t-il. Pour la première fois depuis un certain temps, j'ai l'impression que tout est sous contrôle d'un point de vue physique. Cela me donne envie de repartir vers l'avant.» Mais il a également appris une chose très précieuse: ne pas trop se projeter. «J'essaie juste de donner le meilleur chaque jour pour revenir à mon niveau. J'ai encore un mois avant le début de saison. Je suis optimiste.»

Et ses 17 minutes de jeu à Viège samedi l'ont probablement conforté dans ce sens. Et tant pis si sa passe décisive a été attribuée à un coéquipier. Pour lui, l'essentiel était ailleurs. «En match de préparation, je ne vais pas réclamer chez les arbitres», pouffe-t-il, tout content de cette première sortie réussie. Physiquement, il est également satisfait de la manière son corps a encaissé l'effort. «Le plus dur, c'était la marche jusqu'au glacier d'Aletsch, rigole-t-il. Nous avons passé un super week-end en montagne, mais j'étais content d'enlever les chaussures et de me coucher.»

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la