Avant la finale Zurich - Lausanne HC
Cinq phrases à dire pour faire semblant de connaître le hockey sur glace

Le Lausanne HC peut devenir champion de Suisse ce mardi à Zurich. Vous n'y connaissez rien au hockey, mais voulez tout de même participer à l'engouement du moment et aux discussions avec vos collègues et vos amis? Blick vous aide à donner le change.
Publié: 30.04.2024 à 06:02 heures
|
Dernière mise à jour: 30.04.2024 à 08:37 heures
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

Depuis quelques jours, beaucoup de monde semble s'intéresser de manière soudaine au hockey sur glace. Autour de moi, de nombreuses personnes que je ne soupçonnais pas regardent les matches et viennent spontanément discuter de ce sport pour la première fois.

C'est peut-être votre cas. Je vais vous aider à vous y intéresser pour ne pas se sentir mis de côté à la machine à café, lors de la pause de midi ou durant l'apéro. Voici cinq phrases qui peuvent vous aider à vous intégrer et, paraître complétement à la page même si vous n'avez jamais mis les pieds dans une patinoire.

Mais avant, plaçons le contexte. Ce mardi soir (20h, en direct sur Blick), Zurich et Lausanne s'affrontent pour le septième et dernier match de la finale de National League. Pour en arriver là, les deux équipes ont respectivement remporté deux séries de quart et demi-finale dans le cadre des play-off, les séries pour le titre. Chacune des deux équipes a remporté trois matches dans cette finale et donc celle qui s'impose ce mardi sera sacrée championne de Suisse. La rencontre se déroulera à Zurich dans la toute nouvelle Swiss Life Arena.

1

«Ce n'est que la 9e Finalissima»

On commence en douceur avec une phrase très factuelle. Tout ne se joue pas toujours sur un match décisif. Mais cette année, c'est le cas. Et lorsque tout se décide sur la dernière rencontre de la série, ce match est appelé, surtout en Suisse alémanique, la «Finalissima». Il est maintenant également utilisé en Romandie. Dans l'histoire, il y en a pour l'heure eu huit. Les deux dernières saisons se sont terminées lors du septième et dernier match des séries avec les victoires de Zoug (2022) et Genève-Servette (2023). Les Genevois sont d'ailleurs devenus les premiers Romands à remporter le titre depuis 40 ans et le sacre de Bienne en 1983.

2

«L'avantage de la glace ne veut plus rien dire ce soir»

Attention, là on monte en gamme. Soyez sûr de paraître crédible jusqu'ici sinon la supercherie va se voir. Habituellement, l'équipe évoluant dans sa propre patinoire possède un grand avantage tant pour des raisons d'ambiance que pour des raisons tactiques (je ne vais pas aller si loin en détail aujourd'hui, promis). Par contre, sur les huit Finalissima qui ont eu lieu en Suisse, le bilan est équilibré puisque l'équipe évoluant à l'extérieur s'y est imposée quatre fois. Cette année, Lausanne dispute la première finale de championnat de son histoire qui a débuté en 1922. 50% de chances de gagner pour Lausanne? Et donc 50% de chances de devoir débriefer le match mercredi matin. Désolé.

3

«Geoff Ward, le coach du LHC, a déjà gagné en NHL»

Cette phrase rapporte même deux points. Cela prouve que vous connaissez le championnat d'Amérique du Nord (la NHL donc) ET que vous connaissez le nom du coach. Bien joué! Arrivé au Lausanne HC le 6 novembre 2022, Geoff Ward vit sa deuxième saison avec les Lions, l'autre nom pour le LHC. Âgé de 62 ans, le Canadien a remporté la Coupe Stanley — le trophée en NHL — avec Boston en 2011. Fun fact: le coach n'a jamais joué au hockey à haut niveau. N'utilisez pas les trois cartouches en même temps, la discussion peut être longue... ou étalée sur plusieurs jours.

Publicité
4

«Le gardien de Lausanne n'a jamais joué à ce niveau»

Il y a fort à parier que l'on en vienne rapidement à parler du gardien du Lausanne HC, Connor Hughes. C'est le bon moment pour lancer avec aplomb qu'il dispute ses premiers play-off à 27 ans et qu'il joue même sa première saison en tant que titulaire dans un club de l'élite. Le Canado-Suisse était avant le deuxième gardien de Fribourg Gottéron où il n'a joué qu'un minimum. Cette saison à Lausanne, il s'est révélé être particulièrement fiable et a aidé le LHC à se retrouver en finale face à Zurich. Lancez le débat de savoir s'il devrait être sélectionné en équipe de Suisse. Succès garanti.

5

«Tu savais que le LHC n'a pas vu le jour en ville de Lausanne?»

C'est la carte joker. Celle qui vous cimente comme un vrai connaisseur. Fondé en 1922, le Lausanne HC a tout d'abord pris ses quartiers sur le terrain de Sainte-Catherine situé vers le Chalet-à-Gobet au nord de la ville. Ce n'est qu'en 1938 que la formation vaudoise s'établit en ville, dans le quartier de Montchoisi. Si vous connaissez quelqu'un qui allait y voir des matches, cela peut toujours valoir la peine de le mentionner pour gagner en crédibilité. D'ailleurs, parlez toujours des matches du Lausanne HC comme se déroulant du côté de Malley, l'antre des Lions entre 1984 et 2019. Même si désormais la patinoire actuelle s'appelle la «Vaudoise aréna», les «vrais» sont toujours attachés à Malley et ne pas l'évoquer vous ferait perdre quelques bons points durement gagnés jusqu'ici.

Bonus. Placez «J'ai entendu dans le podcast Cold Facts que, ...» quelque part dans la conversation pourrait vous faire gagner en crédibilité. Cela tombe d'ailleurs bien, le dernier épisode du podcast 100% hockey est disponible depuis lundi à 17h00. Attention à ne pas tomber sur des haters. Soyez malins et critiquez le contenu si l'interlocuteur n'est pas fan. Je ne vous en voudrai pas.

Voilà, vous avez tenu une heure de pause en parlant de hockey sur glace. Vous voyez, c'était pas si compliqué. Prochaine étape? Aller voir un match la saison prochaine! Et s'abonner à ma newsletter hockey, bien sûr.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la