Une offre venue d'Allemagne
Uli Forte a failli quitter Yverdon juste avant le match de Coupe

L'entraîneur zurichois a refusé une approche du Fortuna Düsseldorf, club en difficulté en 2e Bundesliga. Quelques heures plus tard, le coach et Yverdon éliminaient Lausanne en quarts de finale de la Coupe de Suisse.
Publié: 09.02.2022 à 08:12 heures
|
Dernière mise à jour: 09.02.2022 à 11:54 heures
Uli Forte qui célèbre sur le banc d'Yverdon. Une image qui a presque appartenu au passé.
10 - Ugo Curty - Journaliste Blick.jpeg
Ugo CurtyJournaliste Blick

Yverdon Sport communie avec ses supporters ce mardi soir. L’équipe vaudoise vient d’éliminer le Lausanne-Sport, comme le FC Zurich au tour précédent. Le club du Nord du canton retrouve les demi-finales de la Coupe après 21 ans d’attente. Dans la lumière rouge et les volutes de fumigènes, les joueurs embrassent leur entraîneur Uli Forte. Le coach zurichois savoure le moment, son bonnet noir – siglé des deux lettres YS – bien enfoncé sur la tête.

À la Fortuna du pot

Cette scène de liesse aurait pu ne jamais voir le jour. Quelques heures avant le derby cantonal et ce quart de finale de Coupe Suisse, Uli Forte a été contacté par les dirigeants du Fortuna Düsseldorf. L'historique club allemand est en difficulté en 2. Bundesliga (16e sur 18). Ils ont licencié leur entraîneur Christian Preusser lundi et tenté de de recruter le coach d’Yverdon pour lui succéder. Sans succès, comme l’a révélé le média alémanique «Nau.ch».

«C’est vrai, a reconnu Uli Forte en conférence de presse, quelques minutes après la qualification de son équipe mardi soir. Je suis à Yverdon et je suis dévoué à 100% à ce club.» Quel rôle cette épopée en Coupe Suisse a joué dans son choix de rester? «Ce n’est pas la seule explication. J’ai été soutenu par des dirigeants qui ont une vision très positive. Je les connais depuis longtemps, surtout Marco Degennaro (ndlr: directeur du club, qui a longtemps œuvré au FC Sion). Mon travail ici n’est pas terminé.»

Rien n’est impossible en championnat

Depuis mardi soir, Uli Forte et YS sont donc qualifiés pour les demi-finales de la Coupe Suisse. Un stade de la compétition que le club n’avait plus atteint depuis 2001 et la finale perdue contre le Servette de Lucien Favre. De quoi rêver du trophée? «On ne doit pas se projeter trop loin, tempère le technicien de 47 ans, qui a déjà soulevé la Coupe Aurèle-Sandoz à deux reprises avec GC (2013) et le FC Zurich (2016). Nous devons y aller pas après pas et le prochain pas justement, c’est le derby du lac contre Neuchâtel samedi.»

Invaincu depuis la reprise, Yverdon Sport occupe la cinquième place du classement de Challenge League. Le néopromu n’est qu’à six points du duo de tête au classement (Vaduz et Aarau). YS a même la meilleure défense de la ligue!

Une situation inespérée quand Uli Forte a repris l’équipe, fin août. Cela faisait dix ans qu’YS n’avait plus évolué dans l’antichambre de l’élite. Après trois journées, les Vaudois étaient derniers de Challenge League avec zéro point. «Quand je repense à mes débuts, nous avions des objectifs bien plus modestes. Le but, c’était déjà de nous sauver. Réussir à éliminer Lausanne après tout ça, cela rend la chose encore plus belle. C’est vraiment spécial de faire ça avec Yverdon.»

Publicité

Un scénario unique qui aurait pu ne jamais être écrit avec Uli Forte sur le banc.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la